Aller au contenu

Hausser le ton

manchots observateursL'automne arrive.

Et c'est comme si personne ne s'intéressait aux derniers mois qui cloront 2011. C'est bien simple ! Octobre, Novembre et Décembre 2011 n'existent que virtuellement.

Tout le monde a hâte de passer à 2012. Car tout le monde se dit que l'on pourra remettre les compteurs à zéro.

Nouvelles élections présidentielles. En France bien sûr mais aussi, ne l'oublions pas, aux Etats-Unis.

Ainsi, de même que le Grenelle de l'Environnement est définitivement considéré comme un échec voire même un fumigène, la politique verte tant attendue par Obama vient de subir un sérieux revers.

L'association Respire et Fabrice Nicolino mentionnent (par-ci, par-là) cette tribune de Robert Redford, soutien médiatique d'Obama lors des élections, contre le président américain. L'acteur qui murmure aux oreilles des chevaux n'a pas su visiblement avoir celle d'Obama.

feux tricoloresCertains peuvent se demander que vient donc faire le people Redford dans cette histoire. Personnellement, jusqu'à la lecture du roman culte Le Gang de la clé à molette de Edward Abbey, et donc au passage la merveilleuse préface de Robert Redford dans la version française, j'ignorais aussi que l'acteur avait une sérieuse culture écologiste.

C'est à dessein que j'emploie le terme culture, de même que l'on parlerait de culture générale.

Voilà, Redford est déçu de voir que les actes ne suivent pas les discours. Les élections arrivent à grand pas et c'est le retour du pragmatisme. Pragmatisme industriel s'entend.

Certains diront que la crise est passée par là et que dans les conditions actuelles (vous savez àla Grèce, le CAC 40 sous les 3 000 points, la note américaine dégradée de AAA en AA+, etc.) il faut d'abord se soucier d'emplois et de finances.

A n'en pas douter, comme tout le monde se focalisera sur 2012, dans le culte du RAZ (remise à zéro des compteurs), on ne peut que prévoir des crispations de toute part.

Pourtant, c'est bien maintenant, avant 2012, qu'il faut opérer ce changement de culture.

Facile à dire bien sûr ! D'autant qu'il y a de quoi se démoraliser encore plus en apprenant au passage que la cour d'appel de Paris a prononcé un non-lieu à propos des retombées du nuage de Tchernobyl en France. Les malades de la thyroïde (entre autres) ne peuvent que se résigner. Leur cancer n'a rien à voir.

Soyons plus précis et plus honnêtes à propos de ces cancers de la thyroïde car ceci est très instructif.

moto hondaD'abord, c'est un cancer avec un bon prognostic (on n'en meurt pas, il se "soigne" bien). Certes.

Le plus déconcertant, c'est cette phrase extraite du site de la Ligue contre le cancer. L'association reprend à son compte le rapport de l'Institut de veille sanitaire.

Des études épidémiologiques avec calculs de risque ont montré que l'augmentation du nombre de cas de cancers thyroïdiens en France ne pouvait être imputée à l'accident nucléaire de Tchernobyl.

En réalité, dans la grande majorité des cas, les cancers de la thyroïde se développent sans cause précise.

Relisez donc.

On constate une augmentation depuis 20 ans. On sait que ce n'est pas Tchernobyl. Mais on ne sait pas la cause. Et l'on sait quand même que, majoritairement, c'est sans cause précise. Le raisonnement est évidemment contradictoire (on ne connait pas la cause mais on sait que ce n'est pas Tchernobyl).

Je ne dis évidemment pas que les auteurs du rapport mentent. Ou que la Ligue trompe le grand public. Je constate juste que rationnellement parlant, cela ne tient pas la route. Et comme tout citoyen lassé du discours lénifiant et abscons tenu par l'industrie nucléaire (y compris dans ses aspects sanitaires), je ne peux que développer de la méfiance.

Cette semaine, Jean-Luc Porquet a rappelé que, catastrophe oblige, malgré seulement un cinquième du parc nucléaire japonais en activité, l'archipel nippon ne s'est pas arrêté de vivre. Et ne s'éclaire pas à la bougie.

Ils ont, c'est incroyable, réduit leur consommation. Comme quoi c'est possible. Dommage que cela soit subi et qu'il faille une catastrophe pour avoir la preuve que oui, il est temps d'amorcer une décroissance énergétique.

Sus au gaspillage. Vive l'isolation. Haro sur la maîtrise de l'énergie et l'efficacité. Et enfin: place aux renouvelables.

Vous croyiez que les compteurs vont redémarrer en 2012. Détrompez-vous, le 29 septembre, l'association négaWatt présente son (tant attendu) scénario 2011.

Mais j'ai bien peur que cela soit déjà complet.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *