le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Dans ma tablette de chocolat
Le planteur empoche 4 % à 6 % du prix d'une tablette de chocolat.
A propos de l'abrogation des 3 permis de gaz de schiste

A propos de l'abrogation des 3 permis de gaz de schiste

Alors que le président de la République se rend dans les Cévennes pour confirmer l'abrogation de 3 permis de gaz de schiste, une quinzaine de militants se retrouvent en garde à vue pour avoir dénoncé un effet d'annonce. Voudrait-on nous faire croire que les gaz de schiste sont enterrés ?

Le Gouvernement a annoncé l’abrogation des permis d’exploration de gaz de schiste de Nant, Villeneuve-de-Berg et Montélimar, c'est à dire les 3 permis contre lesquels la mobilisation fut la plus forte.

Rappelons qu'en seulement neuf mois, la forte mobilisation autour des gaz de schiste a permis de faire reculer industriels et politiques favorables à leur exploitation. En premier lieu, le ministre de l'Ecologie Jean-Loui Borloo qui avait à l'époque signé les autorisations. Mais aussi l'actuelle ministre Nathalie Kosciusko-Morizet qui enchaînait les déclarations contradictoires à ce sujet. Surtout et enfin, les exploitants (Toreador, Total, Schuepbach) qui avaient tous promis une exploitation propre, à la française, sans recourir à la fameuse fracturation hydraulique.

Les trois arbres qui cachent la forêt

Trois permis abrogés en grande pompe alors qu'il y en a exactement 64 actuellement en France, voilà qui peut être considéré comme une timide victoire.

Comme ironise Sylvain Lapoix, journaliste à OWNI

Dire qu'on « arrête les gaz de schiste » car trois permis sont abrogés, c'est comme prétendre qu'on arrête de boire en se contentant de renoncer aux Côtes du Rhône.

Exploration spécifique et exploration classique

La question qui vient naturellement à l'esprit est "pourquoi abroger certains permis et pas tous ?". A cela, les compagnies pétrolières et les politiques ont déjà la réponse, un brin fallacieuse.

"Mais c'est parce que ce n'est pas le même genre de permis !"
La société Toréador avait ainsi expliqué partout que ses activités dans le bassin parisien étaient en somme des exploitations classiques.

La subtilité réside dans le fait qu'une exploitation classique n'empêche nullement d'aller voir un peu plus profond ensuite. C'est à dire qu'une fois récupéré le pétrole ou les huiles les plus faciles, on peut effectivement procéder à la fracturation hydraulique. Sous un autre nom bien entendu. Le magazine OWNI avait ainsi montré le double discours de l'entreprise Toréador qui indiquait à ses actionnaires que la société allait pouvoir ensuite accéder aux couches géologiques profondes.

Enfin, on comprend mal pourquoi les compagnies paieraient pour des permis qu'elles jurent ne pas vouloir exploiter...

L'occasion de retrouver la carte des 64 permis de gaz de schiste de France (à compléter...)

eco-SAPIENS 04/10/11
Photo: American Gasland(FlickR/ Marcellus Protest)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter