le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Le pouvoir de jeter
En France, nous jetons à la poubelle un quart de notre nourriture.
Le gaspillage alimentaire, c'est 20 kg de déchets par personne et par an

Le traitement du bois

Vous faites attention à acheter du bois issus de forêts gérées durablement ? Vous avez raison ! Mais cela ne suffit pas pour garantir un produit exempt de produits toxiques pour la santé et l'environnement. Bien choisir le traitement appliqué au bois est aussi essentiel.

POURQUOI PROTÉGER LE BOIS ?


Un traitement du bois est bien souvent nécessaire pour sa préservation. En effet, ce matériau vivant peut subir des altérations sous l'influence de différents facteurs :
  • - les insectes qui se nourrissent de bois, tels que les termites, capricornes, lyctus, vrillettes ou encore les fourmis;
  • - les champignons et l'humidité qui peut en favoriser l'apparition;
  • - une forte amplitude thermique entraîne des fendillements;
  • - la lumière et la pollution ternissent le bois.

Les bois tropicaux (tels que le teck, l'iroko ou l'ipé) sont naturellement beaucoup plus résistants à ces attaques, cependant leur utilisation soulève d'autres problèmes: déforestation (expulsions de populations autochtones, émissions de CO2, épuisement des ressources forestières), pollutions liées à l'export de ces bois, etc.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE TRAITEMENT


Avant de traiter le bois, pensez à le préparer. Si le bois est déjà envahi par les insectes, sondez-le afin de découvrir les galeries. Puis enlevez les morceaux de bois vermoulus en surface et vérifiez quelles pièces doivent être consolidées ou remplacées.

Il existe plusieurs techniques pour traiter le bois. Les traitements de surface peuvent s'effectuer sur des bois sains par :
  • - badigeonnage : on applique un produit à la brosse afin d'en imprégner le bois.
  • - aspersion, pulvérisation: permet de traiter de plus grandes surfaces que le badigeonnage, mais seulement pour des bois non vernis et non lasurés.
  • - trempage: comme son nom l'indique il s'agit alors de faire tremper le bois dans un bac rempli de produit actif.

Les traitements en profondeur sont réalisés par :
  • - injection: il s'agit de percer des trous dont la profondeur doit être égale à environ 2/3 de l'épaisseur totale du bois, puis de les remplir de produit actif. C'est un traitement généralement curatif.
  • - gaz fumigènes (toxiques, comme le bromure de méthyle).
  • - traitement autoclave: ce traitement préventif consiste à injecter sous pression des sels chimiques dans le bois.

Les nouvelles pratiques (plus écologiques, mais pratiquées en usine uniquement):
  • - rétification: le bois durcit en étant cuit à haute température (220-240 degrés), sans aucun produit chimique. Ce traitement permet aux essences locales de devenir aussi résistantes à l'humidité, aux insectes et aux champignons que les espèces tropicales (qui doivent être importées et dont les conditions d'exploitation sont souvent irresponsables). Néanmoins le bois devient gris et plus cassant avec ce procédé préventif.
  • - traitement en chambre froide : il est utilisé pour éliminer les insectes xylophages dans les meubles et les objets d'art. Comme la rétification, il ne nécessite pas de produit chimique.
  • - oléothermie: injection d’huile végétale (au lieu de produits chimiques) au coeur du bois.

LES PRODUITS UTILISES


Les produits chimiques sont utilisés pour le traitement du bois depuis le XIXème siècle. Ils sont souvent très toxiques pour l'homme et pour l'environnement (pollution des sols par les usines de traitement, incinération des bois imprégnés de produits). Il est maintenant interdit (en France tout du moins) d'utiliser un certain nombre de ces substances : dérivés de plomb, chrome, lindane ou encore arsenic.


D'autres substances toxiques sont toujours utilisées. Si le fongicide pentachlorophénol (PCP) est fortement réglementé en France depuis 1994, (les produits contenant plus de 0,1% PCP ne peuvent être vendus aux particuliers), des dérogations subsistent, notamment pour les professionnels. Il se retrouve par exemple dans les charpentes, mais est interdit dans les bois de meubles d'intérieur.


Les pyréthrinoïdes sont des insecticides employés entre autres dans le traitement du bois. Ils sont généralement irritants, bien que non cancérigènes. Ils sont particulièrement dangereux pour les chiens et chats.


Le bois autoclave était traité il y a peu avec des sels de cuivre, chrome et arsenic (CCA) ou cuivre, chrome et bore (CCB). Ces cocktails très toxiques sont interdits en Union européenne depuis 2008, ce qui ne garantit pas que les bois traités hors UE ne contiennent pas ces substances, même s'ils commercialisés dans l'Union. Aujourd'hui, ce sont toujours des biocides qui sont utilisés dans le traitement autoclave. Le label CTB-produit + a été créé par l'Institut technologique FCBA (centre technique industriel de la filière bois) pour certifier que les produits utilisés sont peu dangereux pour la santé humaine et l’environnement. Il n'en reste pas moins que ce sont des produits chimiques, et l'on retrouve par exemple la cypermethrine (un pyréthrinoïde) dans la liste des produits certifiés.


L'utilisation de sels de bore est souvent présentée comme un moyen écologique de traiter le bois (en préventif contre les insectes et les champignons). Ils sont certes moins toxiques que d'autres substances comme le chrome ou l'arsenic mais restent tout de même dangereux en cas d"ingestion.


Heureusement des produits moins nocifs peuvent être utilisés, notamment les huiles végétales qui ne présentent aucun danger pour la santé : huile de lin, couramment utilisée, huile de ricin, résines. Ces huiles peuvent être diluées avec de la térébenthine et contenir des siccatifs (attention à ce que ces derniers soient exempts de plomb). L'huile permet de boucher les pores du bois et le rend plus résistant.


Encore au stade de l'expérimentation, l'ASAM (Anhydride succinite d'alkénoate de méthyle) est un dérivé de l'huile de colza. Il permet d'éviter les moisissures et d'éliminer les insectes xylophages en les privant de nourriture. Il pourrait remplacer dans le futur les composants chimiques actuellement utilisés en traitement autoclave.


Enfin, même sans utiliser de produits de traitement, vous pouvez limiter les risques d'altérations du bois en choisissant avec attention votre bois. Préférez une essence locale mais naturellement résistante comme le pin Douglas, le châtaignier ou le mélèze. Choisissez aussi de préférence un "bois parfait" (c'est-à-dire sans sa partie périphérique appelée aubier) et coupé hors montée de sève.


La lutte biologique est une autre alternative à l'utilisation de produits, qu'ils soient naturels ou chimiques, mais protège le bois uniquement contre les insectes xylophages et les coléoptères, et à l'extérieur. L'introduction de prédateurs tels que chauve-souris, hérissons, vers luisants, oiseaux hannetons, réduves masquées (punaises), métarhizium anisopliae (champignons toxiques pour les termites), etc. permet de se débarrasser de ces intrus.

Pour des achats de meubles traités écologiquement, vous pouvez par exemple vous tourner vers les sièges Créabois, fabriqués en robinier rétifié et enduits d'huile entièrement naturelle.

0 évaluation
Voir les commentaires


pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Produits associés
10,20 €
R' Bois, 500ml, Etamine du Lys
30,05 €
Huile pour terrasse, couleur Bangkiraï n°110-85 AURO
29,40 €
Primaire spécial Bois 0.75L Auro 117
10,95 €
Cire d'abeille naturel
Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique