le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
12 milliards de sacs plastiques
Chaque année en France, plus de 12 milliards de sacs sont distribués en supermarché, grandes enseignes et marchés.
Le traitement de ces déchets est estimé à 100 millions d'euros.
En évitant ces sacs, vous faites non seulement des économies, mais vous épargnez la nature (on estime à 120 millions le nombre de sacs échoués sur le littoral français)
Pour un pluralisme en agriculture

Pour un pluralisme en agriculture

Appel à soutenir l’action de la Confédération Paysanne à la maison du lait, pour la reconnaissance du pluralisme en agriculture.
Une actualité originale de Ressources Solidaires

"La Confédération paysanne est installée depuis 30 jours à la Maison du Lait, pour obtenir enfin le droit de siéger dans l’interprofession laitière. Cette demande, réitérée depuis plus de dix ans, a fait par le passé l’objet de rencontres avec l’interprofession et avec les responsables de la FNPL.

Elle a aussi fait, il y a deux ans, l’objet de propositions de Michel Barnier alors ministre de l’agriculture pour que l’interprofession s’ouvre aux différents représentants de la profession agricole. Aucune de ces demandes n’a jusqu’ici abouti.

Cette situation de monopole de représentativité de la FNPL, dont la représentativité ne peut être évaluée par aucun chiffre public, est archaïque. Personne ne croit plus que cela puisse durer, ni les pouvoirs publics, français et européens, ni la plupart des responsables syndicaux, ni les paysans qui dans un sondage publié par la France Agricole se sont prononcés à 73% pour des interprofessions ouvertes à tous.

La FNPL (Fédération Nationale des Producteurs de Lait) a proposé à la Confédération paysanne des rencontres "plus formalisées et régulières" mais refuse catégoriquement l’ouverture de l’interprofession laitière. La Confédération paysanne n’attend pas des rencontres "informatives" mais une place au Conseil d’Administration pour construire entre syndicats responsables l’avenir de l’agriculture en France avec des paysans nombreux et vivant de leur territoire.

Cet immobilisme a amené quatre paysans de la Confédération paysanne à engager une grève de la faim, parce que l’avenir de notre profession ne peut se jouer dans un huis-clos opaque : cette grève de la faim a commencé le 27 septembre. De vraies propositions sont nécessaires pour débloquer cette situation qui n’a que trop duré. La FNPL et le ministère de l’Agriculture doivent chacun, dans son domaine, s’y atteler d’extrême urgence.

Nous soutenons la Confédération paysanne dans son action, dans sa revendication d’instaurer en agriculture des règles de pluralisme, de transparence et de démocratie pour défendre vraiment les paysans. Nous soutenons les grévistes de la faim qui ont choisi ce mode d’action pour porter la revendication de la Confédération paysanne."

Ressources Solidaires 14/10/10
Photo: 2% Partly Skimmed Milk Splash(FlickR/ Robbie's Photo Art)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter