le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Ampoules basse consommation ?
Une ampoule à économie d’énergie consomme 4 fois moins et dure jusqu’à 10 fois plus longtemps qu’une ampoule ordinaire. Ainsi, pour une ampoule qui coûte 5 Euros, le consommateur rentabilise son achat en 10 mois, alors que l’ampoule a une durée de vie de 6 ans.
Acheter des ampoules basse consommation
Polémique sur les ampoules basse conso
Les OGM

Les OGM

Danger pour la biodiversité ou remède contre la faim dans le monde ? Le débat sur les OGM suscite des controverses dans toute l'Europe.

Il faut d'abord préciser de quels OGM on parle. Une distinction entre les OGM à but thérapeutique et les OGM visant à améliorer la qualité des aliments s'impose. En d'autres termes, les OGM s'inscrivent dans deux domaines d'application : la santé et l'agro-alimentaire.

Rappelons tout de même que par but thérapeutique on entend modifier l'ADN afin que l'organisme sécrète une substance chimique intéressante pour la médecine. Un exemple classique est d'améliorer la production d'insuline chez des micro-organismes pour soigner les personnes atteintes de diabète.

Si les questions purement «éthiques» (L' être humain a-t-il le droit de modifier l'ADN, d'intervenir dans le coeur du vivant ?) peuvent tout de même être posées pour les OGM à but thérapeutique, nous n'évoquerons ici que les OGM dans l'industrie agro-alimentaire.

Poivrons carres (c) worth1000.com

Les OGM dans l'alimentation

Le génie génétique est une technologie très puissante qui, en transposant les gènes d'une espèce à une autre, permet de modifier les caractéristiques de l'organisme. Divers objectifs sont recherchés : amélioration de la valeur nutritionnelle, meilleure résistance aux agressions extérieures (parasites... ), meilleur aspect esthétique etc.

La sélection naturelle est donc accélérée et n'est donc plus tellement naturelle : ce que la nature réalisait en des milliers d'années ou ce que les techniques traditionnelles permettaient en plusieurs décennies par des croisements successifs (pour les céréales notamment), les laboratoires le font aujourd'hui en des temps records sans trop se soucier s'il est normal de croiser un gène de chauve-souris sur un gène de colza...

Avec des motivations altruistes et respectables, cette formidable technique dévoile chaque jour des défauts qui la rendent aujourd'hui controversée pour plusieurs raisons.

La perte du goût

On reconnaît habituellement que les tomates trouvées dans le commerce sont de plus en plus fades. Il ne faudrait pas non plus croire qu'une tomate sans goût est génétiquement modifiée et réciproquement (les conditions de culture, la date de cueillette ou le mode de conservation contribuent largement aux qualités gustatives en fin de chaîne!). Par contre, il est en effet fréquent qu'un gène ne code pas que pour un phénotype (caractéristique). Il n'y a pas de gène «juteux», un gène «bien rouge» et un gène «bien rond» qu'il faudrait combiner pour obtenir une tomate parfaite. Un gène qui code pour améliorer une caractéristique peut dans le même temps affecter une autre caractéristique.

Une biodiversité en danger

Un OGM, comme n'importe quel organisme vivant, se reproduit. Et des souches génétiquement modifiées peuvent se croiser avec des souches sauvages. Si l'on ne maîtrise pas ce phénomène (il ne faut alors pas cultiver en champ ouvert), on risque assez rapidement de ne plus trouver d'espèce sauvage. Plusieurs pays (Roumanie, Pologne, Suisse) ont déjà interdit les cultures en plein champ.
Les optimistes ayant toujours l'argument du «pire qui n'est pas encore arrivé» sous-estiment le danger que représente une biodiversité très pauvre pour l'être humain. La diversité n'est pas qu'un joli mot pour éviter la monotonie : elle est la condition de notre survie. En imaginant qu'une seule souche de blé existe sur la planète, qu'adviendra-t-il le jour où un redoutable organisme (insecte, champignon,...) aura réussi à parasiter cette souche ?

Très souvent, on développe des OGM pour améliorer la résistance aux agresseurs. Comme ceux-ci sont nombreux, un procédé classique consiste à rendre l'organisme résistant à un pesticide très puissant et à asperger le champ avec ce pesticide. Ainsi, c'est le traitement qui repousse les agresseurs potentiels et non plus la plante. On voit donc que paradoxalement, les OGM s'accommodent volontiers d'un traitement supplémentaire souvent très toxique (Roundup, Atrazine).
Le cercle devient particulièrement vicieux lorsqu'il faut ensuite augmenter le pouvoir des herbicides et pesticides dès que les parasites développent des résistances aux principes actifs de ces traitements... Bref, en accélérant la résistance des plantes, on augmente du coup aussi celle des parasites!

Un exemple en Argentine avec le Soja de Monsanto et le Round Up (enquête de 2005 diffusée sur Arte) :

Une hégémonie économique

En plus de l'impact écologique, force est de constater que les grands laboratoires mènent à la baguette les pays du Sud. En obligeant les agriculteurs à acheter les semences, les quelques compagnies formant l'oligopole des semences OGM vont à l'encontre du principe normal de l'agriculture consistant à échanger les semences (toujours pour favoriser la biodiversité).

De plus, leur joug économique ne prend pas en compte les caractéristiques locales (type d'alimentation, type de sol, monoculture). Certaines compagnies ont développé des semences stériles afin d'évacuer le problème de la biodiversité. C'est alors pour elles une aubaine puisque cela condamne l'agriculteur à payer chaque année ses droits d'utilisation. En Argentine, comme le démontre la vidéo ci-dessus, après plusieurs années d'exploitation, qui ont donné lieu à l'envahissement des OGM de Monsanto sur le territoire agricole, la firme réclame soudainement des royalties rétroactifs.

Autre exemple, en Inde, où plus de 600 fermiers ont mis fin à leurs jours dans la région cotonnière de Vidarbha de juin 2005 à juin 2006, suite à des difficultés financières. Celles-ci seraient notamment liées au développement du coton transgénique, car ces agriculteurs espéraient des récoltes sans précédent, mais les graines OGM se sont révélées peu adaptées à leur région.
Voir le site de l’association Vidarbha Jan Andolan Samiti (VIJAS)

En bref, le brevetage du vivant n'est pas compatible avec la logique de l'agriculture raisonnée.

Les Organismes Génétiquement Modifiés sont-ils dangereux ?

Les risques sur la santé ne sont pas encore reconnus, et comme pour les téléphones portables, le citoyen est vite perdu dans les expertises et contre-expertises relatives aux risques pour notre santé. La question difficile de savoir si l'ingestion d'un OGM présente des risques ne peut pas être tranchée aujourd'hui car peu de données sont disponibles.

Néanmoins, des risques potentiels existent. En effet, la synthèse de nouvelles protéines par les OGM favorise le développement des allergies.

Une enquête réalisée par Canal +, et interdite de diffusion tend cependant à démontrer que des preuves existent. Elle est basée sur une étude secrète menée autour d'un maïs OGM. Sous couvert du secret industriel, le ministère de l’Agriculture français n’a pas voulu rendre public les résultats, alors qu'ils montrent que le maïs OGM a provoqué des lésions sur les organes des rats de laboratoire qui en ont mangé.
90 MINUTES a mené l’enquête en France, en Allemagne, au Luxembourg et à la Commission européenne à Bruxelles

Vaincre la faim dans le monde : une fausse raison!

On prétend souvent que les OGM sont une solution pour éradiquer la faim dans le monde. Il faut être naïf pour accepter ce genre d'argument non seulement pour les raisons évoquées ci-dessus mais aussi parce que la faim dans le monde n'est pas un problème de production mais de répartition.

On ne peut pas généraliser une agriculture basée sur des monocultures et des traitements chimiques importants (risque à la fois sanitaire et environnemental).

Fraise ou Kiwi ? (c) worth1000.com

Enfin les habitudes alimentaires ont un rôle prééminent pour un peuple (d'où la polysémie du mot «culture») et nier ces traditions alimentaires revient à nier l'identité du peuple. Que dirions-nous si l'on nous imposait de boire exclusivement du lait de yack, de manger des fromages de yack et des yaourts de yack ?

Les OGM dans nos assiettes

En France, nous ne consommons pas d'OGM directement bien que nous en cultivions et en importions. Les OGM peuvent être utilisés comme ingrédient dans l’élaboration de nombreux produits alimentaires (huile de soja, pop- corn, biscuits, etc.). La réglementation européenne actuelle impose d’étiqueter ces produits dès lors qu’un de leurs ingrédients contient plus de 0,9 % d’OGM.

Alors où les retrouve-t-on ?

Ils servent à nourrir des animaux domestiques (cochon, vache, poule, poisson) qui eux seront vendus sur le marché ou serviront à la fabrication de produits divers. Ainsi, nous consommons des "OGM de seconde main". Vous trouverez la liste des produits concernés dans le guide de Greenpeace. Ils sont classés selon 3 catégories indiquées en début de colonne.

  • Vert : le fabricant garantit ne pas utiliser de produits issus d’animaux nourris aux OGM.
  • Orange : le fabricant affirme avoir entamé une démarche pour exclure les OGM mais ne peut pas encore garantir qu’il n’en utilise plus du tout.
  • Rouge : le fabricant ne garantit pas que la fabrication de ses produits se fait hors de la filière OGM ou bien n’a pas répondu au questionnaire.

A vous de choisir!

Plusieurs pays notamment la Suisse ont voté pour interdire les OGM dans l'alimentation pour une durée déterminée.

Pour en savoir plus sur les OGM, un organisme d'information est spécialement consacré à cette thématique : Inf'OGM

D'autres informations sur le désherbant Round Up.

eco-sapiens 05/11/06
Photo: Genetically Modified Food (FlickR/Peter Blanchard)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
Articles en lien
Dossier : Alimentation
Actualité : Du lait sans OGM ?
Actualité : OGM : le roi est nu
écouter l'émission sur Radio Ethic Une étude sur les OGM qui fait du bruit ! sur Radio ethic
écouter l'émission sur Radio Ethic Alors les OGM ? Dangereux pour la santé ou pas ? sur Radio ethic
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter