le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Espèces menacées
Sur les 44 838 espèces que comptent « la Liste rouge », 16 928 sont menacées d’extinction. Soit un oiseau sur huit, un mammifère sur quatre et un amphibien sur trois.
Se protéger avec des préservatifs naturels et équitables

Se protéger avec des préservatifs naturels et équitables

Vivre d'amour et d'eau fraîche... certes, mais pour un plaisir sans risque nous avons désormais la possibilité de nous offrir une seconde peau aussi naturelle que possible.

Accessoires indispensables à la prévention des M.S.T. (maladies sexuellement transmissibles) ou simple moyen de contraception, l'origine du préservatif se perd dans la nuit des temps et des tumultueux amours de l'espèce humaine.

D’abord confectionnés en boyaux d’animaux, étoffes ou papier de soie, il sont, depuis le 19ème siècle, principalement fabriqués à base de caoutchouc ou plus récemment et plus rarement en polyuréthane (en raison notamment d'allergie au latex qui toucherait 1% de la population).

Tantôt promu, tantôt interdit, au gré des épidémies vénériennes, des politiques natalistes ou des périodes de puritanisme, il s’impose définitivement avec l’apparition du SIDA dans les années 80 comme le moyen le plus sûr de protection.

Conçus pour assurer un maximum de résistance et donc de sécurité tout en préservant les sensations, les préservatifs sont aussi devenus depuis quelques années des objets largement marketés. Ils se déclinent ainsi dans des textures, formes, couleurs et même parfums variés, justifiant ainsi une augmentation de leur prix, contraire à la nécessaire démocratisation de ce produit de santé publique.

Des préservatifs pas toujours protecteurs

Si les préservatifs sont dans leur majeur partie fabriqués avec du latex issu du caoutchouc, matière première naturelle et renouvelable, ils ne sont pas pour autant exempts de substances toxiques.

D’un point de vue environnemental et sanitaire, la plupart des préservatifs sont en effet aujourd’hui traités avec des composant chimiques afin de garantir leur conservation mais aussi de répondre aux évolutions marketing.

Issus majoritairement des forêts d’Asie et en particulier de Thaïlande, les conditions de prélèvement du caoutchouc et de fabrication des préservatifs ne sont quant à elles pas toujours très transparentes.

C’est pour répondre à ces problèmes que récemment, des marques de préservatifs ont décidé de prendre en considération les enjeux sanitaires et environnementaux mais aussi des conditions sociales des ouvriers employés à leur production.

Des normes françaises et européennes de base

Depuis 1998, une norme européenne CE, est obligatoire pour l'ensemble des préservatifs vendus en Europe. Elle garantit la conformité du produit aux exigences "essentielles" de sécurité et garantit un niveau minimum de qualité.

La norme française NF, bien que plus stricte, est depuis lors devenue facultative. Elle peut toutefois être demandée par le fabricant et garantit les éléments suivants : dimension, volume et pression d’éclatement, résistance à la traction avant et après vieillissement, absence de perforation, stabilité des couleurs, résistance au stockage et marquage et emballage.

Des préservatifs non toxiques et respectueux de l’environnement

La fiabilité suédoise au service des préservatifs

RFSU est une organisation suédoise d’utilité publique qui œuvre pour l’information et l’éducation sexuelle (équivalent du planning familial) depuis plus de 60 ans. La norme RFSU développée pour les préservatifs est plus rigoureuse que les standards européens et ISO en matière de résistance et de vieillissement. Elle garantit également que toutes les substances rajoutées au latex lors de sa transformation sont naturelles et que tous les traitements et lavages sont effectués avec des produits naturels. La marque Naturwaren propose en France des préservatifs qui sont conformes à cette norme.

L’évaluation allemande Öko-Test

Des préservatifs portent la mention « gut » (bien) ou « sehr gut » (très bien) délivrée par le magazine allemand Öko Test qui évalue les produits en fonction de leur absence de toxicité et leur respect de l’environnement.

Des préservatifs équitables

Matière première ballotée au gré de l’évolution des cours internationaux, la culture de l’hévéa offre des conditions de travail très difficile pour des salaires souvent très bas. C’est la raison pour laquelle la marque Lümmel Tüten (French Letter), fabriquée en Allemagne a été la première à avoir été certifiée équitable pour avoir développé une offre de préservatifs dont le latex provient d’une filière équitable.

eco-SAPIENS 10/02/11
Photo: mal (FlickR/francois et fier de l'Être)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter