le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Ampoules basse consommation ?
Une ampoule à économie d’énergie consomme 4 fois moins et dure jusqu’à 10 fois plus longtemps qu’une ampoule ordinaire. Ainsi, pour une ampoule qui coûte 5 Euros, le consommateur rentabilise son achat en 10 mois, alors que l’ampoule a une durée de vie de 6 ans.
Acheter des ampoules basse consommation
Polémique sur les ampoules basse conso
Nanomatériaux : l'Afsset recommande la précaution

Nanomatériaux : l'Afsset recommande la précaution

Une expertise publiée le 24 mars a tenté d'évaluer les risques liés à la diffusion de nanomatériaux dans les produits de grande consommation.

Cette expertise a identifié plusieurs centaines de produits de grande consommation contenant des nanomatériaux, présents dans notre quotidien : textiles, cosmétiques, alimentaires, équipements sportifs, matériaux de construction ...

Parmi ceux-ci l’Afsset a évalué 4 produits en particulier : la chaussette antibactérienne (nanoparticules d’argent), le ciment autonettoyant et le lait solaire (nanoparticules de dioxyde de titane), la silice alimentaire à l’état nanométrique.

Dans ses conclusions l'Afsset souligne d'abord la grande difficulté pour identifier les produits contenant des nanomatériaux manufacturés et pour avoir accès aux données qui les caractérisent.
Pour les quatre cas étudiés, l'Afsset conclue que bien qu'il y ait des indications de l’existence de danger potentiel pour certaines nanoparticules, le manque de données (métrologiques, toxicologiques, etc.) ne permet pas d’estimer correctement le risque associé. Ce risque ne peut donc pas théoriquement être exclu.

Compte tenu de ce risque l'Afsset préconise d'agir sans attendre au nom du principe de précaution et avance les préconisations suivantes :
  • Rendre obligatoire la traçabilité des nanomatériaux.
  • La mise en place un étiquetage clair qui mentionne la présence de nanomatériaux dans les produits et informe sur la possibilité de relargage à l’usage.
  • D’aller jusqu’à l’interdiction de certains usages des nanomatériaux pour lesquels l’utilité est faible par rapport aux dangers potentiels.
  • L’harmonisation des cadres réglementaires français et européens pour généraliser les meilleures pratiques : déclaration, autorisation, substitution. En particulier, une révision de REACh s’impose pour prendre en compte les nanomatériaux manufacturés de manière spécifique et quel que soit leur tonnage.

L'agence souligne particulièrement l'importance et l'urgence de mettre en œuvre une méthode spécifique d'évaluation des risques sanitaires adaptée aux nanomatériaux à même de faire progresser les connaissances sur les expositions et les dangers potentiels des nanomatériaux. En effet, aujourd’hui, seules 2% des études publiées sur les nanomatériaux concernent leurs risques pour la santé et l’environnement.

Elle engage pour cela à une mise en réseau entre organismes européens et internationaux à travers par exemple le projet européen "nanogenotox" lancé il y a quelques jours.

Pour en savoir plus sur l'étude de l'Afsset

eco-SAPIENS 26/03/10
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter