Aller au contenu

Emission de France Inter avec Isabelle Giordano

France InterEt moi qui croyais avoir l'expérience de la radio... Il y a quelques années en effet, j'animais une chronique matinale sur la radio Zinzine, une radio libre en Provence. J'y présentais les actualités relatives à l'écologie, à la technologie et aux alternatives. Parfois tout seul, la demi-heure était fort difficile à remplir!

Mais une grande radio nationale où le rythme oblige à faire court, placer régulièrement des inserts auditeurs ou musicaux, c'est vraiment différent. Heureusement qu'Isabelle Giordano sait mettre en confiance. Il n'en reste pas moins qu'on repart toujours avec ce sentiment étrange d'être passé à côté...

En fait, je ne m'attendais pas à avoir une telle caricature dans le contradicteur, trouvé à la dernière minute d'ailleurs, un certain Pascal Perri, spécialiste du low cost.

Une caricature dans tout son éclat. Le retour au Moyen-Âge bien entendu. Mais aussi une perle qui m'éblouit encore:"les gens qui consomment moins provoquent des guerres". Moi qui croyais que c'était la course au pétrole, au gaz et au coltan (Irak, Géorgie, Nigeria) qui se cachaient derrière les conflits. Comme l'annonçait 1984: la guerre, c'est la paix.

Maison de la radioSurtout, je suis sidéré qu'un lobbyste infiltré au Sénat non seulement ne sache pas ce qu'est la croissance économique, mais en plus ose dire que ce n'est pas ce que c'est. A savoir la variation du PIB. Il n'a pu que sortir un vague "La croissance, c'est de la création de richesse". Il va donc falloir, lui qui sait si bien tout, comment il mesure une richesse de 0,5%. Je souhaite d'ailleurs vivement qu'il lise ce billet et reconnaisse s'être trompé. Ou alors, une abeille n'est pas un insecte avec des ailes...

La caricature se transforme en calomnie quand on taxe d'égoïstes ceux qui prônent le partage. De toute façon, Pascal Perri sait tout: ce qu'est la croissance, ce que veulent les couches populaires, ce que veulent les pays du Sud,et ce que disent les objecteurs de croissance. Quel malheur pour moi d'être dans le questionnement alors qu'il suffit d'être un fier aliboron pour polluer médias et politiques.

Enfin, je reconnais que l'initiative de parler de décroissance sur un grand media à une heure de grande écoute, c'est un geste très courageux. Isabelle Giordano ose aborder un sujet qui est finalement le seul à susciter autant de passions et d'émoi. Pas moins de 204 commentaires ! J'avoue moi-même avoir été déboussolé tant Pascal Perri enchaînait avec assurance les perles de l'alamanach du croissanciste. Je me suis dit: "Va vraiment falloir reprendre tout depuis le début. Quel société on veut àCe qui est possible àA quelle échelle de temps raisonne-t-on ?" Mais une heure c'est trop court.

Un conseil:

si vous souhaitez consommer moins c'est facile. N'achetez pas le livre de Pascal Perri !

Le site de l'émission service Public

Ecouter l'émission

RAJOUT SUITE A UN MAIL RECU: Mr Perri a des antécédents !
On me signale quelque chose de sidérant. Déjà Pascal Perri s'appelle plutôt Pascal Perrichon.
Un internaute m'a envoyé ce lien: http://www.lexinter.net
En gros, il a obtenu un parachute doré après avoir coulé Air Liberté. "ces avantages ont été versés alors que le redressement de l'entreprise n'était pas acquis". Les mots manquent pour qualifier ce genre de personnage.

Commentaires Facebook

15 thoughts on “Emission de France Inter avec Isabelle Giordano

  1. Les Potagers de la colère

    Le message que tu véhicules n'a pas pour objectif de convaincre chaque "croissanciste" mais mieux faire réfléchir ceux qui n'ont pas un avis tranché sur la question !!!

    "Mais une heure c'est trop court", finalement face à ce monsieur Pascal Perri c'est plutôt trop long, heureusement que la radio sert à diffuser un message que tu as pour ma part bien argumenté.

    Il n'y a pas que M. Perri en la demeure....

  2. BARBIER Françoise

    Ne soyez pas aussi agressif. Vos arguments ont porté,soyez en persuadé. Ceux de Monsieur Perri également.La vérité est dans le choix de chacun.Laissez nous libres

  3. Martin

    Rassurez-vous ! Au vu des commentaires sur le site de l'émission, on peut dire que ce monsieur Low Cost n'a pas, mais alors pas du tout, fait l'unanimité.

    Rien n'est perdu !

  4. Camille Berberian

    Epoustouflé par l'aisance avec laquelle Mr Perri révise la "vérité historique". En y réfléchissant, on voit mal quels faits historiques lui permettent d'affirmer qu'à une grande échelle, simplicité volontaire et convivialité mènent inéluctablement à "la guerre".

    Mr Perri parlerait-il sans réfléchir ? ...

    Modéré par l'administrateur

  5. Camille Berberian

    Ce qui est étonnant, c'est qu'il n'ait pas encore Péri... sous sa bêtise.

  6. Matthieu

    Baptiste, si j'étais toi, j'aurais certainement publié un billet de bonne humeur, en mettant en avant le fait que la "révolution verte" en court se diffuse si bien que France Inter conçoit une émission particulièrement positive sur les nouveaux modes de consommation plus "responsables", en donnant la parole majoritairement à des gens qui sont pour ses nouveaux modes de consommation, bien davantage qu'en donnant la parole à des gens qui sont contre. Et en choisissant un contradicteur aussi peu convaincant, c'est plutôt une excellente chose pour ce que les auditeurs auront retenu du message de l'émission... 🙂

  7. Wombat

    Baptiste, je dois dire bravo. Bravo d'avoir gardé ton calme face à ce croissanciste énervant qui ne semblait pas écouter vos argument. Ce qui me désole c'est que même si tout ceux qui sont sensibilisé à cette question de décroissance ont pu facilement s'effarer des non-sens de M. Perri, ceux qui n'ont aucune notion de la chose et pour qui ce genre d'émission est destinée (car preché les convaincus cne sert à rien) ont pu facilement succombé aux arguments de M.Perri qui se cache derrière son statut de "spécialiste", "auteur".

    Je sais pas trop si j'ai été clair :S

  8. admin

    Merci les amis d'avoir exprimé votre ressenti.
    @Wombat: très clair !
    c'est vrai qu'un moment j'ai crû que j'allais perdre mon sang froid. Le manque d'expérience certainement. Mais la bonne humeur de Giordano m'a aidé à me ressaisir.

    @Matthieu
    La bonne humeur se trouve dans la dernière phrase de mon billet 😉
    Mais je rejoins ton constat. Finalement, c'est plutôt une drôle d'entrée en matière de la décroissance sur une grande radio...

  9. Tempérance

    Grâce à vous j'ai passé un excellent moment dans ma voiture hier!
    J'ai beaucoup apprécié votre intervention et partage l'avis de vos lecteurs, vous vous en êtes très bien tiré face à Mr PERRI .On ne peut pas opposer riches et pauvres, le mieux consommer concerne tous et chacun, quelque soit sa catégorie sociale et ses revenus.Cela ne veut pas dire non plus qu'il n'y a pas de consommation, elle est autre simplement.
    Je signale votre site dans mon blog.

  10. grelinette

    J'ai écouté une partie de l'émission et très honnêtement j'ai trouvé que vous avez bien tenu la barre. Dans la forme, je trouve toujours assez désagréable ces intervenants au ton péremptoires. C'est fatiguant.
    Tiens c'est amusant, quand j'habitais dans le 04 j'écoutais souvent radio zinzine. Je suis même allé me balader là haut sur la montagne d'où elle émettait.

  11. Fred

    Bravo pour ton site et pour la qualité du débat sur Inter.

    Petite contribution perso à la "sympathique controverse" sur la définition de la croissance économique,

    La définition la plus simple à ma connaissance :
    Taux de croissance annuel = Taux de variation annuel du PIB.

    Pour Baptiste, la croissance c'est "la variation du PIB par rapport à l'année précédente".
    C'est exact et précis.

    Pour Pascal, la croissance c'est "la création de richesses et la somme des valeurs ajoutées".
    La somme des valeurs ajoutées représente bien une création de richesses mais ça, c'est le PIB et non la croissance.
    Manquait juste la notion de variation annuelle, Pascal n'était pas loin! 🙂

    Pour mémoire, le PIB de la France c'est la somme des valeurs ajoutées des entreprises françaises.

    Voici une proposition de "mise en équation" de l'entreprise issue de la simplification maxi d'un compte d'exploitation :

    Chiffre d’affaire - achats liés au CA = valeur ajoutée - coûts ajoutés = profits.
    Avec coûts ajoutés = coût du travail (salaires) + coût du capital (ex. intérêts bancaires) + fiscalité (impôts et taxes).

    La valeur ajoutée, c'est donc "la valeur que l'on ajoute" par exemple à une matière première achetée par l’entreprise pour la transformer afin d'obtenir un produit fini valorisé en chiffre d'affaire.

    Dans les Entreprises, notamment de production (économie réelle bien sûr!), la valeur ajoutée est donc assez directement le reflet du travail accompli par l'ensemble des salariés.

    In fine, la notion de valeur ajoutée (et donc de PIB et de croissance) est donc assez directement reliée.. à l'emploi.

    Alors la décroissance pourquoi pas mais il va falloir réfléchir à comment ne pas engendrer mécaniquement.. du chômage.

    La nature ne connaissant rien qui soit linéaire et constant, une croissance toujours positive est a priori également une vue de l'esprit.

    Si c’était simple, il n’y aurait pas de problème..

    Pour ma part, je pense qu'il a fallu, qu'il faut et faudra toujours contribuer ensemble (les Baptiste et les Pascal) à améliorer, adapter, transformer le modèle social et économique dont nous avons hérité.

    Si possible progressivement et en bonne intelligence afin d’éviter les ruptures brutales, les cassures, les conflits qui ont trop souvent jalonné l’histoire de notre civilisation.

    Bon, la chute est un peu lyrique mais il se fait tard.. 🙂

    Encore bravo et bonjour à Longo Maï ! 😉

    Fred.

  12. admin

    @Tempérence : nous sommes bien d'accord. Entre consommer moins et consommer rien... il y a de la marge.

    @Grelinette : Les compliments venus d'un instrument aussi piquant et aiguisé comme la grelinette font plaisir 😉

    @Fred : ca c'est un point crucial. Et cela montre bien que ce sont surtout les inégalités qui "créent" le chômage. Finalement on revient à cette distinction entre ceux qui croient qu'il faut faire un plus gros gâteau car ainsi les miettes seront plus grosses, et ceux qui considèrent que le gâteau est bien assez gros pour tous. S'il n'y avait pas 2 des 10 invités qui en mangent les 3/4 !

    Après il faudrait s'attacher à parler du travail de manière plus approfondie. Une autre fois 😉

  13. katia

    Cher Baptiste

    Effectivement, c'est assez encourageant de voir que la vision Perri n'est pas partagée, ou alors par les mêmes cyniques que lui...
    J'ai reçu des messages de soutien sur facebook!
    Nous sommes contents alors...
    A très vite

  14. Renaud

    Bonjour,
    Suite à cette emission sur France-Inter, j'ai noté votre site et je viens de découvrir qu'en premier mon ixquick.com me donne en priorité le site "eco-SAPIENS - guide d'achat ethique". Je n'ai pas creusé davantage avant d'aller voir la seconde adresse proposée "le blog des eco-SAPIENS avec l'emmission de Giordano". Est-ce la même chose?
    Pour l'emmission, je trouve que vous vous êtes bien débrouillé. la preuve je me renseigne alors que pour votre contadicteur, c'était "low-low" et même en-dessous.
    Renaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *