le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Le premier jean
Les premiers jeans (étymologiquement "de Gênes") étaient non pas en coton (denim comme "de Nîmes") mais en chanvre.
Le livre électronique : mirage technologique, désastre écologique

Le livre électronique : mirage technologique, désastre écologique

Le livre électronique (Kindle, IPad) a été la grande nouveauté du Salon du Livre de Paris. Nouveau gadget technologique, il serait même écologique, puisque sa fabrication ne nécessite pas de bois. Et n'entraîne donc pas de déforestation ? Erreur, expliquent les Amis de la Terre.
Une actualité originale de les amis de la terre

Pas de papier, mais des minerais rares dont l’extraction détruit aussi des forêts

Le livre électronique fait partie de la grande famille des produits de haute technologie qui, comme l’ordinateur ou les téléphones mobiles, sont censés assurer une «croissance verte» et une dématérialisation des échanges. Plus de papier, plus de déforestation ?

« Trop simpliste » explique Sylvain Angerand, chargé de campagne Forêt aux Amis de la Terre France : « Les produits technologiques nécessitent l’extraction de minerais précieux comme le coltan, le lithium ou les terres rares pour accroître la durée de vie des batteries, augmenter leur rapidité ou pousser la miniaturisation à l’extrême. Or l’exploitation minière est une cause majeure de déforestation, et plus généralement de destruction des écosystèmes. »

En République Démocratique du Congo, l’extraction du coltan (colombo-tantalite), utilisé dans la fabrication des condensateurs, alimente les conflits armés et entraîne une déforestation importante. Ces minerais rares sont à l’origine de tensions géopolitiques croissantes qui pourraient déboucher sur des guerres pour en contrôler l’accès.

Une faible consommation d’énergie à l’utilisation individuelle, mais un gouffre lors de la fabrication

Le livre électronique consommerait peu d’énergie à l’usage et serait donc écologique. C’est sans compter l’ «effet rebond» : plus ce type de produit se généralise, plus le secteur pèse globalement sur la demande en électricité, malgré les faibles consommations de chacun.
Surtout, la fabrication de ces objets est un gouffre énergétique : d’après le cabinet Carbone 4, il faudrait une quinzaine d’années d’utilisation pour amortir le bilan carbone d’un livre électronique*. Or, comme le précise Annelaure Wittmann, référente de la campagne «déchets» :

ces produits sont conçus pour être jetés au bout de quelques années, voire de quelques mois, pour justifier l’achat d’un nouveau produit toujours plus performant. Par exemple, la batterie de l’IPad n’est pas détachable : si l’alimentation électrique tombe en panne, le produit est bon pour la poubelle !

Développer le livre en papier recyclé

La surconsommation de papier a de nombreuses conséquences écologiques et sociales dans les pays du Sud. C’est pourquoi les Amis de la Terre animent une campagne pour la réduction de la consommation de papier. Mais, insiste Annelaure Wittmann :

« Il ne faut pas se tromper de cible. L’enjeu prioritaire est la réduction des imprimés publicitaires et du suremballage. Le livre papier est un outil de démocratisation de la lecture et d’accès au savoir, longtemps réutilisable sans frais et accessible à tous, contrairement au livre électronique qui coûte plusieurs centaines d’euros ».

Si les éditeurs veulent vraiment réduire l’impact environnemental de leurs produits, les Amis de la Terre les invitent plutôt à développer le livre en papier recyclé, dont la fabrication nécessite moins d’eau et moins de bois que le papier issu de fibres vierges. Et ce d’autant plus que les deux principaux systèmes de certification des fibres vierges (PEFC et FSC) sont actuellement impliqués dans de nombreux scandales écologiques et sociaux.

Les Amis de la Terre rappellent également que le plaisir de lire ne peut être réduit à la consommation de produits neufs : il importe de maintenir l’activité de prêt des ouvrages papier par des bibliothèques et de soutenir le réemploi des livres (bouquinistes, Emmaüs...).

* Voir les résultats repris par le site GraphiLine (non disponibles directement sur le site de Carbone 4) : sur graphiline

les amis de la terre 06/04/10
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter