Mort aux vaches et morts au champ d’honneur

5361_d334_480J'ai eu la chance d'assister à l'avant-première du film de Coline Serreau. Pour ceux qui l'ignorent, la réalisatrice de "Trois hommes et un couffin" sort aujourd'hui Solutions Locales pour Désordre Global qui est un film-documentaire sur l'agriculture.

Dit ainsi, cela semble peu aguicheur. Car au fond, qui s'intéresse aux agriculteurs àCar qui rêve de devenir agriculteur àOui eux, je sais, mais bon...

Le film débute avec des plans très rapprochés sur des museaux. Pendant 5 minutes, sur fond de trio à cordes, on est collé à des groins, des gueules, des narines touffues, des yeux rieurs comme peuvent rire les animaux de ferme.

Et puis l'histoire de l'agriculture moderne commence. Oh bien sûr une telle version de l'histoire ne sierra pas aux techniciens de l'agronomie d'aujourd'hui. Et pourtant, tout ceci est fort bien connu et fort bien prouvé. Même Liebig, père de l'agriculture moderne le présentait...

L'agriculture moderne est une agriculture de guerre. C'est avec la Grande Guerre que l'on a pu expérimenter et développer tout ce qui allait devenir intrants, engrais, pesticides, herbicides et fongicides. Si vous ne saviez pas, allez voir au cinéma !

Le film parle moins du sort des animaux pour se concentrer sur la terre, le sol, l'humus. On entend toujours avec plaisir Claude Bourguignon expliquer comment l'étude des sols (sa micro-biologie) a disparu de l'enseignement agricole. Aujourd'hui, on exploite des sols morts qui ne tiennent qu'à coup de produits chimiques. Lui parle de gestion de pathologie végétale.

utopiaLors du salon Planète Durable, j'ai eu l'occasion d'échanger vivement avec la responsable Environnement du CIV (Centre d'Information sur les Viandes, qui vise donc à informer sur la viande). Cet organisme est la représentation des éleveurs français, spécifiquement vache et mouton. Bref, on ne mélange pas les cochons avec les bavettes !

Inutile de préciser que la sortie du livre à charge Bidoche, de Fabrice Nicolino, sur l'industrie de la viande, a fait bondir plus d'un éleveur. Il fut assez long d'expliquer à mon interlocutrice que, selon moi, Bidoche n'est pas un livre contre les éleveurs. Ce qui est dénoncé c'est un système.

Car mettons nous à la place d'un agriculteur français d'aujourd'hui, qui choisirai la voie "conventionnelle".

  1. Il est trimballé au gré des allocations de subventions européennes et françaises (par exemple le maïs il y a une dizaine d'années)
  2. Il est étranglé par les négociations des centrales d'achat de la grande distribution
  3. Il est sommé par les consommateurs exigeants de fournir des produits sains, de ne pas polluer les cours d'eau etc

D'où l'on tire comme conclusion que l'agriculture française n'est pas viable économiquement, ne suffit pas à l'autosuffisance alimentaire du pays et n'est pas durable.

Cela change. Lentement. Trop lentement.

Je ne cherche pas à ce que l'on plaigne les agriculteurs et les éleveurs. Mais il est aussi trop facile de les accuser. Nous sommes clairement embarqués sur la même galère et nul doute que dans la même situation, nous n'aurions peut-être pas agi mieux.

Pour moi, en étudiant les conditions historiques et idéologiques de l'élevage (abattoirs de Chicago, peur du manque dans l'après-guerre...) le livre de Nicolino dit la même chose. De manière regrettable, les corporations concernées l'ont ressenti comme une agression.

L'agriculture moderne est un secteur, parmi d'autres, saccagée par l'arraisonnement humain du XXème siècle.

Arraisonnement ! Le terme n'est pas trop fort quand on voit les aberrations patentes des lois actuelles.

Quand on déclare illégale telle variété de pomme de terre qui a nourri l'Europe pendant des siècles; quand des firmes souhaitent interdire le commerce de semences traditionnelles sous prétexte qu'elles ne dégénèrent pas; quand ces mêmes firmes tentent de faire interdire le purin d'ortie; quand on nourrit des vaches avec des restes d'animaux...

Si ce n'est de la folie, comment appeler cela ?

moutonsPhilosophiquement parlant il est toujours difficile de voguer entre responsabilité systémique et responsabilité individuelle. En d'autres termes, il est plus prudent de dire à son interlocuteur: "ce n'est pas ta faute si tu agis mal, c'est le système". Ca déresponsabilise et ca le soulage ! Nous sommes donc condamnés à nous accuser les uns les autres: soit nous ne sommes pas vertueux (mais nous sommes libres), soit nous ne sommes pas libres (et nous serions vertueux sinon...).

Et pourtant système il y a !

Au Monopoly, vous pouvez être quatre amis fort gentlemen et vertueux, vous constaterez que les pauvres s'appauvrissent et que les riches accumulent à toute vitesse. Et bien depuis de longes années, nous jouons au Monopoly in vivo. La règle étant simple: "les plus riches peuvent se servir dans la banque de la Nature tant qu'il y en aura". A celà s'ajoute une bonne dose de foi dans le progrès technique, le graal aveuglant derrière lequel nous courrons pour résoudre tous les problèmes planétaires...)

Coline Serreau, le CIV, Bidoche, le Monopoly... où en étions-nous ?

Ah oui ! Nous voulions prévenir les lobbyistes agricoles, les détracteurs de la bio et autres contempteurs de l'écologie qu'en incendiant le film de Coline Serreau (ils vont le faire je n'en doute pas, et ca va être musclé !) ils se trompent de combat.

Car le film est résolument tourné vers les alternatives et l'espérance. Ici, on ne dénonce personne ad hominem.

Ici on dit "regardez ! il y a des gens qui font autrement. Ca marche et en plus... ca paraît sensé".

Merci donc pour cette piqure de rappel et pour tous ces gros plans sur les vaches !

2 réflexions au sujet de « Mort aux vaches et morts au champ d’honneur »

  1. sabrabou

    D'accord. Le principal moyen d'agir et de réagir est de réduire notre consommation de viande. C'est un geste pour les pays du Sud. C'est un geste pour les groins et yeux semi-rieurs. C'est un geste aussi pour les sols, qui pourront respirer davantage (car moins exploités, rappelons que la viande nécessite 7 fois plus de surface par calorie produite que les céréales). C'est un geste pour le climat... Et quoi d'autre ? Ah oui, en parlant de geste : que celui qui mange de la viande ce soir se jette la première pastèque carrée!

  2. Rémi Vandersmissen

    http://www.howworldcan.be
    English: A total reconsideration of our society and way of life
    Français : Une totale remise en question de notre société et mœurs de vie
    Español: Un replanteamiento total de nuestra sociedad y forma de vida
    Nederlands: Een totale herziening van onze maatschappij en levenswijze

    Bonne lecture,
    Rémi Vandersmissen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *