le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
50% de CO2 en moins
Si tous les Français adoptaient de bons réflexes, nous emmétrions 50% de CO2 en moins.
Anti-sapiens: les plantes dépolluantes

Anti-sapiens: les plantes dépolluantes

Tout ce qui brille n'est pas or. Et tout ce qui est vert n'est pas miracle. La mode des plantes dépolluantes se confronte enfin à quelques expériences scientifiques. Un mythe s'effondre. Il va falloir choisir vos plantes non pour leur fonctionnalité mais pour leur beauté...

En matière d'éco-consommation, il devient de plus en plus difficile de séparer le bon grain de l'ivraie. L'engouement, à juste titre, pour des remèdes naturels et des alternatives à la chimie, suscite parfois des modes davantage portées sur le mercantilisme que sur l'écologie.

Ainsi, depuis deux ans et face aux préoccupations légitimes concernant la pollution de l'air intérieur, voit-on "fleurir" une offre audacieuses de "plantes d'intérieur" capables de fixer les différents polluants domestiques: formaldéhyde, benzène... Ainsi les grandes enseignes proposent-elles des guides pratiques pour, en fonction des polluants et des pièces concernées, choisir la plante qui va décontaminer l'air ambiant.

La NASA pionnière dans la dépollution intérieure

Etrangement, c'est pour la conquête spatiale que les premières études scientifiques sur les capacités de dépollution de l'air par les plantes ont été menées. Les astronautes, vivant à plusieurs dans des capsules exiguës, étaient effectivement confrontés à des pollutions chimiques (et bactériologiques) dues au manque de renouvellement de l'air. Les COV sont en effet tout autant présents dans les navettes que dans nos maisons...

La principale caution scientifique est l'ancien chercheur William Wolverton, chargé à la NASA d'étudier les propriétés des plantes en présence de dizaines de polluants répertoriées dans la navette. Ce sont ses travaux qui justifient... et invalident à la fois le pouvoir des plantes dépolluantes.

En effet, si Wolverton a bel et bien trouvé certaines associations, les expériences in vivo et in vitro n'ont rien à voir. Principalement, c'est toute la faune bactériologique présente dans le terreau qui agit comme un filtre. De plus, dans le dispositif de Wolverton, le bac à terreau est combiné avec un charbon actif.

En bref, un système comparable à celui de l'épuration des eaux usées. Ce n'est donc pas la plante elle-même qui "absorberait" les polluants, mais le biotope présent dans ses racines.

L'intox de la désintoxication par les plantes dépolluantes

Ainsi, pour un effet optimum, il faudrait en principe aspirer l'air ambiant pour lui faire traverser le terreau où agirait la dégradation bactérienne. Dispositif qui se révèle un brin compliqué pour l'usage domestique.

Reste que la plante, elle, absorbe bien le dioxyde de carbone...

On ne les répetera jamais assez: pour rendre votre habitat sain, travaillez en amont en utilisant des produits écologiques (produits d'entretien, peintures). Et si c'est trop tard, mieux vaut aérer... ou s'aérer en forêt ! Les plantes y sont toujours plus belles qu'en intérieur !

Pour en savoir plus, voir les commentaires scientifiques sur le site de la Cité des Sciences

eco-SAPIENS 15/07/10
Photo: Plante Tropicale(FlickR/ Incase)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter