Mon cher David,

Je suis heureux de pouvoir te dédier ce billet sachant que tu ne le liras certainement jamais. Pour la simple raison que tu es parti pour un voyage sans retour.

Juste avant que tu nous quittes, tu as toi-même dit que cela faisait bizarre de se sentir triste simplement en constanntant la tristesse des gens qui sentent ton départ. Exactement comme ces enterrements où l'on culpabilise de ne pas être chagriné par le défunt cependant que l'on se soulage à l'idée de pouvoir verser des larmes sincères et d'empathie.
(suite…)

Le poète Paul Eluard aurait écrit quelque part "Il y a un autre monde... mais il est dans ce monde". A moins que ce ne soit William Butler Yeats.

Quoiqu'il en soit j'ai toujours aimé cette formulation qui résout le dilemme de l'utopiste. Terme-quolibet qui est de mise quand on se trouve face à un résigné ... qui lui-même se qualifiera de réaliste !
(suite…)

4

Peut-être avez-vous reçu un email vous invitant à piéger le frelon asiatique. Il est louable de mobiliser ainsi jardiniers amateurs et particuliers dans la lutte contre ce prédateur de nos abeilles déjà bien affaiblies. Mais cet enrôlement est vraisemblablement contre-productif.
(suite…)

7

Fermer le robinet quand on se lave les dents, éteindre les veilles, ne pas laisser son chargeur branché pour rien... tous ces petits ecogestes divisent encore les partisans sincères de la transition écologique.
(suite…)

"Ecrire, c'était mettre de l'ordre dans ses idées." ai-je lu récemment sur un réseau social où régnait pourtant le chaos. Comme j'aimerais que ce genre de miracle se produise, par la simple puissance du Verbe. Mais rien n'est moins sûr. Car parmi mes idées en suspension, j'ai en ce moment des étymologies indo-européennes, des angoisses électorales, des archéologues de la quantification du monde et une correspondance épistolaire avec le dernier grand pingouin. Ardu !
(suite…)

1

C'est ce qu'il m'a répondu, Philippe, quand je lui demandais malicieusement comment on faisait pour attaquer en justice l'URSSAF.

C'est que ce jour là, je fulminais réellement. C'est facile et de bon ton de rouspéter contre une administration sourde et insensée. Tout le monde a en tête le fameux "laisser-passer A38 de la maison qui rend fou" dans le dessin animé "Les Douze Travaux d'Asterix".
(suite…)

7

dickCroyez pas que je fais une obsession, mais j'aimerais encore parler d'Idriss Aberkane. C'est un peu le dernier volet de la trilogie.

Je viens de lire le livre "Libérez votre cerveau". Pour être honnête, je me suis arrêté aux trois quarts. Trop décousu. Au début c'était amusant les considérations existentielles mêlant René Guenon (!), Pierre Rabhi et Steve Jobs. Mais ça a fini par me gonfler un peu les invitations à "vivre sa vie", à "faire ce que l'on aime".
(suite…)

13393983_1103687169702856_2892282731516204969_nUn petit mot pour vous dire que j'ai eu le privilège d'être interviewé dans le documentaire Quand nos T-Shirts filent un mauvais coton diffusé sur France5. L'émission est en accès libre jusqu'au 24 Octobre.
(suite…)

3

p1020616Début 2016, j'avais évoqué une vidéo inspirante d'un certain Idriss Aberkane à propos de l'économie de la connaissance et du biomimétisme. Cette vidéo est devenue virale en septembre 2016 et c'est bien mérité car, malgré les bémols que j'avais humblement barbouillés sur sa partition à l'époque, son intervention était inspirante. D'abord parce qu'il a un talent de vulgarisateur, avec des formules bien amenées et des métaphores perspicaces, ensuite parce qu'il propose un futur "out of the box".
(suite…)

monkeyIl y a des invitations "petit déjeuner - conférence de presse" qu'on devrait refuser. Je ne sais comment mon email s'est retrouvé dans leur fichier mais j'ai accepté d'assister à une présentation presse sur l'état de santé de la biodiversité en Île-de-France. En clair, est que la faune et la flore de la région parisienne se porte bien. J'avais comme un pressentiment...
(suite…)