le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Piles alcalines
La fabrication d'une pile alcaline nécessite 50 fois plus d'énergie que ce que la pile fournira pendant toute sadurée d'utilisation.
Acheter des piles rechargeables
Tabac : Les droits des travailleurs partent en fumée

Tabac : Les droits des travailleurs partent en fumée

Human Rights Watch a publié le 14 juillet un rapport dénonçant les escroqueries, l'exploitation et parfois le travail forcé subis par les travailleurs migrants au Kazakhstan dans les propriétés fermières des fournisseurs de tabac sous contrat avec Philip Morris Kazakhstan, une filiale de Philip Morris International, l'une des plus grandes compagnies de tabac du monde.
Une actualité originale de Human Rights Watch

Le rapport de 115 pages, "Hellish Work: Exploitation of Migrant Tobacco Workers in Kazakhstan" ( "Travail d'enfer : Exploitation des travailleurs migrants dans le secteur du tabac au Kazakhstan" ), décrit en détail la façon dont certains employeurs ont confisqué leurs passeports aux travailleurs migrants, ont omis de leur fournir des contrats écrits, n'ont pas payé des salaires réguliers, les ont escroqués sur leurs gains, et ont exigé d'eux qu'ils travaillent des heures extrêmement longues.

"Un grand nombre de ces travailleurs dans le secteur du tabac - adultes et enfants confondus - sont venus au Kazakhstan et se sont retrouvés dans une réelle situation de servitude",
a déclaré Jane Buchanan, chercheuse senior pour la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch.

"Le gouvernement du Kazakhstan a manifestement besoin de faire beaucoup plus pour protéger les travailleurs dans l'industrie du tabac, mais Philip Morris a également un rôle clé pour empêcher les abus dans sa chaine d'approvisionnement."

Le gouvernement du Kazakhstan devrait procéder à des inspections du travail rigoureuses, engager des poursuites contre les employeurs auteurs d'abus et mener des enquêtes diligentes et efficaces sur les allégations d'abus, a déclaré Human Rights Watch.
Philip Morris International et ses filiales devraient garantir l'exécution des engagements qu'ils ont pris pour empêcher les abus et y remédier.

Les experts estiment que le Kazakhstan est l'hôte de 300 000 à 1 million de travailleurs migrants chaque année. La grande majorité d'entre eux provient de pays de l'ex-Union soviétique et entre au Kazakhstan sans visa.

Des milliers de ces travailleurs migrants, la plupart venant du Kirghizistan, trouvent du travail dans la culture du tabac.

Human Rights Watch a également documenté le recours fréquent au travail des enfants, notamment certains n'ayant pas plus de 10 ans, alors que la culture du tabac est particulièrement dangereuse pour eux.
Le rapport s'appuie sur des entretiens menés en 2009 auprès de 68 personnes qui travaillaient dans des plantations de tabac au Kazakhstan ou qui y avaient récemment travaillé.

Human Rights Watch a documenté 72 cas d'enfants travaillant dans le tabac en 2009. Les experts considèrent la culture du tabac comme l'une des pires formes de travail des enfants, ce qui signifie que les moins de 18 ans ne devraient pas y travailler.

Les enfants courent des risques particuliers associés à la manipulation des feuilles de tabac - exposition à des niveaux élevés de nicotine - et à l'exposition aux pesticides.
En outre, les enfants qui ont travaillé avec leurs familles dans les plantations de tabac ont généralement manqué plusieurs mois d'école chaque année.

Après que Human Rights Watch ait présenté ses conclusions à Philip Morris International, la société s'est engagée à apporter des modifications, notamment en exigeant des employeurs qu'ils fournissent des contrats écrits, qu'ils établissent un salaire régulier pour les travailleurs, qu'ils arrêtent la confiscation des passeports, et qu'ils fassent respecter l'interdiction du recours au travail des enfants.

Autant Philip Morris International que Philip Morris Kazakhstan ont déclaré qu'ils travailleront avec le gouvernement du Kazakhstan pour s'occuper de l'accès aux écoles pour les enfants migrants et contribuer à des programmes de vacances pour les enfants comme alternative au travail. Philip Morris International a également engagé une organisation d'experts tierce partie pour contrôler les pratiques de travail au Kazakhstan et sur d'autres marchés de Philip Morris International.

Le gouvernement du Kazakhstan doit également assurer le suivi et l'exécution, a insisté Human Rights Watch.

Human Rights Watch 26/07/10
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
Articles en lien
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter