le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Carnivore !
Annuellement, un Etats-Unien consomme 124 kg de viande, un Européen de l'UE 89 kg et un habitant des pays du Sud 5,5 kg.
Les matériaux de construction

Les matériaux de construction

En dehors du parpaing habituel, il existe bien d'autres alternatives, souvent plus efficaces et l'on se demande alors, pourquoi encore tant de murs en parpaing?

Les matériaux

Cycle de vie des materiaux

Les matériaux utilisés par l'homme dans la construction des maisons sont globalement extraits, transformés, transportés, et assemblés. Toutes ces étapes sont polluantes : l'extraction, le transport, la transformation et l'assemblage nécessitent de l'énergie et des réactions chimiques, et émettent donc différents types de polluants.

Si un objet semble petit et peu exigeant en matériaux, ces apparences peuvent cacher une consommation de matière beaucoup plus intensive.
Par exemple, pour fabriquer une puce informatique de 2 g, il faut 1 200 g de matière.
À titre de comparaison, pour une voiture, le poids des ressources utilisées est deux fois plus important que celui du produit final. Et toutes les matières utilisées pour cet objet auront, elles aussi, contribué à des formes de pollutions ou consommations de ressources non renouvelables.

L'Analyse Cycle de vie (ACV) réalisée dans le cadre des normes environnementales ISO 14.040 évalue l'impact d'un matériau (ou d'un produit) pendant la totalité de son cycle de vie.
Il n'existe pas à priori de matériau typiquement écologique à zéro émission.

La meilleure démarche, en l'absence de bonnes informations souvent difficiles à obtenir, est de limiter l'utilisation de matériaux qui résultent d'un lourd processus de production industrielle, avide en énergie et en matières premières non renouvelable comme l'acier et le béton.

Les matériaux doivent être choisis selon différents critères : il vaut mieux préférer

  • ceux dont la fabrication consomme peu d'énergie,
  • ceux qui sont sans danger pour la santé,
  • ceux qui sont renouvelables,
  • ceux qui sont recyclables,
  • les matériaux locaux afin de limiter les transports et de développer les compétences locales.

Le choix passe aussi par une optimisation de la matière mise en œuvre et une mixité des matériaux sur le même principe que la mixité des énergies. Rares sont les produits affichant des écobilans qui permettraient pourtant de choisir en connaissance de causes.

ecolabel europeen

Une future classification européenne sur les composants du bâtiment devrait favoriser les matériaux écologiques qui ont déjà fait leurs preuves. En attendant, officiellement, on ne peut que se fier aux labels comme le label européen «écolabel» qui valorise les qualités environnementales des produits. Ce n'est cependant pas l'idéal en matière de respect de l'environnement et de notre santé.

Certaines entreprises ne fabriquent que des produits à base de composants naturels et n'ont pourtant pas ce label...

L'energie grise des materiaux

L'énergie grise des matériaux, c'est-à-dire l'énergie consommée pour les produire, est l'un des aspects les plus importants pour évaluer la pollution et en particulier les GES émis par ces matériaux.

Les gens peuvent vivre en moyenne 10 ans dans une maison avant que leur consommation d'énergie ne commence à dépasser celle qu'il a fallu pour construire la maison et ses matériaux : acier, ciment, verre, bois... Ainsi, comme l'a calculé le World Watch Institute pour une maison qui serait située à Vancouver, Canada :

  • énergie dépensée pour fabriquer et transporter les matériaux nécessaires à la construction d'une maison conventionnelle : 274.850 kWh
  • énergie dépensée pour fabriquer et transporter les matériaux nécessaires à la construction une maison avec un bon rendement énergétique : 294.000 kWh
  • mais... énergie totale dépensée pour construire et chauffer une maison conventionnelle à Vancouver après 30 années d'occupation : 1.152.300 kWh
  • ... et énergie totale dépensée pour construire et chauffer une maison avec un bon rendement énergétique à Vancouver après 30 années d'occupation : 791.200 kWh.
Consommation d'énergie grise (énergie nécessaire à la fabrication) de divers matériaux de construction courants (transport inclus)
MatériauÉnergie grise kWh/tkWh/m3Caractères particuliers
Cailloux, blocs non taillés - Pierres taillées1 à 2100 à 1 000Réutilisable
Bois local1 à 2100 à 1 000Réutilisable
Contreplaqué et bois étranger180 à 240200 à 1 500Matériau biodégradable selon le traitement subi
Briques250 à 400350 à 500Matière renouvelable
Béton250 à 300450 à 500Son procédé de fabrication émet du CO2 massivement
Verre6 00015 000Recyclable
Fer3 50025 000Réutilisable
Acier8 00063 000Réutilisable
Aluminium72 500195 000Éventuellement recyclable
Cuivre15 000133 000
Polypropylène8 2007 400
PVC9 50013 000Non recyclable
Polystyrène18 90020 000Non recyclable

Source : Friedrich Kur, L'Habitat écologique, quels matériaux choisir ?, Terres vivantes, 2000.

La fabrication d'une fenêtre en bois exige 100 fois moins d'énergie que la fabrication d'une fenêtre en aluminium. Et pourtant son prix est quasiment le même. Et quand on en a la possibilité, il est préférable de choisir des matériaux locaux qui réduisent les besoins en transport.

Quant au PVC qui supplante le bois au niveau des menuiseries car il est souvent moins cher, il faut bien comprendre que

  • sa fabrication utilise des dérivés du pétrole,
  • qu'on ne sait pas le recycler
  • et qu'il dégage des dioxines lors de son incinération...
  • en plus du CO2.

La fin de vie des matériaux est donc également à prendre en compte, au niveau GES et pollution en général, c'est pourquoi est précisé dans le tableau le recyclage éventuel des matériaux.

Les materiaux pour la structure

Brique monomur

brique monomur

La structure alvéolaire associée aux qualités naturelles de la terre cuite permet de construire des murs porteurs et isolants à la fois. Les murs et l'isolation de la maison sont ainsi réalisés en une seule opération.

Grâce à son inertie thermique, le Monomur

  • régule la température intérieure
  • protège la maison des variations de température importantes
  • évite le dessèchement de l'air
  • permet une bonne qualité de l'air intérieur.
  • ne libère aucun Composé Organique Volatile (COV)
  • n'est fabriqué sans aucun solvant ni liant.
  • Monomur Terre Cuite garantit des murs sans humidité, sans moisissures

Utilisant une matière première abondante, l'argile, dans le cadre d'un process de fabrication parfaitement maîtrisé, le Monomur contribue, par ses propriétés, au respect de l'environnement.

Le Monomur Terre Cuite consomme peu d'énergie pour sa fabrication comme pendant tout son cycle de vie. De plus, il permet d'économiser de l'énergie grâce à sa performance thermique et d'obtenir un confort satisfaisant en été sans utilisation d'équipements de climatisation.

Terre crue

Avantages

  • La terre absorbe et restitue l'humidité.
  • La terre régule la température par inertie thermique.
  • La terre est un très bon isolant phonique.

Avantages écologiques

  • La terre utilise peu d'eau en phase de transformation.
  • La terre est une ressource locale abondante et renouvelable.
  • La terre a des vertus thérapeutiques, soigne les affections de la peau, détruit les bactéries et les acariens.
  • La construction en terre crue n'utilise que 3% de l'énergie employée dans une construction en béton.

Inconvénients

  • La main d'œuvre nécessaire à toute construction en terre est souvent importante : même une petite structure représente 15 tonnes de terre à travailler.
  • Il faut aussi bien avoir conscience que le financement de ce type de maison n'est pas conventionnel, en effet il vous sera difficile d'obtenir un prêt hypothécaire pour ce genre d'habitation. Maudits banquiers!

Paille

Les maisons en bottes de paille connaissent une popularité croissante dans le domaine de l'écoconstruction :

  • isolant exceptionnel,
  • impact environnemental très faible, recyclabilité absolue,
  • facilité de mise en œuvre et faible coût se conjuguent pour ce matériau.

Alors qu'attend-t-il pour se développer ?

Béton

C'est à dire le parpaing... mieux vaut éviter :

  • fabrication polluante
  • et grosse consommatrice d'énergie.
  • difficilement recyclable.

Le bois, matériau idéal ?

Ses caractéristiques

La production d'une tonne de bois d'œuvre représente la séquestration d'une à deux tonnes de CO2...

Le bois est un matériau de construction exemplaire :

  • adapté à une grande variété d'usages, il dure plus longtemps que le béton s'il est bien entretenu
  • pour un même usage, le bois nécessite pour sa fabrication et sa mise en œuvre beaucoup moins d'énergie que le béton et considérablement moins que l'acier ou l'aluminium
  • il est renouvelable (à condition de l'exploiter de manière soutenable)
  • et recyclable (à condition de ne pas le traiter outre mesure)

Aux États-Unis et en Scandinavie, la proportion de bois utilisé dans les constructions atteint 35 % contre seulement 10 % en France. Pourtant la «loi sur l'air», votée en 1996, prévoit l'obligation d'un certain pourcentage de bois dans les constructions neuves, mais le décret d'application n'est toujours pas paru...

Quel type de bois ?

Il vaut mieux éviter le bois autoclavé, qui contient

  • du cuivre,
  • de l'arsenic,
  • du chrome,
  • et d'autres produits toxiques...

Pour le procédé Santner mis au point en Autriche en 1999 et proposé à la vente en France par l'entreprise savoyarde Les Hommes du Pays, il s'agit de planches de bois liant les avantages écologiques du bois et les avantages économiques de la production industrielle d'éléments emboitables très facilement. Les prix sont très variables d'un produit à l'autre mais moins coûteux que leurs répondants moins écolo : le parpaing et l'isolant traditionnel.

Des alternatives au traitement chimique pour la conservation du bois d'extérieur se développent ; c'est par exemple le cas du bois rétifié.

La rétification est une technique récente qui consiste à chauffer progressivement le bois jusqu'à une température à partir de laquelle se produit un réarrangement des molécules.
On obtient alors un bois résistant et stable dont la grande durabilité permet de satisfaire tous les usages extérieurs. La rétification n'utilise ni ne produit aucun élément toxique nocif pour l'homme ou l'environnement, contrairement à des traitements à base de cuivre, chrome et arsenic.

De plus, en Europe, on utilise des bois locaux (hêtre, frêne, peuplier, épicéa, pin maritime) pour la rétification, ce qui permet

  • non seulement de réduire la pollution liée aux transports
  • mais aussi de favoriser le développement local.
eco-sapiens 28/11/06
Photo: blocs de ciment (FlickR/Zaziepoo)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter