le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Le virtuel est-il écologique ?
Ecrans et processeurs engloutissaient 1% de la consommation mondiale d’électricité en 2005, soit 150 milliards de kilowatts par an.
Et un avatar sur Second Life consomme autant d'énergie qu'un Brésilien...
Informatique, électronique: et l'écologie dans tout ça ?

Informatique, électronique: et l'écologie dans tout ça ?

En quelques années, les produits hi-tech ont envahi notre quotidien : plus une poche sans téléphone portable et lecteur MP3, plus un foyer sans ordinateur, console de jeux, écran plasma ou autres gadgets plus ou moins utiles…

Une tendance qui s’accélère de façon exponentielle. La quête d’un matériel dernier cri est encouragée et soufflée dans chaque ménage par la publicité et le marketing, par les industriels qui produisent des engins fragiles, remplaçables de plus en plus rapidement par d’autres engins de plus en plus énergivores, tant dans leur production, que dans leur utilisation et leur recyclage.

La question relative à l’impact environnemental de l’industrie informatique est trop peu soulevée : on commence à se demander que faire de tous ces ordinateurs « obsolètes » ou en panne, on semble presque découvrir qu’ils sont bourrés de produits toxiques.
Autre question environnementale : la consommation énergétique de tout ce matériel électronique est-elle compatible avec la volonté de lutter contre le «réchauffement climatique»?

Les composants

Après les produits blancs (électroménager) et les produits bruns (audiovisuel), bienvenue dans l’ère des produits gris ! C’est par ce doux nom que l’on nomme le matériel informatique et bureautique indispensable à qui veut vivre avec son temps : PAD, téléphone portable, ordinateurs, GPS, etc.

Circuit imprimé par raneko

Que trouve-t’on si l’on démonte une telle bête ? Essentiellement des composants électroniques, dont une large part est faite aux transistors - dont font partie les fameux «microprocesseurs» - soudés sur des circuits imprimés appelés aussi «cartes électroniques».

Côté matières premières, l’industrie électronique est friande de silicium. C’est le matériau qui compose l’essentiel des transistors, résistances et autres composants qui ont effrayé bon nombre d’entre nous lors des cours de sciences physiques au collège.

Malheureusement, nos assistants électroniques recèlent des produits bien moins anodins : on y trouve de l’étain (soudures), des métaux lourds (batteries), de la résine époxy, du PVC, etc. Autant de matières premières hautement nuisibles pour l’environnement et la santé humaine.

La consommation énergétique

Quant à l’usage de tout ce matériel, la demande énergétique est immense : certains spécialistes estiment que la part d’émission de CO2 dans l’atmosphère liée à la consommation énergétique de l’informatique mondiale est comparable à celle de l’aviation civile, soit 2% des émissions humaines totales !

Ordinateur par Stuck in Customs

Selon l’Agence internationale de l'Energie, la consommation de gadgets électroniques va doubler d'ici à 2022 et tripler d'ici à 2030. Une perspective effrayante à l’heure ou les mentalités commencent à peine à entrevoir les conséquences dramatiques d’une consommation à outrance sur notre environnement. Une prise de conscience encore bien timide, qui se heurte aux certitudes de nos mentalités consuméristes - encouragées à grand renfort d’appel à la croissance et de publicité sur le thème «achète ça, ça va te simplifier la vie».

Les pays émergents suivent cette tendance et, à notre image, leur taux d’équipement gagne du terrain. Pour produire les deux milliards de téléviseurs, 3,5 milliards de téléphones portables et un milliard d'ordinateurs que comptera la planète dès 2010 il faudra construire des centrales électriques d'une capacité totale de production de 280 gigawatts dans les vingt prochaines années (toujours selon l’Agence internationale de l’Energie), ce qui représente l’équivalent de deux cents réacteurs nucléaires supplémentaires.

Les appareils électroménagers sont globalement moins énergivores aujourd’hui, ce qui n’est pas le cas des appareils électroniques utilisant des technologies de pointe comme les téléviseurs, téléphones ou consoles de jeux. Un problème qui n’est pas une fatalité, puisqu’il est possible de produire du matériel performant ET économe en énergie. Un exemple : un ordinateur portable consomme 3 fois moins d’énergie qu’un fixe.

Outre la production et le fonctionnement des ordinateurs en entreprise ou à la maison, le grand énergivore est sans conteste Internet. Les fermes informatiques renfermant les centres de données représentent à elles seules le fonctionnement de quatorze centrales électriques, selon l’université de Stanford (in La Décroissance n°58).

Pour Gerhard Fettweis, de l’université de Dresde, « à ce rythme, dans moins d’un quart de siècle, l’internet à lui seul consommera autant d’énergie que toute l’humanité aujourd’hui » d’après (L’Express du 5-3-2008, citée dans La Décroissance n°58). Et ce rythme ne semble pas prêt à se calmer : la France comptait 4 millions d'internautes en 1999, 26 millions en 2005, 33 millions en 2008 et plus de 35 millions en février 2010. Une voie suivie en toute logique par les pays en développement...

Une autre forme de recyclage par Bert van Dijk

Quid du recyclage?

Le Programme des Nations Unis évalue à cinquante millions de tonnes la quantité de déchets électroniques produits chaque année.

Il est possible de traiter ces déchets de façon "propre", ou en confiant le matériel informatique dont nous ne voulons plus aux associations qui le récupèrent et le réparent afin d’en faire profiter les plus démunis, ou, tout simplement, en suivant la loi (décret français n°2005-829 du 20 juillet 2005) qui régit les DEEE.

Depuis 2006, le recyclage propre des DEEE est facilité par une filière officielle de récupération et une taxe sur les DEEE (Voir: Comment se débarrasser de ses appareils électroménagers ?). Une législation renforcée par la Convention de Bâle qui prohibe l’exportation de matières dangereuses pour les pays européens signataires.

Les producteurs d’équipements sont responsables financièrement du recyclage des déchets. Ces derniers sont confiés à des prestataires agréés (Ecologic, Eco-Systèmes, ERP, Récylum).

Le recyclage propre d’un produit électronique est un mécanisme très complexe et très cher - environ 400€ la tonne. Une solution à laquelle préfèrent souvent les entreprises occidentales, l’envoi du matériel obsolète en Inde ou en Chine - seuls 30% des déchets européens sont traités.

Sous couvert de généreux dons pour équiper les pays en développement, le matériel échoue dans des ateliers de recyclage clandestins ou il est désossé, trié et les composants réutilisés. Un travail extrêmement polluant - contamination des populations riveraines, pollution des sols et des nappes phréatiques -, laborieux, effectué par des ouvriers (hommes femmes et enfants) attirés par l’appât du gain : incinération pour extraire le cuivre, lixiviation de l’or avec du cyanure à l’air libre, manipulation de produits contenant du mercure, du plomb, ou encore du cadmium (Challenges n°112).

Conclusion

Face au tout électronique qui conquiert villes et campagnes du monde entier et à l’explosion de la consommation énergétique liée à cette béquille, dont on ne saurait plus se passer -sous peine d’être vu comme des rétrogrades, des arriérés, voire (horreur !) des passéistes -, n’y a-t-il pas une contradiction entre les discours et les mesures du Grenelle de l’environnement sur les réductions d’émissions de gaz à effet de serre et l’internet pour tous prôné par les politiques publiques ?

dossier écrit par Anne-Laure Dubois pour eco-sapiens
Photos : Ordinateur par Stuck in Customs ; Circuit imprimé par raneko ; Une autre forme de recyclage par Bert van Dijk.
eco-sapiens 09/10/09
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter