noel-ethiqueUn livre est en passe de devenir culte, c'est 5 000 ans de dettes de David Graeber. En fait il l'est déjà dans le monde anglo-saxon mais il commence seulement à percer en France.

Un des passages évoque le rôle du père Noël et rappelle la violence qu'il y a à recevoir des cadeaux sans pouvoir rendre. En d'autres termes, le Père Noël est le symétrique du cambrioleur : il s'introduit chez nous non pas pour dérober mais pour offrir. Et nous ne pourrons jamais "rendre la monnaie de sa pièce" à ce délinquant masqué.
(suite…)

1

journalismCeux qui s'intéressent au devenir de la presse et du journalisme le savent. Ce secteur est en crise et nos grands titres nationaux, en plus de perdre de l'argent, siphonnent des subventions conséquentes (16 millions pour Le Monde ou Le Figaro,). Ces aides à la presse sont disponibles sur le site du gouvernement et ont été commentées avec ironie par le journal Le Monde Diplomatique. C'est vrai que 7 millions d'euros pour Télé 7 jours, c'est grinçant...
(suite…)

2

Huit ans d'activité dans le milieu bio/ecolo/équitable et nous avons déjà l’impression d’être des dinosaures !

Lorsque nous recroisons les amis qui ont débuté sur les planches du développement durable avec nous :  réseau des freemen, créateurs de mode éthique, jeunes conférenciers en herbe etc… nous discutons avec nostalgie de ces fraîches années, à la manière de ces vieux retraités sur un banc public à qui l’on sourit avec condescendance.
(suite…)

Mercredi, Montreuil, "il pleut doucement sur la ville" comme écrivait Verlaine citant Rimbaud. Je parviens au toit d'un immeuble industriel en bordure d'autoroute. L'édifice des années 70 s'appelle MoZiNor (Montreuil Zone Industriel Nord) et il va falloir mettre la fiche wikipedia à jour car le dernier étage, appelé lot 38, comme dans un roman de Thomas Pynchon, n'abrite plus d'ateliers d'artistes.
(suite…)

3

Venez ! Je vous fais entrer dans les coulisses. Je profite de la sortie d'une application prometteuse, Noteo, pour ressortir un brouillon que j'avais écrit à l'époque suite à mes rencontres avec deux autres initiatives similaires, à savoir Shopwise et OpenFoodFacts.
(suite…)

1

Qui n’a pas encore son Gobi ?

A l’instar du smartphone qui répond au besoin fondamental qu’est la communication avec son voisin ("as-tu acheté le pain", "J’arrive dans une minute ", "regarde cette photo du chat trop lol ", voici la gourde du futur pour répondre à un autre besoin bien plus fondamental : la soif.
(suite…)

Je ne sais plus exactement comment cela s'est passé.

Il se trouve que mon père, en général aux abonnés absents question écolo, s'était mis en tête de créer une AMAP, une Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne.
(suite…)

1

Comment surprendre encore dans le domaine de la littérature écologique ?

Aujourd'hui, de nombreux ouvrages paraissent, fort présentables et fort intéressants.

Rares sont ceux qui apportent de nouveaux éléments à la réflexion. Le plus souvent, ils dressent avec brio un état des lieux (cette actualisation est toujours de plus en plus angoissante: bois, poissons, pétrole, changement climatique, santé, perte du lien social...) qu'ils contrebalancent tout de go avec des exemples porteurs d'espoir (telle association au Brésil, telle industrie en Scandinavie, tel penseur aux Etats-Unis, tel agriculteur en France etc)
(suite…)

1

Un immense bravo aux 400 vélorutionnaires qui ont défilé vendredi soir sur le Vieux-Port de Marseille.

Bravo aux amis des poulets bicyclettes, de l'équitable café, de la boutique écologique, de Vélo Utile et bien sûr du collectif vélo en ville pour avoir su insuffler un évènement aussi improbable dans la cité phocéenne, peu réputée pour le moment pour sa cyclophilie.
(suite…)

1

canards en mareLe week-end dernier s'est tenue la 4ème édition des universités négaWatt. Pour ceux qui ont raté quelques épisodes précédents, rappelons que l'association négaWatt est un consortium d'experts qui prospecte pour un scénraio énergétique jouable. Ils sont à l'origine du fameux facteur 4, qui dit qu'on peut vivre mieux en consommant quatre fois moins d'énergie, en divisant par quatre nos émissions de CO2.
(suite…)