le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Espèces menacées
Sur les 44 838 espèces que comptent « la Liste rouge », 16 928 sont menacées d’extinction. Soit un oiseau sur huit, un mammifère sur quatre et un amphibien sur trois.
Le commerce équitable est-il écolo ?

Le commerce équitable est-il écolo ?

Le commerce équitable répond à des objectifs sociaux, sa grande caractéristique résidant dans la juste rémunération attribuée aux producteurs des pays en développement. Quelle place tient l’écologie au sein de ce système commercial qui se veut différent des autres ?
Une actualité originale de developpementdurable.com

Emissions de CO2 liées aux transports, pratiques agricoles… écornent parfois l’image de ce vaste mouvement international. Qu’en est-il véritablement ?

Le commerce équitable, historiquement dénommé commerce alternatif, s’est démarqué en adoptant une démarche plus solidaire et plus juste envers les artisans et les paysans des pays en développement. Il se distingue par l’attention qu’il porte aux producteurs en tant qu’individu plutôt qu’au produit, renversant ainsi les diktats du commerce international.

D’essence humaniste, le mouvement est né après la guerre. Il n’a cessé de prendre de l’ampleur à mesure que la vulnérabilité des paysans du tiers-monde grandissait face à la volatilité des cours mondiaux et par leur méconnaissance des marchés.

Commerce équitable versus démarche écologique

L'écologie recherche des modes de production préservant les ressources naturelles et l’environnement, en limitant la pollution et l’empreinte carbone. L’agriculture biologique, visant plus spécifiquement la santé humaine, s’inclut dans cette démarche.

Le commerce équitable repose, quant à lui, sur l’engagement des pays développés à acheter des produits à leurs prix réels aux producteurs des pays du Sud, isolés ou en coopératives. Il garantit en outre des droits sociaux (liberté syndicale, travail forcé…) et des relations de commerce durables. Sa stratégie : court-circuiter les intermédiaires trop gourmands et répercuter les coûts d’achat sur le prix payé par le « consom’acteur ». Les producteurs peuvent ainsi profiter davantage de stabilité et de visibilité.

A l’évidence, le commerce équitable vise donc en priorité le développement humain et non la protection de l’environnement, qui est l’apanage de la démarche écologique. Il en a cependant progressivement fait l’un de ses piliers.

Des engagements environnementaux

Le commerce équitable encourage en effet l’agriculture paysanne, quand c’est possible, et l’artisanat qui, sobres en intrants, sont respectueux de l’environnement, basés sur des produits locaux, naturels, de saison… Ainsi, la majorité du café et du cacao, par exemple, est produit par de petits producteurs indépendants travaillant sur leur propre parcelle de terre et commercialisant leur produit par le biais d’une coopérative locale. Mais, la grande majorité du thé et des bananes sont produits dans des plantations.

Même si aucune obligation n’est imposée (cela dépend des labels), de fortes incitations sont faites vers le bio : techniques agricoles, primes pour le bio, formations des agriculteurs. Des mesures efficaces puisque 40 % des produits certifiés Max Havelaar, le label le plus présent en France, sont ainsi issus de l’agriculture biologique.

L’activité économique générée a de nombreuses retombées locales : développement de procédés de transformation des produits, relocalisation des ventes, amélioration de la situation des familles… Et des primes de développement sont distribuées aux coopératives qui votent démocratiquement l’usage qu’elles veulent en faire. Elles permettent notamment aux communautés d’investir dans des productions vivrières, la protection de l’eau et des sols (systèmes d’irrigation plus performants), des systèmes de gestion des déchets, etc.

Et les transports ?

L’empreinte carbone liée aux transports demeure le point noir du commerce équitable en matière d’écologie dont l’un des commandements est : « consommez local ! ». Mais il faut bien souligner ici que la majorité des produits issus du commerce équitable - café, cacao, épices, banane…- sont nécessairement importés. D’autre part, le fret maritime est le moyen de transport systématiquement adopté, sauf en cas de produits trop sophistiqués.

developpementdurable.com 18/03/11
Photo: Ethiopian fair trade coffee...(FlickR/ cookiemouse)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter