Le questionnaire européen sur la bio nous prend pour des truffes

C'est le mail qui tourne en ce moment dans les réseaux écologistes. Très succinct, j'ai donc reçu au moins 5 fois ce petit message dans ma boîte.

"L’Europe lance une consultation sur l'Agriculture Bio et les OGM"

C'est disponible et à remplir sur le site de l'UE.

Une vingtaine de questions, ce sera parfait pour la pause du déjeuner. Et avec la fierté de me sentir citoyen européen, je m'apprête à remplir le questionnaire comme on renseigne sa fiche d'imposition.

Hélas ! Au fur et à mesure que j'avance, je n'en finis plus de grimacer. C'est cela une consultation européenne sur un sujet aussi important à

Intitulée sobrement "Consultation en vue du réexamen de la politique européenne relative à l'agriculture biologique", un esprit un peu avisé comprend que ledit réexamen relève plutôt de la mise en charpie.

Voici dans le texte les thèmes qui seront abordés:

  • Simplification du cadre juridique sans affaiblissement des normes
  • Coexistence des OGM et de l'agriculture biologique
  • Amélioration des systèmes de contrôle et des régimes d'échanges des produits bio
  • Impact des nouvelles règles d'étiquetage

Lu comme cela, on signe tout de suite et des deux mains non ? Sauf le deuxième item quant à la coexistence OGM/bio qui, de fait, avalise l'agriculture génétiquement modifiée bien que celle-ci, rappelons-le, est massivement rejetée par les populations.

Deux remarques sur la forme.

1) Aucun email ou nom n'est demandé. En résumé, n'importe quel lobby peut engager un système de flooding pour fausser les résultats. Quelques rudiments informatiques permettent au premier venu de programmer un remplisseur automatique pour ce questionnaire.

2) Les cases "autre suggestion" semblent être là à titre ornemental puisque l'on ne peut jamais écrire de suggestion.

 

Quand le raisin perdait la raison

Quelques questions fallacieuses issues du questionnaire :

Vérifier l'absence de résidus de pesticides dans tous les produits bio augmenterait les coûts de production, et donc le prix de ces aliments. Faudrait-il quand même rendre cette mesure obligatoire?

Si l'on est d'accord pour dire que l'intérêt de la bio, c'est quand même le non recours aux pesticides, on ne comprend pas pourquoi l'Union Européenne s'interroge sur la nécessité de contrôler les résidus. Rappelons que pour être certifié bio, un agriculteur subit en principe deux contrôles annuels : un prévu et un inopiné. En général, il s'agit de contrôle plus comptable et administratif pour vérifier qu'aucun pesticide n'a été commandé. Les prélèvements en aval sont rares et plutôt le fait d'associations engagées.

Souvenons-nous de cette histoire révélatrice où le mouvement associatif Générations Futures était assigné en justice par la fédération du raisin (affilié au syndicat agricole FNSEA) pour avoir publié les résultats d'une analyse sur des raisins. 5 ONG européennes, dont Générations Futures, avaient donc mis de leur poche, pour révéler que les raisins vendus en supermarché contenaient beaucoup trop des pesticides. Et parfois plus que ce qu'indique les normes conventionnelles !

Le taux de résidus de pesticides dans les produits bio devrait-il être fixé à un niveau inférieur à celui des produits classiques?

J'ai du relire trois fois cette question pour bien comprendre. Y a-t-il un piège à La réponse est évidemment oui. Mais plus surprenant encore, la réponse devrait être : aucun résidu de pesticides dans les produits bio... sinon ce n'est plus bio. Alors bien sûr il y a l'histoire de la bouillie bordelaise autorisée pour la vigne même en bio (mais en plus faible quantité). Mais on est d'accord pour parler des pesticides au sens de ceux qui pénètrent la plante. Lesquels àJe sais pas moi, ceux-là par exemple. Ceux qu'on retrouve dans l'étude sus-mentionnée.

Acrinathrin, Azoxystrobin, Bifenthrin, Boscalid, Brompropylat, Carbendazim, Chlorpyrifos, Chlorpyrifos-methyl, Cyfluthrin, Cypermethrin, Cyprodinil, Deltamethrin, Dimethomorph, Endosulfan, Ethofenprox, Fenazaquin, Fenhexamid, Fenitrothion, Fludioxonil, Flufenoxuron, Flusilazol, Folpet, Hexythiazox, Imidacloprid, Indoxacarb, Iprodion, Iprovalicarb, Kresoxim-methyl, lambda-Cyhalothrin, Lufenuron, Mepanipyrim, Metalaxyl, Methiocarb, Methomyl, Methoxyfenozide, Metrafenone, Myclobutanil, Penconazol, Propargit, Pyraclostrobin, Pyrimethanil, Quinoxyfen, Spinosad, Spirodiclofen, Spiroxamin, Tebuconazol, Tebufenpyrad, Tetraconazol, Triadimenol, Trifloxystrobin, Zoxamid,...

Autre question sur-réaliste

Le seuil au-delà duquel une éventuelle présence accidentelle d'OGM doit être indiquée sur l'étiquetage des produits bio devrait-il être inférieur au seuil autorisé pour les produits traditionnels?

Bah non pardi ! Il devrait être supérieur. On voudrait que pour la bio, les OGM soient davantage tolérés bien entendu !

Blague à part, n'est-ce pas déjà une nouvelle étape dans le processus d'acceptation que les OGM pourront contaminer tout, surtout la bio. On se souvient que lors de l'harmonisation européenne le seuil d'OGM dans la bio était passé de 0,1% à 0,9%. Mais évidemment toutes ces contaminations seront accidentelles...

La bio c'est bien mais c'est contraignant...

En tant que consommateur, seriez-vous disposé à payer un prix plus élevé pour les produits bio, si cette augmentation résultait de la baisse du seuil au-delà duquel la présence éventuelle d'OGM doit être indiquée?

Avec cette question, on a compris où l'Europe veut en venir. En d'autres termes : "Chers consommateurs, il va falloir choisir. Plus d'OGM dans la bio moins cher ou de la bio ultra-chère pour les ayatollahs verts que vous êtes à refuser le progrès technique !" Forcément, avec une telle alternative... on a la sensation que ce n'est plus une consultation mais un ultimatum !

Les dérogations aux règles de production accordées aux agriculteurs et opérateurs devraient-elles toujours être temporaires?

Si les dérogations existent en bio, c'est bien pour des circonstances exceptionnelles. On ne voit pas bien pourquoi elles devraient cesser d'êttre temporaires. En même temps, on vit bien en Vigi-pirate depuis 1991, c'est à dire que nous sommes dans un dispositif d'urgence et dérogatoire censé être temporaire... depuis 22 ans ! Mais c'est un autre sujet. Non ?

Je vous laisse à la joie de découvrir les questions sur l'alimentation et le bien être des animaux. C'est du même acabit et vous devinez déjà qu'il va falloir assouplir certaines mesures hautement archaïques défendues par le cahier des charges bio.

Seriez-vous d'accord pour que les opérateurs de la filière biologique ayant de bons antécédents en matière de respect des règles soient inspectés moins souvent, par exemple tous les 2 ou 3 ans?

Et même plus du tout ! Ca fera une bio encore moins cher si j'ai bien compris ce que nous explique l'Europe ?

Allez, cessons les sarcasmes. Soyons constructifs. N'y tenant plus, j'ai envoyé un mail au responsable du questionnaire. Je lui ai dit qu'on pouvait, soyons fous, fiancer la bio et ne pas répercuter ce "surcoût" lié au contrôle en taxant les producteurs non bio. Oui oui, je lui ai parlé du label Agriculture Chimique que l'Europe avait instauré un certain 1er avril 2011... mais qui n'a bizarrement jamais été appliqué.

L'agriculture bio n'existe pas, c'est l'agriculture chimique qui existe et qui doit, non plus être subventionnée, mais taxée. Si vous saviez la disparité des aides européennes an matière d'agriculture...

Mais nul doute que certains lobbys sis à Bruxelles auront su convaincre nos élus. Ils ont les meilleurs, comme John par exemple:

5 réflexions au sujet de « Le questionnaire européen sur la bio nous prend pour des truffes »

  1. Paul JEAN

    ATTENTION DANGER !!
    « BOURRAGE DES URNES » EN VUE A LA COMMISSION EUROPEENNE
    Le questionnaire qu’elle propose dans le cadre de la « Consultation en vue du réexamen de la politique européenne relative à l'agriculture biologique » ouverte au public du 15/01/2013 au 10/04/2013 comporte un grave bug.
    Un même internaute peut soumettre et valider ses réponses autant de fois qu’il le souhaite.
    De plus, la simplicité de la conception technique du questionnaire pourrait permettre la validation de réponses de façon automatique et en nombre illimité au moyen de logiciels adaptés, à la portée d’informaticiens de bon niveau.
    Cela remet en cause la validité des conclusions de cette enquête qui devaient être utilisées par les experts chargés d’élaborer les futures nouvelles normes encadrant l’agriculture biologique.
    Ayant découvert ce bug en remplissant un deuxième questionnaire qui a été validé sans problème, (faites en l’expérience si vous en doutez !) j’ai souhaité informer un maximum de personnes autour de moi afin que chacun sache qu’il peut participer à son insu, non à un processus démocratique, mais à une fantastique entreprise de manipulation de l’opinion publique.
    Vous devez informer vos sympathisants ou adhérents de la réalité de cette situation et demander la mise en œuvre de moyens techniques pour résoudre ce problème, ou le retrait pur et simple de cette consultation qui dans sa forme actuelle est un véritable déni de démocratie.
    Ne rien faire reviendrait à valider le bourrage des urnes lors d’élections.
    Ne gardez pas cette info pour vous, faites le buzz, écrivez à vos élus, à la Commission Européenne…
    Se taire, c’est être complice.
    Paul JEAN

    Liens : Présentation du questionnaire :
    http://ec.europa.eu/agriculture/consultations/organic/2013_fr.htm
    Questionnaire :
    http://ec.europa.eu/yourvoice/ipm/forms/dispatch?form=orgagric2013&lang=fr
    Mon mail : monventoux@laposte.net

  2. Véronique

    Je suis allée voir ce formulaire, j'ai commencé à répondre aux questions et j'ai finalement renoncé, 'comme vous le démontrez très précisément) je le trouve très fermé en fait , l'agriculture bio y apparaît très vite comme comme anormale, ce qu'elle est d'ailleurs dans nos pays au sens statistique. Je trouve que le questionnaire amène peu à peu à répondre par exemple que, bien sûr il faut des règles plus strictes pour garantir qu'il y aura éventuellement moins de 0,9% d'OGM dans les aliments bio (seuil qui a été accepté par l'UE). Les producteurs devront apporter ces garanties pour bénéficier du label "bio".
    Au final, je me pose la question : comment vont faire les petits producteurs qui n'ont pas les dispositifs de mesures de tous les résidus de pesticides et autres OGMs, ils les paieront de plus en plus cher à ceux qui disposeront des moyens toujours plus lourds que nécessitent ces analyses, surtout quand on diminue les seuils d'acceptation ...
    Et qui dispose de tels moyens? ceux qui pourront continuer à faire des productions à bas prix "conventionnelles" tout en s'accaparant les terres moins polluées pour y produire de la "bio" industrielle qui n'a plus de bio que le nom. CQFD.

    Bref, dans tout ça il y a un présupposé : les OGMs et le conventionnel sont normaux, je ne vois pas de question qui remette en cause leur présence, donc la "bio" est traitée comme une excroissance lucrative : si moi consommateur j'en veux, il faudra payer pour tous les contrôles, il n'est jamais question de remettre en cause le système actuel. Ce qui me gêne, c'est que je n'ai même pas l'occasion de le dire dans le questionnaire - (je suis curieuse de savoir qui l'a rédigé d'ailleurs...).
    Selon moi, ce n'est pas une consultation publique c'est un leurre.
    Je ne pense pas que la législation qui va être concoctée à Bruxelles avec les milliers de lobbyistes qui gravitent autour des députés sera bénéfique à la bio telle que nous la concevons...

  3. émilie

    Je pense que le but de cette soit disant "étude" est en fait très claire: donner des arguments chiffrés à un assouplissement des règles de la bio industrielle... des vrais chiffres tiré d'une fausse étude à laquelle auront pu participer de vraies personnes dont les réponses seront noyées dans "la validation de réponses de façon automatique et en nombre illimité au moyen de logiciels adaptés" pour citer paul JEAN qui pense les alarmer de leur erreur... Je suis plus cynique et je ne serai pas étonnée d'apprendre que ceux qui ont crée ce questionnaire ont également crée les logiciels destinés à y répondre "faussement" en masse... bref le vrai et le faux se mélangent .. et le citoyen est berné...un scénario bien rôdé.

  4. Martin

    Rassurez moi, la vidéo c'est une caricature quand même ?
    Sinon, très bon article, et le reste de votre blog que je commence à parcourir me semble très intéressant également!
    J'avais dans l'idée de faire un blog ou site pour partager mes coups de cœurs et écrire quelques réflexions, mais quand je vois tout ce qu'il ya de disponible sur la toile je sais pas trop ce que je pourrais ajouter :-S

  5. Baptiste

    Bonjour Martin,

    Oui c'est une fameuse vidéo signée Groland.
    Merci pour vos compliments. Si vous preniez la plume, signalez-le nous et nous nous ferons un plaisir de vous mettre en liens amis.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *