Aller au contenu

Y a-t-il un business model dans la décroissance ?

eco-SAPIENS va avoir 3 ans.

Vendredi 3 décembre 2010, nous allons fêter cela. C'est à dire que nous allons d'abord examiner les comptes en présence des sociétaires présents. Puis nous allons voter les trucs sérieux. Puis nous irons au café. Plus exactement à l'équitable café.

Pour tout Marseillais aux nerfs un peu vifs, l'équitable café, juché désormais en haut du Cours Julien, c'est un lieu inexpugnable. On peut y boire une grihette en rentrant du boulot bien sûr. Mais on peut aussi assister aux nombreuses projections, conférences et concerts organisés.

Donc vendredi soir, c'est nous, en quelque sorte, qui sommes à l'honneur. On a donc la grihette, pour sûr. Et on s'est dit qu'on pouvait aborder de front la question que tout le monde actuellement se pose :

Y a-t-il un business model dans la décroissance ?

Forcément comme çà, c'est un peu provocateur. Le business model, c'est un concept de capitalistes qui rappelle bien que peu importe le goût de la soupe que l'on vend, l'essentiel c'est de la vendre. Comment vendre plus de soupes ?

A l'opposé, la décroissance consiste à se demander s'il est bien nécessaire de vendre plus de soupes s'il s'avère qu'elle n'a pas bon goût. Ou qu'elle est toxique. Ou qu'elle fait mourir les poissons. Ou qu'elle asservit des enfants dans la chaîne d'embouteillage...

On en a parlé récemment, le philosophe Dominique Bourg, pape et pionnier du développement durable commence à renier cette chimère. "Trop tard !" dirait-on. Le monde du business a déjà digéré ce concept pour en troubler le sens originel.

Du coup, le monde alternatif recule dans les tranchées sémantiques. Et se positionne contre le développement durable, le green business et revendique lentement mais sûrement la décroissance.

Le problème avec la décroissance, c'est qu'elle oblige à déconsidérer la notion de rentabilité financière. Alors que cela restait crucial dans le développement durable. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le développement durable pouvait dire à une entreprise qu'elle était utile, pertinente, écologique et sociale mais que, malheureusement, il fallait arrêter car ca ne dégageait pas assez d'argent. "Ca va pas être possible..."

En quelque sorte, la décroissance dirait qu'il faut quand même le faire et que pour l'argent, il faudrait par exemple songer à dépenser moins pardi ! (comme ca on consomme encore moins)

Surtout, d'un point de vue individuel, nous sommes de plus en plus nombreux à nous poser des questions sur la finalité de cette société de marché. Parfois, j'ai le pressentiment que des écologistes de conviction sont plus à la recherche d'une bonne idée de business model ("ah tiens : ca n'a pas encore été fait, faut que je me place !") qu'à une recherche authentique de qu'ils veulent, savent et peuvent faire.

Or, quand on voit dans quel monde de galères survivent les entrepreneurs éthiques, on en vient à se demander si au final, l'éco-consommation peut faire vivre ses acteurs.

Alors on posera cette question à Dominique Bourg, qui nous fera l'honneur de sa présence. On la posera aussi à Sébastien Kopp des baskets Veja. On la posera à tous ceux qui viendront.

On en viendra, c'est certain, à se demander au fond ce qu'est ce drôle de truc qui nous fait vivre de manière arraisonnée et qui s'appelle... l'argent !

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *