le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Bois illégal dans la papeterie
40% du bois exploité commercialement dans le monde sert à faire du papier
15% du bois utilisé pour le papier provient de forêts vierges
Ecocert se diversifie tous azimuts

Ecocert se diversifie tous azimuts

Fort de sa position de leader sur le marché de la certification biologique, la société Ecocert diversifie ses activités. Après les cosmétiques bio, les textiles ou le commerce équitable, l'année 2012 voit entrer Ecocert sur le marché de la compensation carbone ou golfs "écodurables". Au risque de passer pour un certificateur opportuniste.
Une actualité originale de Novethic

L’histoire d’Ecocert est liée à celle de l’agriculture biologique. Les fondateurs de l’entreprise s’étaient donné pour objectif, en 1991, de doter l’agriculture biologique d’un certificateur animé par l’esprit des pionniers de la bio. Au moment où le label AB étendait sa notoriété. « Il ne peut y avoir de contrôle sans règle et ces règles doivent avoir un sens. Nous surveillons cela », résume William Vidal, le PDG et cofondateur d’Ecocert.

Dès lors, Ecocert n’a jamais pu se contenter d’être un « OC » (Organisme certificateur accrédité) comme les autres, au risque de quitter la stricte neutralité de la fonction de certificateur indépendant, en devenant un acteur influant sur des questions comme la réforme du cahier des charges européen ou encore en jouant les consultants pour l’Etat Chinois lorsqu’il planche sur son propre cahier des charges. William Vidal n’hésite pas d’ailleurs à s’auto désigner « gardien du temple » pour justifier de ce cumul de fonction auquel s’ajoute celle de producteur de labels.

Une diversification rapide

Rapidement, l’entreprise a apposé son nom sur des cahiers des charges destinés à des entreprises privées. Cela fut le cas en premier lieu pour les intrants utilisés dans l’agriculture biologique. Puis vinrent en 2002 les cosmétiques naturels avec Cosmébio, dont Ecocert avait assuré l’élaboration des critères pour le compte d’entreprises du secteur, avant de développer son propre cahier des charges. Suivirent les textiles écologiques puis le commerce équitable avec l’élaboration du label privé Bio Equitable en 2004. Sans oublier le référentiel Ecocert ESR pour Ecologique, Social, Responsable en 2007.

Bien que l’agriculture biologique soit encore un marché en croissance, Ecocert affirme aujourd’hui sa volonté de dépasser son image de garantie de la qualité bio pour devenir un acteur de l’économie décarbonée.

En 2012, Ecocert poursuit son action avec la création et la mise à disposition de cahiers des charges privés donc certains relèvent d’une nouvelle compétence "carbone". La certification est un "check point" essentiel dans la mise en place d’une économie décarbonée, bannissant l’austérité pour les plus pauvres et privilégiant une croissance économique du "bien-être", décrit William Vidal.

Des nouveaux marchés qui posent question

Dès ce mois de juin, la société devrait être accréditée pour contrôler le respect du Verified Carbon Standard (VCS), l’un des principaux référentiels de labellisation des démarches de compensation volontaire des émissions de CO2. Et d’ici l’automne, le cahier des charges privé Reforestation solidaire (1) sera finalisé, pour certifier des petits projets de reforestation respectant l’environnement et les populations locales.

Ecocert se lance là sur un secteur glissant. Le recours au marché pour financer les projets de réduction des émissions ou de séquestration de CO2 est toujours sujet à caution pour nombre de défenseurs de l’environnement et mobilise les ONG à l’heure du sommet de Rio +20.

Les mécanismes de compensation sont un cheval de Troie des entreprises dans les négociations internationales pour faire avancer les solutions de marché (au détriment des politiques publiques), estime Juliette Renaud, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre.

Un contexte qui ne désarçonne pas Ecocert qui met en avant son esprit d’entreprise militante : « Beaucoup de choses sont mal faites, il y a notamment beaucoup de conflits d’intérêts. C’est pourquoi nous venons pour faire avancer les choses », estime Xavier Hatchondo, responsable du service Changement climatique de la société. Ecocert s’engage, par exemple, à ne pas réaliser, pour un même client, la validation du projet de compensation qui relève du conseil et la vérification de ses résultats au fil des années, qui est une activité de contrôle. « Trop souvent, un projet est validé par une société et contrôlé par une filiale », regrette Xavier Hatchondo.

Ce serait aussi pour faire avancer les choses qu’Ecocert lance deux autres cahiers des charges privés : « Espace de bien-être écologique » et « Golfs écodurables ». Dans ce dernier cas, il s’agit d’une adaptation d’un référentiel existant sur la gestion écologique des espaces verts (label EVE). Les terrains de golf sont réputés consommateurs en eau et en intrants chimiques du fait de la nature des gazons plantés sur les zones de jeu.

Nous avons le même niveau d’exigence que le label EVE, notamment sur le prélèvement de la ressource en eau. Nous avons juste laissé une petite porte ouverte sur l’usage de produits phytosanitaires pour lequel il est prévu un programme de réduction de 50% sur trois ans pour conserver le label, explique Marc Denale en charge du référentiel à Ecocert

Comme souvent, la première sollicitation est venue de golfs souhaitant faire reconnaître leur démarche écologique. « Il y a eu débat en interne, mais, l’idée majeure était de faire changer le grand public et même les joueurs de golf sur l’impact de ce sport sur l’environnement », raconte Marc Denale. Quant à savoir si les golfs de Marrakech au Maroc ou Dubaï seront labellisés un jour, la réponse d’Ecocert n’est pas définitive car il n’est pas envisageable de prévoir une zone d’exclusion.

(1) Ecocert a travaillé en lien avec le Geres, ONG reconnue pour ses projets de compensation et le Cirad, notamment.

Novethic 07/06/12
Photo: Golfing(FlickR/ turbotoddi)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest


Radio Ethic et eco-sapiens
écouter