le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Dans ma tablette de chocolat
Le planteur empoche 4 % à 6 % du prix d'une tablette de chocolat.
Déchets électroniques : l'Inde veut stopper les importations anarchiques

Déchets électroniques : l'Inde veut stopper les importations anarchiques

Envahie par les déchets électriques et électroniques, l'Inde se dote progressivement d'une filière de recyclage spécifique et ferme ses frontières aux importations anarchiques.
Une actualité originale de Novethic

Le 22 février dernier, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) publiait un rapport inquiétant sur la prolifération des déchets électriques et électroniques (DEEE), notamment en Inde. En cause, la consommation croissante d'appareils électroniques par les ménages indiens, et surtout, les 50 000 tonnes d'appareils de seconde main, importés chaque année, essentiellement des États-Unis, des Émirats Arabes Unis et d'Union Européenne.
D'après le PNUE, les décharges indiennes seraient ainsi vouées à recevoir cinq fois plus d'ordinateurs et dix-huit fois plus de téléphones portables d'ici 2020. Une situation sanitaire qui préoccupe de plus en plus le gouvernement central, car ces déchets toxiques (ils renferment des métaux précieux tels que l'or ou l'argent, mais aussi du cadmium, de plomb et du mercure) sont « traités » à 90 % par le circuit informel. Des centaines de familles rachètent ces appareils en fin de vie pour les désosser, en extraire la matière valorisable et la revendre, assurant ainsi un revenu minimum pour leur foyer.

Réguler les importations

Le gouvernement indien s'est donc engagé depuis quelques mois dans l'assainissement de cette filière informelle. Pour ce faire, il agit sur tous les fronts. D'abord, en régulant les importations massives, souvent pratiquées par des négociants peu scrupuleux qui n'hésitent pas à qualifier « d'appareils de seconde main » des tonnes de carcasses d'ordinateurs, de réfrigérateurs et autres appareils inutilisables.
Depuis 2008, la gestion de ces déchets est encadrée par la loi sur les « déchets hasardeux ». Elle soumet notamment l'entrée des DEEE sur le territoire indien à l'obtention d'un permis. Mais en mai dernier, le ministère indien des eaux et forêts a fait passer une note relative au projet de loi sur la gestion des DEEE. La responsabilité des importateurs y est grandement renforcée : ils sont désormais tenus de remplir une déclaration spécifique pour toute importation de DEEE, de renseigner le poids et les caractéristiques toxiques de ces déchets, et surtout, de ne pas dépasser un seuil de toxicité pour chaque composant (cadmium, chrome, mercure, etc.).
Quant aux appareils de seconde main, ils ne sont plus les bienvenus en Inde. Un durcissement des règles que soutient ardemment Paresh Parekh. Directeur de Total Waste, société britannique de services spécialisée dans la gestion des déchets, il accompagne le gouvernement indien dans sa stratégie de réduction des DEEE. « Beaucoup d'entreprises étrangères, et en particulier européennes, exportent leurs déchets en Inde, alors même qu'elles touchent de l'argent, via des taxes ou autres, pour assurer le recyclage de ces déchets, déplore-t-il. Or, ce sont les importations de DEEE qui alimentent en grande partie des décharges. Cet état de fait est plutôt contradictoire avec le principe de responsabilité des producteurs dont les européens parlent tant. »

Novethic 24/08/10
Photo: and you thought you had computer problems(FlickR/ mandyxclear)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest


Radio Ethic et eco-sapiens
écouter