le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
OGM versus Bio

346 Millions d'hectares = surface de culture mondiale en OGM

33 Millions d'hectares = surface de culture mondiale en BIO

Alimentation durable : et si on reprenait la main ?

Alimentation durable : et si on reprenait la main ?

Nous sommes tous concernés par notre alimentation. Mais nous ne savons plus bien ce que nous mangeons et la production de notre alimentation semble nous échapper. Pour y remédier, un nombre croissant de citoyens à travers le monde sème les bases d’une alimentation plus durable qui réconcilie santé, environnement et conditions sociales.

L’alimentation un produit jetable ?

Notre alimentation est vitale. Une évidence qui l’a depuis toujours placée au cœur des sociétés et des communautés humaines. Une place dont l’importance est pourtant contestée par un modèle occidental de développement qui a cru pouvoir la soumettre à des lois identiques à celles des autres produits de consommation.

En quelques décennies notre alimentation quotidienne a ainsi connu de profondes modifications. Alors que nous n’avons jamais eu à notre portée une telle abondance et un tel semblant de diversité d’aliments, nous avons peu à peu perdu le contrôle sur des aliments transformés en « produits » dont l’origine, la conception et la composition nous échappent.

La multitude des produits proposés dans les supermarchés, déguisés par les emballages et promus par le marketing et dont on ne sait plus si ils doivent nous nourrir ou avant tout nous distraire, contraste avec l’appauvrissement nutritionnel, l’érosion de la biodiversité et la standardisation des modes alimentaires à travers le monde.

Notre alimentation ainsi perdu de son sens et de sa valeur. Achetée au rabais et souvent gaspillée, sa part dans nos budget a fortement diminuée (de 26 à 13% entre 1960 et 2009. Parallèlement la part des aliments carnés a fortement augmenté ce qui a conduit, pour satisfaire une offre à coût bas, à modifier profondément notre système de valeur et faire de l’animal un simple produit de consommation.

Un modèle alimentaire déséquilibré

  • Déséquilibres sanitaires : dans des régions du monde des populations sont sur-alimentées avec des habitudes alimentaires occidentales facteur de développement des maladies dites de civilisation (cancer, diabète, obésité …), tandis que d’autres régions souffrent de sous-alimentation.
  • Déséquilibres sociaux : : étranglement des petits producteurs, perte d’autonomie et de souveraineté alimentaire des populations, émeutes de la faim, confiscation des terres.
  • Déséquilibres économiques : l’industrialisation croissante aboutit au contrôle de l’ensemble des filières par une poignée de multinationales extrêmement puissante. La concurrence de l’alimentation avec les agrocarburants renforcent ces déséquilibres.
  • Déséquilibres environnementaux : appauvrissement et destruction des sols, pollution des nappes phréatiques, effets sur le climat, perte de la biodiversité, déchets liés aux emballages, pollutions liées aux transport …

Les bases d’une alimentation durable

Nous sommes de plus en plus conscients et nombreux à souhaiter redonner à l’alimentation la place qu’elle mérite dans nos assiettes, dans nos budgets, dans nos rapports humains et dans nos campagnes.

Le modèle d’une alimentation durable induit une cohérence de l’ensemble des facteurs sociaux, sanitaires et environnementaux, auxquels s’ajoutent le plaisir du goût, de la créativité et de la convivialité.

Notre alimentation doit se réinventer à l’aune de contraintes nouvelles, de connaissance accrue mais aussi d’une réappropriation de savoirs parfois abandonnés ou perdus.

De nombreux projets sont à l’œuvre qui construisent des alternatives séduisantes dans ce domaine. Ils se construisent autour de principes de production locale, saisonnière, biologique d’aliments peu ou pas transformés faisant la part belle aux végétaux. Ils cherchent à lutter contre l’érosion de la biodiversité et la standardisation des produits. Ils souhaitent lutter contre la spéculation foncière pour redonner accès à des terres agricoles aux paysans et favoriser le maintien et l’émergence d’une agriculture paysanne au nord comme au sud. Ils cherchent enfin à recréer des liens directs entre producteurs et consommateurs afin de permettre à chacun de reprendre la main sur son alimentation et sur sa santé.

Ainsi, ces jours-ci, pour stimuler la réappropriation de notre alimentation, des associations organisent le concours "saveurs durables", qui se propose de valoriser une cuisine durable qui trouve ses sources dans l’ensemble des principes cités plus haut. Le projet récompensera, le 8 octobre prochain, des plats élaborés à partir d'ingrédients végétaux, de saison, peu transformés, respectant la biodiversité, issus de l'agriculture biologique, et bien sûr locaux ou provenant du commerce équitable Nord-Nord ou Nord-Sud. Le projet stimule également la créativité de tous ceux qui veulent cuisiner autrement en proposant de nombreuses ressources pour s'initier à une cuisine éthique et écologique.

eco-SAPIENS 06/10/11
Photo: Cooking 101 with Steve Kennedy (20)(FlickR/ missmeng)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest


Radio Ethic et eco-sapiens
écouter