le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Ampoules basse consommation ?
Une ampoule à économie d’énergie consomme 4 fois moins et dure jusqu’à 10 fois plus longtemps qu’une ampoule ordinaire. Ainsi, pour une ampoule qui coûte 5 Euros, le consommateur rentabilise son achat en 10 mois, alors que l’ampoule a une durée de vie de 6 ans.
Acheter des ampoules basse consommation
Polémique sur les ampoules basse conso
Pour négaWatt, sans la sobriété il est impossible d'atteindre le facteur 4

Pour négaWatt, sans la sobriété il est impossible d'atteindre le facteur 4

Invité au débat sur la transition énergétique, l'association négaWatt souligne que peu de scénarios proposés permettent d'atteindre l'objectif Facteur 4 pourtant inscrit dans la loi française.

Le Débat National sur la Transition Energétique (DNTE) réunissait un "Groupe Expert" qui s'est intéressé aux différents scénarios énergétiques proposés par divers organismes. Rappelons qu'un scénario énergétique permet de fournir une "trajectoire" avec des objectifs chiffrés en terme d'émissions de CO2 et de consommation énergétique.

Aujourd'hui, on peut distinguer 4 grandes familles de scénario :

  • Un scénario "décarboné" misant sur l'électricité nucléaire
  • Un scénario "diversification"
  • Un scénario "efficacité" (celui de l'ADEME notamment)
  • Un scénario "sobriété"

Avec une méthodologie rigoureuse, l'association négaWatt a publié un comparatif en terme de gaz à effet de serre de ces 4 grands scénarios.

L'idée sous-jacente est de déceler quels sont les scénarios compatibles avec l'objectif assumé et consensuelle d'atteindre 1,8 tCO2eq par personne en France en 2050. Rappelons qu'en 1990, nous étions à 9,5 tCO2eq par personne. Ceci correspond donc à diviser nos émissions individuelles par 5,2.

Comme le rappelle l'association négaWatt, cet objectif est inscrit dans la loi !

Le facteur 4, directement issu de la position de la France au sein du protocole de Kyoto, a été inscrit dans la loi française dès 2005 (loi POPE), clairement réaffirmé en 2009 (loi Grenelle 1) puis transposé dans le Code de l’énergie sous la forme d’un objectif de division par 4 par rapport à 1990 des émissions des six principaux gaz à effet de serre pour la France métropolitaine et les DOM-COM, soit un rythme moyen de - 3,0 % par an entre 2005 et 2050.

Au final, seuls deux "trajectoires", Efficacité et Sobriété, sur les quatre permettent d'atteindre cet objectif de facteur 4. Cela ne représente que deux scénarios sur les 11 actuellement répertoriés.

Au-delà du facteur 4

Cependant, il faut souligner que ce facteur 4 est encore insuffisant !

Le prochain rapport du GIEC attendu à l’automne 2013 va très certainement appeler au renforcement des objectifs mondiaux de réduction du fait de l’accélération et de l’aggravation des effets déjà constatés des changements climatiques ;

Les émissions des transports aériens et maritimes internationaux ne sont pas comptabilisées dans cette analyse alors qu’elles sont en forte croissance ;

Les émissions des DOM-COM et des PTOM ne sont non plus comptabilisées. Elles aussi se sont très fortement accrues : + 92 % entre 1990 et 2011 ;

Enfin ce calcul ne tient compte que des émissions domestiques et non de l’empreinte carbone réelle liée aux biens, équipements et services dont la production est délocalisée. Ce poste a fait l’objet d’estimation récente de l’ordre de 15 % des émissions en 1990 et 21 % en 2010 pour les pays de l’UE. Voir à ce sujet l'article sur les émissions cachées.

eco-SAPIENS 25/07/13
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter