Aller au contenu

500 ans après, Magellan finit son tour du monde

Mercredi, Montreuil, "il pleut doucement sur la ville" comme écrivait Verlaine citant Rimbaud. Je parviens au toit d'un immeuble industriel en bordure d'autoroute. L'édifice des années 70 s'appelle MoZiNor (Montreuil Zone Industriel Nord) et il va falloir mettre la fiche wikipedia à jour car le dernier étage, appelé lot 38, comme dans un roman de Thomas Pynchon, n'abrite plus d'ateliers d'artistes.

Sébastien et Katie m'accueillent dans leur atelier. Ils ont entièrement rénové le lieu. Méconnaissable. Nous sommes à l'Atelier Magellan où les artistes ont laissé place aux saveurs épicées et chocolatées.

J'avais prévu de passer une petite heure, comprendre leur aventure, découvrir leur secret et les dessous de leur succès. Une épicerie, un atelier bio, équitable, solidaire avec des saveurs venus du monde entier et maintenant ils couvent le projet d’une boulangerie spécialisée dans les « intolérances » (sans gluten, sans lactose) en SCOP... je crois pouvoir affirmer que si vous voulez retrouver de l'espoir dans l'humain, partager un thé tout là-haut en contemplant la tour Eiffel ici et les bois franciliens là-bas, vous êtes au bon endroit.

J'avais prévu une heure. Nous avons discuté quatre heures avec passion. Si certaines entreprises s'adonnent au story telling qui sert le plus souvent à cacher une réalité peu reluisante, Sébastien et Katie Magellan (ils sont frères et soeurs) révèlent que le nom de Magellan n'est pas une marque... C'est leur nom de famille !

D'origine portugaise, ils sont nés en France mais font partie de cette grande famille liée au célèbre explorateur, premier homme à avoir fait le tour du monde. Les plus précis diront qu'en réalité, Fernand de Magellan n'a pas fini sa boucle puisqu'il est mort aux Philippines. Qu'importe, ce nom est resté, même pour un détroit et deux galaxies. C'est pas rien !

500 ans après donc, l'expédition continue ! Forte d'une famille nombreuse, l'équipe parvient à s’atteler dans le soutien de producteurs à travers le monde en nous ramenant, par bateau, des épices, thés, cafés et cacao en bio/équitable. Dernièrement, ils se sont mis dans la transformation; ils ont le "laboratoire" (avec des éléments récupérés à la vente aux enchères du Ritz s'il vous plaît !) et peuvent même prétendre au titre, plutôt rare, de chocolatier (à ne pas confondre avec les couverturiers).

Quand ils racontent leur début, la petite boutique à Versailles, l’entrepôt au port de Conflans-Sainte-Honorine, et maintenant donc le lot 38 de Mozinor qu'ils ont retapé des mois entiers, on se dit qu'il y a certainement un mécène ou un banquier derrière tout cela. Et la réponse est non ! Du réseau amical, de l'abnégation et bien sûr beaucoup beaucoup beaucoup d'énergie.

Leur dernier projet, encore plus fou, consiste à soutenir la petite dernière dans un projet d’entreprise d’insertion, destinée à former et valoriser le travail des femmes dans le milieu très machiste de la boulangerie !

La SCOP du Pain de la Liberté, c’est aussi avec un agriculteur et des céréales locales ! C'est le complete combo ! Et c'est même pas pour rentrer dans les cases d'un quelconque appel à projet ou ligne subventionnable.

C'est une histoire encore plus simple, plus évidente. Katie et Sébastien ont deux sœurs, qui sont intolérantes au gluten et au lactose. Phénomène d'ailleurs de plus en plus fréquent dans nos sociétés et encore mal diagnostiqué.

Et faire du pain sans gluten c'est tout un art.

Alors elles ont décidé monter leur propre boulangerie sans gluten (sachant qu'elles ont déjà une formation en boulangerie) et il ne leur manque "que" le four. L'agriculteur, le lieu, les clients... tout ca est déjà en place.

Bon vous me voyez venir... Pour acheter le four, direction le crowdfunding. Et je dois dire que nous sommes fiers à eco-SAPIENS d'être mentor d'un si beau projet, avec un si beau nom.

Ca s'appelle "Le pain de la liberté" , ce qui est fortuitement le titre d'un roman dont l'histoire semble se confondre, involontairement, avec celle de cette aventure boulangère ! Il y a des signes...

L'intolérance au gluten concerne de plus en plus de monde et parfois on n'en a même pas conscience. Des diététiciens recommandent carrément des régimes sans gluten car cette protéine est suspectée de causer de nombreuses maladies. Bref, vous êtes peut-être intolérant, à plus ou moins haut degré, et vous ne le savez pas.

Allez, si vous aimez le pain et si vous aimez la liberté alors vous pouvez contribuer au Pain de la liberté dès maintenant !

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *