Aller au contenu

Vegan, catastrophisme, Internet… blasé !

Je confesse passer trop de temps à lire à droite à gauche tout ce que la toile me fournit. C'est de la vraie procrastination. Sous couvert de coller à l'actualité ( "veille technologique"... vraiment ? ) j'absorbe chaque article ou interview qui me passe sous les yeux. Jusqu'à l'indigestion.

Les réseaux sociaux ne me proposent que des articles franchement déprimants. Tenez, pour exemple, ma revue de presse matinale façonnée par les algorithmes de facebook, mes flux rss et mes boites mails, m'ont appris que "le plancher océanique est tapissé de déchets plastiques".

Le plus désespérant c'est aussi la réaction que cela suscite avec cette préconisation :

un réseau mondial de surveillance est nécessaire afin de partager les données sur la pollution plastique des grands fonds et "il faut s'appuyer sur les modèles de circulation océanique afin d'identifier la manière dont les déchets circulent".

Je suis blasé car à chaque fois que l'on découvre l'ampleur des conséquences de notre humaine inconséquence, on se précipite pour mieux la comprendre. Là où il faudrait seulement agir.

La (relative) bonne nouvelle de cette revue matinale c'est le prix Goldman décerné à Claire Nouvian, fondatrice de Bloom, l'association qui alerte sur la surpêche en eau profonde. Reconnaissance environnementale pour son formidable combat mené contre les hypermarchés et la commission européenne.

Elle était l'invitée d'une émission radiophonique hier. Après avoir raconté avec émotion comment elle a survécu au Tsunami de 2004, à propos de son engagement, voici ce qu'elle déclare un moment :

Je suis désespérée, au sens il n'y a aucun espoir. On a pas le droit de le dire, surtout dans les médias. C'est pas la question de l'espoir, aujourd'hui c'est la question de l'action. Faisons tout ce qu'on peut, tout ce qui est à notre portée et on fera le bilan plus tard.

Cette phrase est dans la pure veine de la philosophie de Gunther Anders, que j'avais découvert il y a 10 ans grâce à la formidable maison d'édition "Encyclopédie des Nuisances". Le sujet du catastrophisme éclairé, sur le fond, n'a pas beaucoup changé depuis Hiroshima. Seules la menace et l'imminence de la catastophe. A moins que nous ne soyons déjà dedans...

Sur la polémique Vegan

Depuis quelques mois l'actualité s'enflamme pour dénoncer l'activisime vegan. Ce terme jouit d'un éclairage médiatique, certainement grâce aux succès d'une part de l'association L214 et de l'engagement sincère de l'animateur et écrivain Aymeric Caron. Mais quiconque s'intéresse un peu au mouvement dit vegan sait que cette actuelle polémique date du siècle dernier. Et je me souviens de mes premières lectures anti-spécistes en 2003...

Je n'aime pas trop prendre ce ton blasé qui paraît forcément un peu condescendant. Car au contraire, je rafole du débat ! Mais pourvu qu'il puisse se réinventer.

Ce que je trouve positif et nouveau malgré tout, c'est le succès, grâce à la communication, de L214 et Bloom par exemple. L214, nous relayions déjà en 2011 (l'asso existe depuis 2008). Les caméras cachées dans les abattoirs ont fait mouche.

Pour Bloom, ce qui a fait mouche, c'est leur formidable B.D. pédagogique que nous avions relayée dès réception !

Pour les plus curieux, il existait un important mouvement "végétalien" dans la France de 1920 associée à un courant anarchiste (Rirette Maitrejean, Louis Rimbault...) qui avait plus ou moins tout dit à propos du débat vegan/anti-vegan (aujourd'hui allégorisé par Aymeric Caron/ Jocelyne Porhcer).

Ce n'est pas la première fois qu'au hasard d'une lecture, je réalise à quel point notre monde moderne a oublié que les dernières décennies avaient déjà très bien analysé les enjeux autour de l'Homme et de la Planète.

Internet et les applis webs

C'est aussi au hasard d'une lecture (fortuitement un autre anarchiste, l'anthroplogue David Graeber, dans Bureaucratie) que je suis tombé sur cette phrase page 162:

La plupart des gens qui travaillent dans des entreprises ou à l'univeristé ont été témoins d'une scène comme celle-ci. Un certain nombre d'ingénieurs sont assis dans une pièce, ils échangent des idées entre eux. Un nouveau concept, qui paraît prometteur émerge de leur discussion. Puis une personne qui pianote dans un coin, sur un ordinateur, après avoir effectué une rapide recherche sur Google, annonce que cette idée "neuve" est en fait ancienne; on a déjà essayé de la mettre en oeuvre.

Elle a soit échoué, soit réussi.

Si elle a échoué, aucun manager n'accepetera de dépenser de l'argent pour tenter de la ressuciter. Si elle a réussi c'est qu'elle a été brevetée, et on supppose qu'entrer sur ce marché est un objectif hors d'atteinte, puisque les premiers à y avoir pensé auront l'avantage du premier entré.

Le nombre d'idées à première vue séduisantes qui ont été étouffées dans l'oeuf de cette façon doit se compter par millions.

Et effectivement je pense avoir vécu ou provoqué ce genre de scène une dizaine de fois. Dédicace aux start-up de l'économie collaborative ! Mais bizarrement, comme pour le catastrophisme éclairé, cette course en avant technogique ne mène pas forcément à la paralysie, au contraire !

J'ai par exemple souvent ce genre d'échange sur toutes les applications censées nous aider à décrypter l'éco-consommation. Nous sommes nombreux à nous dire qu'une application web proposant une analyse en direct des articles à consommer (droits sociaux, impact environnemental, etc...) serait utile pour nous guider.

Peut-être. Mais, soyons fou, imaginons une appli qui reconnaît le poisson sur l'étal et vous dit en direct "attention, ce poisson fait l'objet d'une surpêche" ou "ce poisson encourage la pratique de la pêche électrique" ou "celui-ci favorise le raclage des fonds" etc etc... cela finirait par êttre absurde.

De la même manière que nous n'avons pas besoin d'un énième rapport pour identifier la manière dont les déchets circulent sur le plancher océanique, nous n'avons pas le temps de nous permettre d'affiner les algorithmes d'intelligence articielle et tutti quanti pour mieux évaluer le désatre en cours.

Je sais tout le côté paradoxal de ce propos, surtout pour un "guide d'achat éthique". Effectivement, un moment donné, il faut bien savoir pour agir. Mais comme disait Sven Lindqvist dans "Exterminez toutes ces brutes" :

« Vous en savez déjà suffisamment. Moi aussi.

Ce ne sont pas les informations qui nous font défaut. Ce qui manque, c’est le courage de comprendre ce que nous savons et d’en tirer les conséquences ».

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *