Quelqu’un a-t-il compris la campagne « Tous candidats » ?

Je vous assure que la question est sincère. Elle l'est d'autant plus que mon respect, ma sympathie et mon enthousiasme pour le mouvement Colibris est fort comme un roc !

Pour ceux qui auraient raté le train, je tente un bref résumé.

Il existe un homme ô combien précieux qui s'appelle Pierre Rabhi. Quiconque assiste à une de ses conférences ou dévore un de ces livres en sort, s'il est normalement constitué et si la société moderne n'a pas trop gâté ce qui lui reste d'humanité, conséquemment bouleversé. Ce vieux bonhomme a un parcours et une philosophie qui font du bien. Tous simplement. Il respire bonté, sincérité et humanisme. C'est un sage. Cela devient rare.

Objecteur de croissance, paysan agro-écologiste, propagateur de "l'insurrection des consciences", Pierre Rabhi est aussi le fondateur du Mouvement pour la Terre et l'Humanisme dont le but est de partager l'agro-écologie.

Il est aussi l'initiateur du mouvement Colibris, dénommé ainsi en l'honneur de la fable qu'on n'ose plus raconter de peur de paraître tartignolle. Je vous la fais brève parce qu'elle est chouette quand même.

Un incendie dans la forêt. Tous les animaux paniquent. Mais un colibri prend quelques gouttes d'eau dans son bec qu'il jette sur les flammes. Alors aux animaux bouffons et rigolards qui lui demandent ce qu'il fait, le chétif volatile répond : "je fais ma part".

C'est la fameuse part du colibri. Que l'on peut aussi traduire en termes plus universitaires "simplicité volontaire". Id est, "déjà change toi toi-même avant de changer le monde".

Variante gandhienne : l'exemple n'est pas le meilleur moyen de convaincre les autres, c'est le seul.

Variante kantienne (amputée d'un bras !) : comporte toi comme tu voudrais que les autres se comportent.

Variante christique (clouée au pilori) : aimez-vous les uns les autres.

J'avoue être d'une ignorance crasse en éthique orientale mais je parie qu'on doit trouver des préceptes voisins chez Confucius, Boudha, Zarathoustra, Kim-Jung-Il ou Lao Tseu.

Le mouvement Colibris est l'orginsation fonctionnelle pour provoquer l'"insurrection des consciences", c'est à dire aider les gens qui souhaitent se réapproprier leur destin, écologique, social et riche de sens, à se relier et à retrouver l'envie d'agir.

Bref, des gens biens qui changent le monde dans le bon sens et pacifiquement avec la patience et la détermination d'un colibri.

Le petit oiseau va sortir !

Il y a quelques mois, le mouvement a lancé une campagne de communication interpellant tous les Français à se déclarer candidat ! Oui oui à se déclarer candidat. Tous candidat en 2012. Alors bien entendu c'est symbolique. Personne ne va aller à la chasse aux 500 signatures.

D'abord j'ai trouvé l'idée amusante. Plutôt que d'être des millions d'électeurs, nous allons pouvoir renverser les rôles et devenir des millions d'élus.

Puis j'ai cherché dans la FAQ relative à cette campagne, qui consiste à envoyer son affiche électorale sous forme de portrait noir et blanc, quel était au fait l'objectif.

Et la seule réponse concrète que j'ai fini par épouiller est :

"L’objectif de la campagne est de nous faire prendre conscience que nous sommes beaucoup plus nombreux que ce que nous pensons à vouloir ces changements".

Bigre !

Cela me rappelle un certain pacte lancé il y a à peine un quinquennat. Je veux bien entendu parler du pacte écologique initié par Nicolas Hulot à la précédente élection présidentielle. Ce pacte visait aussi in fine à "compter les troupes".

C'est donc la grosse interrogation des dernières années. Avant de passer à l'attaque, assurons-nous que nous avons assez de divisions.

Plus que le Vatican àVoire.

Vous n'êtes pas sans savoir que chaque année, les doctes études sociologiques révèlent que nous sommes 20% de créatifs culturels, cette espèce de masse protéiforme qui peine à prendre conscience de son unité et de son poids.

D'ailleurs si vous voulez savoir si vous en êtes... faites donc ce test chez l'ami Yves Michel.

Voilà voilà, on compte les troupes et on le fait le plus fun possible. Au temps de la gloire médiatique de Nicolas Hulot, on interpellait les politiques en leur demandant de signer le pacte (je le sais ! je les ai vus faire à Marseille !).

Revers de la médaille, ce ne fut qu'une promesse qui n'engage comme on sait, que ceux qui les formulent. Certains accusent l'ex animateur d'avoir paradoxalement liquidé l'écologie de la scène politique.

Désormais, on n'interpelle plus le politique. On ne compte plus que sur les anonymes, les sans-voix, les indignés, les desperados, les colibris de tous nos registres communaux. Avec l'espoir ineffable que si nous sommes suffisamment nombreux à nous tirer le portrait, les politiques ne pourront plus l'ignorer.

C'est une tactique qui est à la fois rassurante et cohérente.

Mais... est-elle efficace ?

J'avoue être mitigé. Je rappelle souvent que la majorité des Français sont contre les OGM mais que ce n'est pas cela qui fait de la France un pays sans OGM. C'est bien la détermination des faucheurs qui a bloqué le processus dans l'Hexagone.

Et, dernièrement, nous avons appris à nos dépends que même un référendum pouvait ne pas être entendu et simplement blackboulé quelques mois après.

Mais je suis fair-play: je soutiens la campagne et en fouillant, on verra même que j'ai envoyé ma binette dans les premiers !

Mais quand la nuit vient, voilà que j'embarque avec Paul Watson. Me voici en train de faire les derniers réglages sur l'un des drones que s'est procuré Sea Shepherd. Plus pratique pour détecter les baleiniers illicites.

Et, hajduk des temps modernes, me voici face aux embruns, prêt à harponner les navires d'un capitaine Achab spéculant sur le cours du sushi...

Alors qui est le plus lourd à30 millions de piafs ou une bonne grosse baleine de la famille qui dit "c'est assez" ?

Verdict en 2012...

c'est à dire maintenant.

6 réflexions au sujet de « Quelqu’un a-t-il compris la campagne « Tous candidats » ? »

  1. Cyril

    Cher Baptiste,

    J’ose une réponse à ton papier qui m’a bien plu et en même temps qui est venu me chercher des mes buts 😉

    La question telle que tu poses (en tous cas telle que je la comprends) est : « Faut-il consacrer notre énergie à compter les troupes encore et encore en espérant que cela finisse par influencer les politiques ou passer à l’action, là où nous sommes, résister, comme peuvent le faire les faucheurs ou les amis de Sea Shepherd ? Qu’est-ce qui a le plus de chance de changer les choses ? »

    Pour moi la réponse est évidente. Il faut faire les deux. Rassembler les troupes et les entraîner dans l’action dès aujourd’hui. Et c’est à côté de cela que tu me sembles être passé (très certainement par notre faute) dans la campagne « Tous candidats ».

    Comme tu l’écris, le pacte écologique de Nicolas Hulot avait l’objectif de contraindre le président élu à respecter cinq engagements. Il s’agissait de la bonne vieille tactique de la pression populaire pour forcer les politiques à agir.
    Dans « Tous candidats » rien de tel. Chacun est invité à être et à agir selon ses aspiration dès aujourd’hui, sans en déléguer le pouvoir à qui que ce soit. Le message fondamental de la campagne est « n’attendons pas que quiconque ne vienne nous sauver, il n’y a que nous pour changer les choses ». C’est une variante de la légende du colibri (gandhienne, kantienne, christique 😉 que tu as si vaillamment raconté, mais appliquée aux élections.

    Nous ne pouvons pas continuer à déléguer à des hommes et des femmes assoiffés de pouvoir, encerclés de lobby, éduqués à tous les préceptes de la croissance et du libre marché, le pouvoir de transformer pour nous notre société ; celle que nous participons chaque jour à bâtir par nos achats, nos choix, nos activités et nos votes. Je le dis sans animosité. Parfois je pense que nos responsables politiques sont plus à plaindre qu’autre chose. Ils sont plus que tout autre enfermés dans un système absurde et destructeur et auraient toutes les raisons de souffrir de leur impuissance.
    Mais nous ne sommes plus des enfants. Et ce ne sont pas nos papas et nos mamans. Il est temps de reprendre notre destin en main et de commencer par changer les choses au plus proche, là où nous vivons.

    Pierre Rabhi disait dans le film « Sous les pavés la terre » (qui vient d’ailleurs de sortir en DVD) : « Si chaque être humain créé sa cohérence là où il vit, ça c’est un soulèvement ! ». Je pense que c’est vrai 😉 Et que cela ne nous interdit pas de nous relier les uns aux autres, de nous compter et de mettre en commun nos petites gouttes.

    C’est l’idée de la phase 2 de notre campagne : construire un programme citoyen. Il ne suffit plus non plus de faucher ou de harponner (ce qui est hautement nécessaire), il faut maintenant construire. Cette société ne nous va plus ? A nous de poser les bases d’une nouvelle. Pour cela, je t’invite à réunir tes proches, tes amis, tes voisins, tes collègues, les élus de ton quartier et à participer à cette élaboration collective pour ton territoire. De notre côté, nous vous aiderons en vous envoyant un facilitateur, une méthodologie, en vous mettant en réseau avec les autres qui font de même et en synthétisant ce qui en sortira un peu partout en France.

    Bonne et mauvaise nouvelle Colibris ne changera pas le monde, mais les colibris peut-être. Du moins je l’espère.

  2. stéphane

    Merci pour le graph' sur l'état de la démocratie. Ca remet bien les choses à leur place.
    Y a un joli réservoir de voix sans voix...

  3. Hugo

    Je me suis aventuré sur le lien "créatifs culturels" et je n'ai pas réussi à dépasser la question numéro 5. Je ne sais donc pas si la question "êtes-vous pour la paix dans le monde ?" finit par être posée.

    Ce questionnaire m'a mis mal à l'aise, j'ai ressenti la même angoisse consanguine que lors d'une table ronde sur le commerce équitable.
    Tout le monde est d'accord, plein de bonnes intentions mais en train de crever de faim. Je n'ai pas bien saisie l'idée de "créativité culturelle" là dedans.

    Ca m'a fait penser à Paul Virilio et sa "synchronisation des émotions", bien plus effrayante que notre "globalisation économique".
    Parce qu'il mériterait un article ou deux dans ton blog :
    http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2010/07/paul-virilio-la-terre-est-devenue-trop-petite-pour-le-progr%C3%A8s.html

  4. Sabrabou

    En tous cas merci pour l'explication du pourquoi, je m'étais posée la même question !

  5. Étienne Marchand

    Bravo pour votre courage et audace à développer des outils pour ce nouveaux changement de conscience planétaire...
    Moi je fais ma part par la pratique de l'activité physique et la santé en pleine conscience... voir mon site...

    Bonne journée
    Étienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *