De mèche avec les renseignements généreux

Follow your dreamsIl y a quelques temps, je participais à une action de désobéissance. Bref, je faisais quelque chose d'illégal... mais de légitime. D'ailleurs, à bien chercher, nous avons tous commis des actes illégaux mais légitimes. Par exemple, dans le métro, passer par-dessus le portillon parce que le ticket s'est démagnétisé, ou parce que l'on s'était trompé de quai.

Durant cette action de désobéissance où nous nous apprêtions à occuper une grande entreprise de missiles (sous couvert d'un patronyme à la mémoire d'un célèbre théorème...) nous avons, justement, pris le métro parisien. Au bout de cinq secondes, nous avons repéré un type bizarre, un quidam plutôt costaud, habillé sombre et en train d'appeler avec un super téléphone.

Je me suis approché de lui pour savoir ce qu'il racontait au téléphone.

"Il y a deux chèvres, cinq vaches, trois cochons..."

Je n'invente rien.

Alors j'ai eu mal pour mon pays. Moi qui imaginais les agents des renseignements généraux sur-entraînés, discrets et aptes à parler un langage codé anodin et indécelable. Eh bien non ! C'était grossier, criard et bouffon. En cinq secondes, il était grillé. Alors la trentaine de désobéissants que nous étions, nous l'avons regardé fixement. Il avait l'air penaud et moi j'étais mal à l'aise pour lui. Déçu aussi que mes impôts partent dans une élite aussi peu professionnelle. Chacun son rôle ! Moi je désobéis. Lui doit être discret.

Dali dans le mtéro parisien
Dali sortant du métropolitain

Nous l'avons semé à la station d'après. Un jeu d'enfant.

Voilà, ce fut ma première rencontre avec les renseignements généraux, institution pour la quelle j'ai, bizarrement, beaucoup de sympathie.

Au final, nous avons bien squatté le siège de l'entreprise spécialisée dans les systèmes de défense. L'action s'est bien passée malgré un impact médiatique faible (un article dans le Figaro).

Mais oublions les renseignements généraux et voyons leurs cousins: les renseignements généreux. Au départ, comme le nom l'indique, il s'agit de partager, sous formes de brochures, une synthèse autour d'enjeux sociétaux: publicité, dette des pays du Sud, nucléaire, agriculture, démocratie...

Partisans, les renseignements généreux àOui mais tout sauf dogmatiques car on est séduit par la limpidité et le déroulé pédagogique du propos.

Les brochures circulaient sous le manteau, de festivals en festivals tout en étant consultables sur le site internet. Site web qui fournit également d'autres ressources documentaires toujours pertinentes et inspirantes. Eco-sapiens se nourrit d'ailleurs de ces informations (cf interview d'un fabricant de papier recyclé).

Désormais, les renseignements généreux sortent une revue dont le mot d'ordre, avouons-le, fait du bien !

La revue La Traverse commence en effet avec un article intitulé "Nous avons besoin de visions positives", sorte de pied de nez au travail encyclopédique de recensement de toutes les mauvaises nouvelles qui pleuvent sur nos semaines.

La revue essaie de remonter aux sources du problème global: pourquoi si peu de contestation àEn cela, la théorie de la tendance à la réduction de la dissonance cognitive (résultat de la psychologie sociale) nous permet au moins d'envisager une cause. Il est dur de renoncer à quelque chose pour lequel nous nous sommes beaucoup impliqués.

Plus tard, un article teinté d'humour aborde la question du langage. On y apprend (ou rappelle) que la position "modérée" (appelée bof-bof) mène très souvent à l'absurde. Croire aux fantôme, croire en Dieu ou croire au complot du 11 Septembre (lisez l'article ne serait-ce que pour apprendre comment la Maison Blanche n'a jamais eu besoin de tuer 2 000 personnes pour manipuler l'opinion publique, une fausse infirmière qui passe à la télé suffit à partir en guerre contre l'Irak). On ne voit pas trop comment la position intermédiaire peut tenir.

Enfin, l'interview de Xavier Renou est éclairante. D'abord parce que son parcours est chargé de symboles. Etudiant, il s'inscrit dans l'anti-fascisme (choisissant de faire une thèse sur le GUD... à la faculté d'Assas !) pour arriver à la dénonciation de la privatisation de la violence (campagne Greenpeace). Aujourd'hui, avec le collectif des désobéissants, il initie à la désobéissance civile non-violente. Ainsi, des milieux de tous horizons, avec des causes fort différentes, se retrouvent. C'est ainsi que le monde du handicap qui dénonce le manque d'investissement au Conseil général des Hauts de Seine, va, temporairement, rencontrer des faucheurs ! Partage d'expérience garantie !

Lorsque Xavier Renou raconte l'anecdote de cet agent de la sûreté militaire qui avait infiltré les Désobéissants ("un type charmant") et qui a été démasqué par une lettre anonyme, je m'amuse encore.

J'imagine la vie de ces agents doubles, qui se retrouvent à faire des stages de clown-activisme ou à manger bio avec des anti-pubs. J'aimerais savoir ce qu'ils en pensent au fond. A-t-il des moments authentiques de joie durant ces stages àVoit-il le monde différemment après ?

Et je me dis que j'ai raté ma carrière. J'aurais tant aimé être agent secret et énumérer les animaux de basse-cour dans le métro parisien...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *