le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Sur les labels
blog
Marseille des eco-sapiens
Indication Géographique Protégée

Indication Géographique Protégée bof

Description : Label officiel spécifiant un terroir, un territoire.
Notre avis : Peut-être confondu avec l'ancien label bio européen... Très hétéroclite et pas forcément préoccupé par les aspects sociaux et environnementaux.
Pays d'origine : Europe
Année de création :
Forme juridique : Label officiel
Plus value : Valorisation du terroir
Produits ou services certifiés : Produits alimentaires
Détenteur du cahier des charges : Etat Français
Nature du contrôle : Organismes de contrôle agréés
Internet : site web
Un label pour valoriser le terroir.

Comme son nom l'indique, il s'agit de protéger une production liée à un territoire (jambon de Bayonne, clémentine de Corse). De loin, le logo peut-être confondu avec le label bio européen; il n'apporte cependant aucune garantie pour l'environnement.

Au niveau européen, il existe 4 dénominations pour protéger une appellation liée à un territoire. En plus de l'AOC relativement connue en viticulture, il existe le label AOP, le label Spécialité Traditionnelle Garantie et enfin le label IGP qu'on rencontre plus souvent sur les étalages.

Histoire de l'Indication Géographique Protégée

Indéniablement, le terroir, et donc le territoire, influe sur la qualité et la spécificité de ce qui est cultivé. Une clémentine de Corse jouit d'un ensoleillement qui rendra le fruit plus juteux ou plus sucré par exemple.
Parfois, le terroir devient l'histoire : le jambon de Bayonne, le riz de Camargue, le camembert de Normandie etc... autant d'associations qui nous sont familières, voire instinctives.

Or, il faut bien une législation pour protéger ces appellations historiques. Il ne faut pas confondre un Jambon d'Aoste (Alpes italiennes) avec un jambon industriel de la ville d'Aoste (France). Il ne faut non plus qu'un agneau importé de Nouvelle-Zélande puisse être baptisé "Agneau de Sisteron".

En 2009, il y avait 565 IGP européennes dont 90 pour la France (soit 30 000 producteurs environ). La liste est disponible sur le site de l'Europe.

Garanties apportées par le logo IGP

Exemple de la clémentine de Corse :
Il y a une corrélation entre les températures, une pluviométrie et une hygrométrie élevées et les caractéristiques organoleptiques (notamment la coloration et la saveur acidulée des fruits). En effet, les clémentines récoltées dans les vergers corses situés dans l’aire géographique, soumis à ces conditions climatiques particulières sont susceptibles d’atteindre les valeurs minimales pour les critères retenus. Il y a notamment une relation clairement établie entre les amplitudes thermiques journalières auxquelles sont soumises les clémentines corses et l’intensité de la coloration des fruits.

L’IGP est donc bien d’abord une garantie officielle de l’origine protégée. En théorie, on doit pouvoir attribuer une qualité, en tout cas une particularité, spécifique à l'aire d'origine. Dans les faits, ces qualités sont surtout subjectives et surtout, on peut parfois s'étonner que la zone ainsi protégée recouvre parfois des terrains très différents. Ainsi de l'emmental du Sud Est de la France qui couvre 13 départements français, des Alpes jusqu'aux Vosges.

  • dont la qualité, la réputation ou une autre caractéristique est issue de son origine géographique délimitée,
  • dont la production et/ou la transformation et/ou l’élaboration ont lieu dans cette aire géographique délimitée,
  • dont les conditions d’élaboration font l’objet de procédures de contrôles.

Plus value environnementale garantie par l'IGP

A vrai dire, la valorisation du terroir est l'objectif premier de l'IGP. Parmi les 91 cahiers des charges IGP français, rien n'est dit sur l'aspect environnemental (utilisation d'engrais, de pesticides, conditions animales).

Néanmoins, quelques cahiers des charges précisent ces aspects, dégageant des compromis certains entre une pratique historique et une ouverture aux méthodes modernes. Ainsi, l'ensilage et les antibiotiques sont ils interdits dans le cahier des charges de l'agneau de Sisteron.

Par contre, le cidre breton ou de Normandie comporte une section "mode de production" désespérément vide ce qui est problématique quand on sait qu'une pomme française reçoit en moyenne vingt traitements pesticides différents...

Idem pour les poules de Bretagne, du Berry, du Charolais et consorts qui s'inscrivent toutes dans les conditions du Label Rouge ("élevées en plein air") qui rappelons-le signifie tout de même une densité de 14 poulets au m2, l'autorisation de l'épointage du bec...

Autres labels apparentés à l'IGP

Appellation Origine Protégée

L'appellation Origine Protégée

Une IGP a des liens beaucoup moins forts au terroir qu’une AOP (même logo mais texte circulant différente)

Selon la définition, une AOP
  • tire son authenticité et sa typicité de son origine géographique
  • possède une notoriété dûment établie,
  • bénéficie de caractéristiques et d’un savoir-faire spécifiques,
  • fait l’objet de procédures d’agrément et de contrôles.

AOC, AOP, ISTG... quelles différences ?

Dur dur de s'y retrouver dans ce qui est censé être une harmonisation.
Historiquement, depuis 1935, le sigle bien connu des Français AOC ne figurait que sur les vins. Avec le temps il s'est étendu à d'autres produits comme certains fromages et charcuteries.

Avec l'Europe, décision a été prise de regrouper les AOC sous le terme AOP.

L'appellation d'origine protégée (AOP) est l'équivalent européen de l'AOC. Si le produit se voit refuser par la Commission européenne le bénéfice de l'AOP, il perd celui de l'AOC qui lui a été reconnue.

Pour faire bref, on peut dire qu'une AOP (ou AOC) est plus exigeant qu'une IGP. L'aire géographique est souvent plus petite, les procédés sont parfois plus précis. Une IGP nécessite un OC (organisme de contrôle) tandis que pour une AOP ou une AOC, on peut utiliser un OI (organisme d'inspection).

Les organismes de contrôle assument les contrôles chez les opérateurs et appliquent les sanctions en cas d’anomalie. Les organismes d’inspection notent les anomalies, mais ce sera l’INAO qui appliquera les sanctions chez les opérateurs.

Ce qui nous laisse pantois...

Spécialité traditionnelle garantie

Spécialité traditionnelle garantie

La STG quant à elle, que l'on ne trouve pas encore en France, vise à valoriser non pas un territoire mais une méthode, une technique, un savoir-faire (par exemple la moule au bouchot du Mont Saint Michel qui est en cours d'enregistrement).

Attention ! La dénomination "herbes de Provence" n'est pas une appellation protégée mais... une composition (thym romarin, origan, marjolaine). Ainsi, la quasi-totalité des herbes de Provence vient de Chine et d'Europe de l'Est. Etonnant non ?
0 évaluation
Voir les commentaires


Articles en lien
Label suivant : Human Cosmetics Standard
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité