le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Devinette Coca-Cola
Devinez combien de litres de coca-cola sont absorbées chaque jour ?
854 millions de litres !
Gestion durable des forêts ici, bois illégal là-bas

Gestion durable des forêts ici, bois illégal là-bas

La France voit sa forêt progresser mais fait partie des plus gros importateurs... au détriment des autres pays qui voient leurs forêts gravement menacées. Utilisons le bois ! Mais en connaissance de cause.

Le bois peut prendre des formes très variées et subir toutes sortes de transformations, industrielles ou artisanales. On le retrouve dans les emballages, les charpentes et constructions, la menuiserie, l'ameublement, les parquets, la papeterie et le chauffage.

Renouvelable, abondant et disponible localement il bénéficie également d'un impact énergétique faible. Il est recyclable sans dommage sur l'environnement. Toutefois, certains produits utilisés pour protéger le bois ou les colles sont toxiques et limitent les solutions de recyclage. Enfin, le bois permet de limiter la diffusion de CO2 dans l'atmosphère.

Mais si le matériau est écologique, on ne peut pas toujours en dire autant de son exploitation…

Ecocertifications : quels engagements ?

coeur de bois

Il existe une multitude de labels (PEFC, FSC, Fibama, TFT, Bois de plantation…), plus ou moins sérieux, certains servant uniquement les intérêts des entreprises et n’offrant aucune garantie réelle au consommateur.

Le label FSC (Conseil de Bonne Gestion Forestière) est le plus complet et le plus fiable bien qu'il comporte quelques failles: il ne distingue pas les plantations industrielles des exploitations communautaires et ne sanctionne pas les cultures monospécifiques. Le consommateur doit en outre rester vigilant sur les entreprises et les produits estampillés FSC qui n'offrent pas forcément une parfaite transparence.

Le label PEFC (Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières), créé dans le but d'établir une certification plus souple que le FSC - ce dernier étant mal adapté aux forêts européennes - est le label le plus répandu. Il n'est cautionné par aucune ONG internationale et on lui reproche entre autres son manque de rigueur (peu de vérifications), d'indépendance (le label a été créé par les industriels du bois souhaitant valoriser l'image de marque de leurs produits) et de traçabilité (il regroupe des initiatives locales difficiles à uniformiser et à comprendre pour le consommateur).

Quid du commerce du bois illégal ?

coeur de bois

La France ne brille pas par son comportement en ce qui concerne l'utilisation de bois illicite. Elle est le sixième importateur de produits forestiers, dont 39% est illégal, ignorant délibérément les conséquences désastreuses du pillage des forêts. Outre la concurrence déloyale qui pénalise toute la filière bois, le commerce du bois illégal menace la biodiversité, les populations locales et condamne les dernières forêts naturelles du monde.

Affichant une volonté de façade de préserver l’environnement, de lutter contre la déforestation et le changement climatique, se gargarisant de développement durable, le gouvernement a freiné des quatre fers - afin de ne pas trop contraindre les entreprises - lorsqu’il s’est agi de voter le 22 avril 2009 au parlement européen, une loi stricte sanctionnant les importations de bois illicites en Europe, un commerce brillant jusqu’alors par l’absence de sa réglementation.
La loi a cependant été adoptée.

Les essences exotiques

coeur de bois

L’engouement pour les bois exotiques - teck, acajou, moabi… - provoque chaque année la disparition de 13 millions d'hectares de forêts. Un secteur dans lequel la France détient la palme en Europe.

Comme chacun sait, seul le bois exotique résiste aux intempéries et aux UV...

Les bancs publics sont pour beaucoup issus d'essences européennes, mais les publicitaires ont réussi à nous faire accepter qu'un salon de jardin qui n'est pas en teck, c'est un peu comme un cinquantenaire sans Rolex.

Symbole de la déforestation, l'Amazonie recule toujours. Au-delà des chiffres vertigineux (destruction de 3,1 millions d'hectares par an entre 2000 et 2005 au Brésil, près de 2 millions d'hectares en Indonésie), là encore les dommages collatéraux sont considérables:

  • les peuples primitifs vivant dans ces forêts sont contraints à l'exil ou certains se rallient à la civilisation (où ils pourront enfin connaître le bonheur, le vrai);
  • la biodiversité s'effondre;
  • l'après-forêt est souvent synonyme de plantations industrielles tels les palmiers à huile, le soja (si on veut des steaks hachés dans nos hamburgers, ça demande des sacrifices...), qui font la fortune des multinationales.

Pour les Indiens c'est autre chose!

Et le bois local ?

coeur de bois

Malheureusement les pays du Sud n'ont pas le monopole des mauvaises pratiques forestières. En France, la logique productiviste a longtemps prévalu sur les problématiques écologiques, et l'intérêt que porte l'ONF à l'écologie est récent...

Emblématique de cette course au profit, observons de plus près le cas de l'enrésinement du plateau de Millevaches.

Agropastorale, cette terre pauvre subit de plein fouet la déprise agricole et la déferlante du mouton de Nouvelle-Zélande. Les éleveurs, sans débouchés commerciaux, se tournent alors vers le bois pour s'assurer des revenus. La lande sèche est vite colonisée par des plantations de résineux, essentiellement l'épicéa ou le douglas.

Adieu donc les milieux ouverts riches d'une faune et d'une flore déjà bien malmenées.

Ce n'est pas tout: les tourbières, milieux connexes à la lande et bénéficiant de son travail d'appauvrissement des eaux de pluie, subissent des modifications physico-chimiques préjudiciables, les paysages sont dénaturés, etc. Et ne parlons pas de l'impact sur les sols...

Encore une fois, le patrimoine naturel doit payer la facture des politiques d'aménagement du territoire qui ne pensent que PIB et chiffre du chômage.

Conclusion: pourquoi utiliser le bois et lequel

On l'a vu, le bois est par nature une ressource écologique: puits de carbone, renouvelable et recyclable, il est source de vie et régulateur. On en fait des meubles, des palettes, des maisons, des outils.

Comme souvent avec la nature, il suffit de respecter certaines règles pour que les écosystèmes forestiers supportent les prélèvements humains.

Mais au nom du profit et de la surconsommation, mirages du bonheur, l'Homme scie la branche sur laquelle il est assis. Les forêts sont surexploitées et les dégâts s'accumulent: perte de biodiversité, appauvrissement et érosion des sols, destruction de civilisations primitives, etc. La liste est longue.

Seule une pression venant d'en bas, franche et massive, peut éradiquer les pratiques peu scrupuleuses en terme d'exploitation forestière: c'est à nous, consommateurs, d'agir! Boycott, choix affirmé de bois certifiés, exigence de politiques de certification plus draconiennes, voilà nos armes: puisque seul est entendu l'effondrement de la demande, alors en avant!

A lire aussi sur le bois

dossier écrit par Anne-Laure Dubois pour eco-sapiens
crédits photo:
Coeur par Amarand Agasi - FSC par Moff - Forêt par MorBCN - Bois par paalia

eco-sapiens 03/06/09
Photo: Anti-theft device (FlickR/aleske)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter