La conférence eco-SAPIENS avec Dominique Bourg et Sébastien Kopp

Comme promis, voici le compte rendu de notre conférence du 3 Décembre autour de la question "Y a-t-il un business model dans la décroissance ?"

Conférence est un bien grand mot puisque l'idée était bien de profiter de la convivialité et de la simplicité du lieu (l'Equitable Café à Marseille) pour pouvoir discuter décontracté.

Comme cela a duré deux heures, qu'il y a eu environ 30 questions/interventions, il est inconcevable de balancer l'enregistrement tel quel. Voici donc le synopsis.

Développement durable et décroissance

Et si on passait à côté du débat !

le sens bordel !
D'emblée, Dominique Bourg envoie le développement durable aux oubliettes. Non seulement il explique (en s'appuyant sur le rapport de Tim Jackson... on en reparlera) que ce n'est pas possible de découpler croissance économique et prélèvement des ressources, mais il va plus loin encore dans son "apostasie".

Le Développement Durable aura servi à masquer les questions soulevées par les pionniers de l’écologie qui interrogeaient la notion de croissance. Les 25 années d’essor du DD correspondent au moment où le néolibéralisme s’impose !

Autrement dit, les masques tombent. Le développement durable n'était que de la verdure digérée par le libéralisme. Et on a perdu du temps. Au passage, M Bourg rappelle quelques bases de la littérature décroissante. A savoir que la technologie ne résout pas les problèmes écologiques en raison de deux biais : création de nouveaux besoins donc de nouveaux biens (fuite en avant consumériste) et abaissement du coût de production entraînant une "démocratisation" des biens (effet rebond).

Il rappelle que des études démontrent que le maximum de bonheur ne correspondent pas au maximum de consommation de biens matériels (ndr: il fallait bien une étude pour ça !)

Sébastien Kopp met lui aussi les pieds dans le plat en disant qu'il avait demandé à changer le titre de la conférence (ce qui est vrai !). Croissance, décroissance, développement durable, on oublie un pilier fondamental, peut-être le seul : celui du sens. Quelle vision, quel projet de société, quelle portée culturelle et artistique ?

Paradoxalement, partant du constat que l'économie a pénétré toutes les sphères du réel, il explique qu'il faut donc créer des entreprises qui ne créent non pas de la richesse ou de la valeur mais qui créent du sens. En espérant que le sens suffira à faire office de marketing...

Je résume cela à la simple question de savoir pourquoi on se lève le matin et si l'on est heureux de se lever ! Etrangement, la recherche de la rentabilité a conduit nombre d'entreprises à trouver des modèles économiques de plus en plus complexes, voire incompréhensibles. D'une certaine manière, on s'éloigne du sens.

Au fond, cette quête obsessionnelle de l'argent démontre justement l'absence de sens. Comme on n'a pas de projet de société, en attendant, chacun cherche à accumuler le plus possible pour le jour où il y aura un projet de société.

Ecouter la partie 1

Télécharger la partie 1

Le pouvoir d'achat et le sens d'achat

Dominique Bourg plussoie ces remarques. Il observe que c'est la même désorientation qui sous-tend la notion de principe de précaution (même s'il n'est évidemment pas contre le principe de précaution).

Vision d'horreur : et demain ?
La question du sens sera-t-elle encore possible demain ? Il évoque le projet transhumaniste qui vise à affranchir l'homme de toute limite, notamment l'immortalité.

La question du sens est révolutionnaire. C'est la seule qui soit aujourd'hui tabou. C'est pourtant la première que se posent les sociétés traditionnelles.

Sébastien Kopp raconte. Venant de milieux aisés et ayant fait de bonnes études, on ne se pose pas la question si « entreprendre est facile ou difficile ». On se dit juste « si ce n’est pas nous qui le faisons, qui le fera ? ». On a fait une boîte pour travailler dedans mais aussi pour pouvoir se procurer la basket dont on rêvait.

Il mentionne les plus-values de la basket Veja (coton bio, agro-écologie, seringueros, payer le caoutchouc au prix qu’il faut pour laisser la forêt en pied).

Après 3 ans, ca marche. Mais on devenait des petits patrons un peu cons… Qu’est-ce qui se passe dans l’entreprise ? On pourrait être en SCOP par exemple. Pour l'instant on a plafonné les écarts de salaires.

Le projet est chouette mais si c’est pour finir patron en 4x4, on rate l’essentiel ! Paradoxalement, la première prime pour la coopérative brésilienne a été dépensée pour avoir des antennes télévisions… alors qu’il manquait tout là-bas ! Mais on ne peut rien dire. Ou alors on tombe dans le neo-colonialisme.

La consommation est un vote ! A pas tant que ça, on peut changer les choses rien que par le choix des achats !

Ecouter la partie 2

Télécharger la partie 2

Contradiction et polémique sur EDF

Je rappelle les 3 modes d'eco-SAPIENS. L'information pour expliquer et convaincre par la raison. Le comparateur de produits pour la facilité d'accès, convaincre par la pulsion. Et enfin, l'entreprise elle-même qui a choisi la cohérence selon l'adage attribué à Gandhi : « L’exemple n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le seul ». Statut coopératif et La Nef.

Sébastien Kopp évoque en plus le fournisseur d'électricité verte Enercoop dont Veja est sociétaire et client. Mais il s'étonne de voir que ces acteurs exemplaires soient aussi peu connus finalement et que les principaux concernées fassent faux bond. Ainsi Les figures médiatiques de l'écologie pourraient les propulser en y adhérant.

J'évoque mon expérience personnelle où, invité à la Fondation Nicolas Hulot, j'avais expliqué que je relaierai les actions quand la fondation changera de banque pour la Nef (eco-SAPIENS ainsi que ses salariés sont à la Nef)

Ca tombe bien, Dominique Bourg fait partie de la Fondation Nicolas Hulot. Il reconnaît que ce pourrait être un formidable echo. Mais il faut savoir lier les deux : petites initiatives exemplaires d'un côté et grosses machineries un peu inertes de l'autre. Si FNH ne va pas chez Enercoop, c’est parce qu’on reçoit des sous d’EDF. C’est effectivement une contradiction.

A la question posée pour savoir si la fin justifie les moyens, Dominique Bourg rappelle que pour gagner en indépendance, il faut avoir beaucoup de dons personnels. Or les attaques climato-sceptiques ont sensiblement fait baisser cette part de don. Comme il travaille aussi avec EDF, il ne veut pas qu'on laisse croire qu'EDF est une entreprise de 150 000 salauds. Le monde n'est pas manichéen. Il faut savoir assumer ses contradictions. Enercoop a au moins le mérite d'inspirer EDF.

Sébastien Kopp répond qu'on a pas vraiment le temps d'attendre qu'EDF change.

Si Enercoop devient en terme de taille comme EDF, Enercoop deviendra-t-elle en terme de valeur comme EDF ?

Ecouter la partie 3

Télécharger la partie 3

Avalanche de questions

Peut-on réduire l'Amazonie à sa valeur marchande ? Viable est préférable à rentable ?
Les initiatives porteuses de sens progressent mais sont petites. N'est-ce pas la course du vélo contre le TGV ?

Malheureusement, toutes ces belles initiatives ne font pas système.
Voire !

Sempiternelles questions sur les pauvres (au Sud comme au Nord) à qui on ne peut pas demander de faire une fort supplémentaire (l'éco-consommation est souvent plus chère).

Sébastien Kopp: Ceux qui ont la possibilité de le faire ne le font malheureusement pas. On vise les salaires medians. Or ils ont une vraie responsabilité car ils ont la gouvernance financière, intellectuelle et culturelle. Et c’est ceux-là qui ne changent pas !

Ecouter la partie 4

Télécharger la partie 4

Salauds de pauvres

Internet va vite et permet de connecter ce fourmillement d'initiatives "sensées". Il manque certainement une incarnation (politique ? syndicale ?)

On a tellement peur de froisser les gens qu'on ose plus dire en face qu'ils dépensent mal leur argent. L'argent n'a qu'une valeur. Mais ne véhicule plus de valeurs...

Anecdote des salariés Moulinex qui manifestent contre la délocalisation de leur usine alors qu'ils achètent de l'électro-ménager chinois.

Beaucoup d'interventions pour démontrer que le choix par exemple d'une alimentation bio, ne dépend pas vraiment du revenu.

Ecouter la partie 5

Télécharger la partie 5

12 questions pour finir

En tout, il y aura eu 30 interventions dans la salle. C'est bien !

Sans pub, comment Veja s’est fait connaître ?

Veja peut continuer à se développer sans croître ?

Le système s’effondre aussi car même physiquement les gens s’effondrent (observateur de la Sécurité sociale)

Quid Enercoop « Les certificats verts « Les AMAP ? le statut SCOP ?

Relation Travail/Consommation

Ecouter la partie 6

Télécharger la partie 6

Encore un grand merci à Sébsatien Kopp de Veja, à Dominique Bourg bien sûr, à l'Equitable café pour l'accueil chaleureux (même si on a été privé de fanfare !) et des bises à l'Elephant du poulailler qui assure toujours pour transformer des citrouilles en carrosse.

La bande complète de 1h45min est disponible mais pèse 100 Mo !

«

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *