le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Le soja en Argentine
Le soja est la principale culture du pays et occupe plus de 50 % des terres cultivées (90% de ce soja est transgénique).
15 millions d'hectares (soit 60 millions de tonnes) contre 6 millions il y a dix ans.
Comment Sortir avec élégance du nucléaire

Comment Sortir avec élégance du nucléaire

Le débat sur le nucléaire est un sujet épineux, surtout en France où il est incontournable dans la production d'électricité. Et où il a acquis le statut de gloire nationale. Et si l'on regardait les faits à l'aune du scénario négaWatt.

Le nucléaire

Précautions oratoires

Le nucléaire provoque irrémédiablement des fantasmes. D'un côté les scientifiques tentent de banaliser et de rassurer tandis que les détracteurs sont taxés d'oiseaux de mauvais augure ou de pessimistes entêtés qui n'y comprennent rien. Il est vital de rappeler que bizarrement, beaucoup d'anti-nucléaires ont une solide connaissance scientifique de l'industrie nucléaire. Et a contrario, certains pontes de l'énergie nucléaire (les prix Nobel Charpak ou de Gennes) ont avoué en fin de carrière avoir des doutes sur la pertinence de cette industrie.

Il est donc tout à fait absurde de croire que les opposants au nucléaire en ont peur par méconnaissance. Et absurde de croire que quand on connaît le sujet, on y est favorable.

C'est que la question nucléaire dépasse la simple problématique technique. Elle embrasse aussi la problématique économique (autonomie, coût, gestion étatique et militaire) et éthique (risque, prolifération).

Le nucléaire dans le monde

D'un point de vue énergétique, le combustible nucléaire est exceptionnel. La fission d'un gramme d'uranium dégage autant d'énergie que la combustion de 2 tonnes de charbon ou encore 1,5 tonne de pétrole.
Soit un facteur un pour un million !

On comprend donc l'intérêt d'un tel potentiel. Mais l'inconvénient est qu'on ne peut manipuler de l'uranium comme on manipule un hydrocarbure. Non seulement l'enrichissement du minerai est complexe et gourmand en énergie, mais surtout il faut contrôler toute la réaction en chaîne (éviter l'emballement pour que le réacteur ne se transforme en bombe) et les déchets.

Parmi les trois formes d'énergie produites (électricité, chaleur, transport), l'industrie nucléaire ne concerne que l'électricité. Ainsi, le nucléaire représente 14% de l'électricité produite dans le monde (ou encore : 4% de l'énergie mondiale est d'origine nucléaire).

Le nucléaire en France

La France est le pays le plus nucléarisé au monde. 78% de l'électricité produite est d'origine nucléaire (contre 20% au Etats-Unis ou 30% au Japon). 58 réacteurs répartis sur 19 sites et le plus important centre de retraitement de déchets.

Si l'on s'intéresse à l'énergie depuis le réacteur jusqu'à l'appareil électrique domestique (ampoule, radiateur, grille-pain...) on constate de nombreuses pertes qui aboutissent à des pertes colossales.

Le cas de l'ampoule à incandescence est particulièrement révélateur si l'on compare le rendement énergie utile / énergie primaire. Avec une centrale nucléaire dont le rendement est de 30% environ, en considérant les pertes en ligne et lors des conversions basse tension, ce rendement utile tombe en dessous de 1%.

En clair, pour 1 Joule d'éclairage dans la maison, il a fallu produire 100 Joules au départ.
L'efficacité énergétique consisterait à réutiliser une partie de la chaleur en cogénération. Ce n'est pas le cas dans le nucléaire... sauf pour la ferme aux crocodiles de Pierrelatte.

Si l'on ramène à l'énergie, l'énergie nucléaire représente 18% de l'énergie finale en France, 40% de l'énergie primaire (ces chiffres sont souvent confondus par les responsables politiques: en principe, pour coller à la réalité, mieux vaudrait uniquement raisonner en énergie finale, celle qu'on paye... Quel intérêt en effet à comptabiliser la chaleur évacuée par les centrales).

Critiques classiques à l'encontre du nucléaire

Une énergie dangereuse

De l'incident (fuites de Tricastin) à la catastrophe (Tchernobyl), le nucléaire a des conséquences sanitaires à très long terme.

Par ailleurs, le nucléaire civil seul n'existe pas. Il est toujours corrélé avec le nucléaire militaire car fissurer de l'uranium enrichi produit du plutonium. Ainsi, le développement du nucléaire civil accélère la prolifération atomique.

Une énergie non démocratique

Structurellement, l'industrie nucléaire n'est pas une énergie de proximité ou favorisant l'autonomie locale. Le leader français du secteur, AREVA, mise aujourd'hui sur la transparence même si l'on voit surtout de la communication (publicités dans les medias qui du coup s'auto-censurent sur le nucléaire, événements sportifs grand public...).
Evoquons aussi le contrôle des mines d'uranium qui soulève régulièrement des scandales comme au Niger.

L'indépendance énergétique ?

"En France on a pas de pétrole mais on a des idées". La célèbre maxime de l'industrie nucléaire ne tient pas quand on sait que 50% de l'énergie vient du pétrole, 20% du gaz. D'autant que la dernière mine d'uranium en France a fermé en 2001. La France se doit donc de contrôler stratégiquement les gisements d'uranium. Canada, Niger et Australie fournissent 2/3 du minerai acheminé en France.

Enfin, il existe une polémique sur les réserves disponibles. Globalement, même avec des réacteurs de nouvelles générations, et à consommation croissante, l'uranium manquera d'ici cinquante ans.

Une énergie polluante

Si le nucléaire ne génère pas de CO2 (en réalité, le nucléaire en émet ! Le ratio varie entre 40 et 260 gCO2/KWh selon les usages... et les études*) l'industrie nucléaire génère les célèbres déchets radioactifs. Déchets pour lesquels on ne trouve toujours pas de solution depuis 60 ans. Si bien qu'en France, on s'apprête à les enfouir.

Le scénario négaWatt pour les Nuls

L'association négaWatt rassemble essentiellement des spécialistes de l'énergie indépendants (ingénieurs, journalistes, sociologues, architectes) spécialisés dans la maîtrise de l'énergie (isolation des bâtiments, transports doux) et les énergies renouvelables. Inspiré par l'américain Amory Lovins du Rocky Mountain Institute qui vise à libérer l'économie mondiale de la dépendance aux combustibles fossiles, l'association négaWatt insiste sur le fait que l'énergie la plus propre est celle qu'on utilise pas ! C'est le néga-watt.

En 2006, l'association négaWatt avait publié un scénario (qui sera actualisé en 2011) pour exposer concrètement la politique énergétique à mener pour respecter les objectifs européens : -20% d'émission de gaz à effet de serre d'ici 2020 entre autres. Il s'agit rien de moins que de construire un scénario réaliste pour la France de transition vers un système énergétique durable.

Approche énergétique

D'emblée, on constate qu'il y a des hypothèses de départ. D'abord il s'agit d'une approche énergétique et non économique. Ensuite, on pose qu'il n'y aura pas de rupture technologique; on établit le scénario avec ce que l'on connaît, sans faire de la science fiction !

L'enjeu des négawatts c'est surtout de pouvoir raisonner à l'inverse. Il s'agit non pas de trouver des gisements d'énergie mais des gisements d'économie d'énergie. Bien entendu, il faut se débarrasser de l'idée que moins d'énergie, c'est moins de confort ! Il faut raisonner non pas en terme d'offre mais en terme de demande énergétique: quels sont nos besoins ?

devise négawatt

Le triptyque célèbre de négaWatt est Sobriété - Efficacité - Renouvelable. Le scénario permet de remplir l'objectif facteur 4... ce qui n'est évidemment pas le cas du scénario tendanciel !

Sobriété

Le gaspillage énergétique est partout. A tel point qu'en s'y attaquant drastiquement, on peut réduire la consommation énergétique de 30%. On remarquera que le scénario évoque la sobriété essentiellement pour l'électricité et la chaleur mais qu'il est plus délicat dans le domaine de la mobilité car il implique une remise en cause culturelle.

Efficacité

Les appareils électriques sont encore globalement peu efficaces. La bête noire du scénario négaWatt est le radiateur électrique qui est une monstruosité énergétique. En effet, transformer de l'électricité (énergie noble) en chaleur (énergie dégradée) est une aberration thermodynamique.

Rappelons que le chauffage électrique est une spécificité française depuis que l'on a commencé à vouloir écouler une production électrique sur-dimensionnée à cause de la politique nucléaire. Il y a une certaine ironie à chauffer de l'eau avec l'atome pour faire tourner une turbine pour faire de l'électricité qui va finalement chauffer de l'eau...

Renouvelable

Eolien, photovoltaïque, hydraulique mais aussi biomasse. C'est souvent le point sur lequel on se focalise alors que l'essentiel de l'objectif relève prioritairement de la sobriété et de l'efficacité. Il est important de rappeler qu'on ne peut parvenir au facteur 4 sans d'abord maîtriser la consommation. Remarquons au passage que la biomasse est l'énergie renouvelable oubliée des medias alors que celle-ci deviendrait la principale source d'énergie renouvelable.

La question de l'électricité

Dans le scénario négaWatt 2006, la sobriété et l'efficacité permettent d'économiser 390 TWh. L'éolien produirait 137 TWh en 2050 (7,6 TWh en 2009 !). Il y aurait 10m2 de photovoltaïque par personne.

La sortie du nucléaire sur le papier

Dans ce scénario qui, insistons, a l'avantage d'être crédible et réaliste d'un point de vue énergétique (politiquement c'est une autre question !), on observe une sortie progressive du nucléaire.

En fait, au fur et à mesure que les aménagements négawatt arrivent, des centrales gaz à cycle combiné à 55% de rendement, assurent la transition.


© négaWatt - sortie progressive du nucléaire
Chaque rectangle représente un réacteur. Les couleurs illustrent les types de réacteur.

Ainsi, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le choix du nucléaire n'est pas pertinent d'un point de vue énergétique.

Historiquement, il répondait à un enjeu politique fort (volonté de se doter de la bombe atomique, limitation de la dépendance au pétrole suite au choc pétrolier). L'histoire a changé et le maintien coûte que coûte du nucléaire dénote plutôt d'une inertie d'un immense complexe techno-industriel et étatique (EDF, AREVA, CEA).

Références

eco-SAPIENS 15/03/11
Facebook Twitter
Correct
3 évaluations
Voir les commentaires
Articles en lien
Actualité : Metsamor
Actualité : Vous avez dit MOX ?
écouter l'émission sur Radio Ethic Gaz de schiste et scénario Négawatt sur Radio ethic
écouter l'émission sur Radio Ethic Un scénario NegaWatt pour les années à venir sur Radio ethic
Partenaire : Enercoop
Partenaire : négaWatt
Partenaire : Enercoop PACA
Correct
3 évaluations
Commentaires
Correct isaroc 20/03/11
Bof

C'est un commentaire de spécialiste.

Quand on me dit "sortir du nucléaire", je me fous des pourcentages et tableaux auxquels je ne comprends rien.

Dites moi plutot comment vraiment sortir du nucléaire, que mettre à la place ? Est ce que la biomasse, l'éolien,les panneaux solaires seront suffisants pour fournir en éléctricité TOUS les foyers français.

Voilà ce que je veux savoir

Correct BaptisteR 21/03/11
oui c'est possible

Il existe plusieurs scénarios pour sortir du nucléaire... sans recourir massivement au charbon et au pétrole (tel qu'on nous présente souvent grossièrement cette alternative).

Le scénario négaWatt, ici, ébauché montre justement une sortie en 30 ans. Sauf que, sur le papier, cela demande effectivement une politique volontaire.

Politique d'économies d'énergie (législation sur les veilles, interdiction de certains appareils ?).

Politique de maîtrise de l'énergie (fin du chauffage électrique, isolation des bâtiments).

Politique dans les énergies renouvelables (éolien et photovoltaïque en partie... mais aussi biomasse pour suppléer le chauffage).

Pour répondre simplement à votre question: Est ce que la biomasse, l'éolien,les panneaux solaires seront suffisants pour fournir en éléctricité TOUS les foyers français ?

Non si on vise la même consommation et sous la même forme.

Oui si l'on repense nos modes de vie (ce qui bien sûr ne veut pas forcément dire moins de confort... comme de mauvais esprits peuvent répliquer ;-) )

Correct isaroc 22/03/11
Merci Baptiste

Juste une chose : sortir du nucléaire par le charbon et le pétrole, c'est pas très écologique.

En revanche, le reste est bien.

J'ai une amie qui se chauffe grace à une pompe à chaleur : elle en est plus que ravie : propre, écolo et économique.

Mais tout le monde ne peut pas mettre son habitation aux "normes" écologiques. Moi, je vis dans une copropriété, chauffage au gaz collectif, et donc les 150 foyers ont tous la même température chez eux. On ne peut même pas l'adapter à nos besoins ou envies. On a parlé de photovoltaïques sur les toits : on nous a ri au nez car ça ne couvrirait, à la limite, nous a t'on dit, que la lumière (minuteur) dans les cages d'escaliers.

Et donc, ce ne serait pas rentable.

Alors comment faire ?
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter