le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Vitesse réduite
Réduire sa vitesse de 5% provoque une réduction de 5% sa consommation d'essence, et donc une réduction de ses frais de combustibles et de ses émissions de gaz à effet de serre.
Des zones libres de mines au Pérou?

Des zones libres de mines au Pérou?

Alors que l'exploitation minière est en plein boom au Pérou, les conflits sociaux initiés par les mouvements indigènes ou paysans se multiplient. Pour protéger leur environnement de plus en plus fragilisé, des associations demandent aujourd'hui à ce que des parties du territoire soient classées comme « zones libres d'exploitation minière ».
Une actualité originale de Novethic

Depuis son ouverture aux investisseurs étrangers dans les années 90, le secteur minier est en pleine explosion au Pérou, un pays qui occupe désormais la troisième place mondiale en termes de capitaux étrangers –notamment européens- dans le secteur.

Tant et si bien que les concessions minières occupent désormais près de 19,6 millions d’hectares soit environ 15 % du territoire national. Et 48,6 % de la forêt amazonienne si l’on rajoute l’exploitation pétrolière. Une part qui pourrait même grimper jusqu’à 72% selon les accords de l’évaluation technique et des demandes de concessions (1). Déjà, dans certaines zones, elles comptent pour plus de la moitié du territoire comme dans la province de Chumbivilcas, où 85 % du département est occupé par des concessions minières…

Cette expansion territoriale engendre aujourd’hui des conflits sociaux de plus en plus nombreux, « le plus souvent avec les communautés paysannes », explique José de Echave Caceres, un spécialiste péruvien des impacts socio-environnementaux de l’industrie minière et membre de l’association CooperAccion qui milite pour un développement solidaire et respectueux de l’environnement. Car « les communautés concernées estiment aujourd’hui que le développement du secteur ne leur a pas profité ; qu’il diminue au contraire leurs droits économiques, sociaux et culturels et que le cadre légal est contraire à leurs intérêts. Aujourd’hui, ils demandent notamment à ce que leur soit reconnu leur droit de consultation préalable », expliquait-t-il lors d’une conférence sur le sujet à Paris, en décembre dernier.

Yanacocha par exemple abrite la plus grande mine aurifère d’Amérique latine, mais la région de Cajamarca dont elle fait partie reste la seconde région la plus pauvre du pays. Résultat, selon les chiffres de la « Defensoria del pueblo » (une institution de médiation de conflits), la moitié des conflits sont d’origine socio-environnementale et parmi ceux-ci, près de 70% sont dus aux activités extractives minières et 10 % au pétrole. Le cas le plus médiatisé et le plus violent étant les émeutes de Bagua, qui ont éclaté en juin 2009 suite à des manifestations indigènes contre l’exploitation pétrolière, et qui ont provoqué la mort de 34 personnes (dont 23 policiers) et des dizaines de blessés.

Novethic 09/01/11
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter