le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Le papier qui protège la forêt
Le papier recyclé nécessite pour sa fabrication 70 à 90% d'énergie en moins que le papier "normal", et permet bien sûr d'économiser les forêts...
Acheter du papier recyclé
Qui a tué l'écologie ? Un pamphlet signé Nicolino

Qui a tué l'écologie ? Un pamphlet signé Nicolino

Le journaliste Fabrice Nicolino publie ce 16 mars 2011 un livre où il accuse les grandes organisations environnementales d'avoir trahi la cause écologique. Du poil à gratter qui permet aussi de se pencher sur l'histoire du mouvement en France.

Un journaliste chevalier blanc

Fabrice Nicolino fait partie de ces gens qui ne laissent pas indifférents. Après trois enquêtes journalistiques remarquables, il a réussi à se mettre à dos les ennemis classiques de l'écologie... mais aussi la plupart des représentants de l'écologie politique et associative.

En 2007, il publiait avec François Veillerette Pesticides, révélations sur un scandale français qui est un ouvrage incontournable pour comprendre comment les pesticides se sont imposés en France et dans le monde.

La même année, il sort un réquisitoire contre les agro-carburants (qu'il appelle nécro-carburants, par opposition aux promoteurs qui les appellent abusivement biocarburants) : La faim, la bagnole, le blé et nous. Dans ce texte, il mettait déjà en cause la position de certaines associations environnementales qu'il jugeait trop clémentes sur cette question.

En 2010, il publie Bidoche qui établit une généalogie et un état des lieux de l'élevage français. Chaque livre de Nicolino est un évènement dans la mesure où il s'agit d'enquêtes journalistiques très documentées qui met en lumière l'influence de différents personnages (politiques, industriels, chercheurs). Chaque livre suscite une levée de boucliers des lobbyistes incriminés (pesticides, agrocarburants, viande).

En marge des ses collaborations dans différents journaux, Fabrice Nicolino alimente aussi quasi-quotidiennement un blog (Planète sans Visa) où il décrypte en temps réel l'actualité relative à l'environnement: coups de gueule, lanceur d'alerte, critique littéraire mais aussi poésie !

Dans ce blog, il égratigne volontiers certaines figures de l'écologie politique (Europe Ecologie) et associative (France Nature Environnement, WWF, Fondation Nicolas Hulot).

Avec ce nouvel opus, il officialise donc ces critiques récurrentes contre ces représentants qu'il juge mous ou compromis. Là où il pense qu'il faut continuer dans la voie radicale.
Dernièrement, il avait signé une tribune accusant Greenpeace, WWF, la Fondation Nicolas Hulot et France Nature Environnement, toutes présentes au Grenelle de l'Environnement, d'avoir peu ou pas réagi sur la question des gaz de schiste. Une problématique qu'il a largement contribué à diffuser dans le débat public.

Nous reproduisons la quatrième de couverture et vous signalons que le livre, sorti le 16 mars 2011, est publié aux éditions indépendantes LLL Les Liens qui Libèrent.

Ce livre va faire mal, parce qu’il décrit ce qu’est devenu le mouvement écologiste officiel, celui des salons dorés, des petits-fours, des photos de groupe devant les palais officiels. Ce livre va faire mal, parce qu’il révèle pour la première fois l’histoire, les histoires, les coulisses. On peut donc le lire comme un roman vrai, un polar implacable, rempli de personnages aussi étonnants qu’Anton Rupert, l’un des véritables fondateurs du WWF International.

Mais l’acte d’accusation vise bien au-delà la « bande des quatre » qui s’est autoproclamée représentante de la société française. Et qui a décidé de se soumettre aux ruses et risettes de l’État français, Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet en tête. Certes, il existe de nombreuses différences entre le WWF, Greenpace, la Fondation Nicolas Hulot et France Nature Environnement (FNE). Ce document rend à chacun ce qui lui appartient.

Mais au total, le bilan est désastreux. Alors que les mêmes clament que la planète est en perdition – et elle l’est -, ils préfèrent compromis et compromissions, tapes dans le dos et décorations. Dernière dérobade : l’affaire des gaz de schistes, qui exigerait pourtant une mobilisation immédiate. « Qui a tué l’écologie ? » ne se contente pas de poser une question, mais y répond. Le livre a été écrit par un écologiste engagé depuis des décennies dans le combat pour la vie sur terre. Il appelle à un sursaut historique, seul capable de nous aider à faire face à la crise écologique qui arrive. Qui est déjà là. C’est donc un cri d’espoir. Et un appel majeur.

Espérons que la critique sera entendue par les intéressés et qu'elle parviendra effectivement à radicaliser ces structures qui, par naïveté ou facilité, ont parfois cédé aux sirènes carriéristes !

eco-SAPIENS 16/03/11
Facebook Twitter
Correct
1 évaluation
Voir les commentaires
Correct
1 évaluation
Commentaires
Correct ChristoV 05/04/11
BOn sang mais c'est bien sûr ! Merci Fabrice !!!!!!!!!!!!!!!!!

   Bon sang mais c'est bien sûr, pourquoi n'y a-t-on pas pensé avant.

   Y a bien Pierre Rabhi qui avait pensé à quelque chose du genre en appelant à une insurrection des consciences. Mais personne ne connait cet homme.

   Il en va tout autrement de ce chevalier blanc, un certain Fabrice qui maintenant va être connu c'est sûr. A 56 ans, il vient de découvrir que c'était tout simplement les dirigeants de 4 ONG écolos françaises qui avaient tué l'écologie*  

Maintenant qu'on le sait - même pas besoin de lire le bouquin, tout est dans le titre, et on peut lui faire confiance à Fabrice, si il a fouillé autant dans les couloirs de ce ONG qu'il ne l'a fait chez les industriels de la viande ou des pesticides, pour sûr, il a raison. Maintenant donc, après avoir dissous cette satanée bande des quatre, il suffit d'appeler à un sursaut historique de l'humanité. Car pour sûr, une fois la France expurgée de ces asso, ses ex-militants (probablement moins du million)vont aller deux par deux le dimanche matin frapper au portes de leurs concitoyens en leur disant : "Reveillez-vous" euh, non : "Ayez un sursaut historique" ! Allez, tous ensemble, sursautons, sursautons !

 Aleluya !

* Si, si , elle était vivante. Souvenez vous du formidable score de René Dumont, premier candidat "écolo" à la présidentielle en 1974 : 1,32% des voix !).

Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest


Radio Ethic et eco-sapiens
écouter