le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Très chères déjections
60% de la charge des eaux à épurer provient des toilettes
Les toilettes sèches officiellement autorisées

Les toilettes sèches officiellement autorisées

Jusqu'à aujourd'hui ignorées par la législation française, les toilettes sèches sortent enfin de l'ombre. Espérons que cela leur permette un avenir radieux !

Symbole de modernité et d'hygiène les toilettes à eaux sont avant tout une formidable source de gaspillage d'eau potable, de pollutions des rivières à l'azote et au phosphore et de dépense d'énergie liée à l'activité des stations d'épurations.

Elles sont aujourd'hui encore trop souvent présentées comme l'unique solution à l'évacuation de nos excréments. Alors que selon l'Organisation Mondiale des Toilettes (initiatrice de la journée mondiale des toilettes le 19 novembre de chaque année), près de la moitié de la population n'ont pas accès à des toilettes ce qui constitue un des premiers risque sanitaire notamment pour les enfants, leur développement est encouragé partout dans le monde.

Face aux enjeux croissants liés aux pénuries en eau, ce mode de développement semble totalement dépassé et inapproprié. Plusieurs pays anglo-saxons et nordiques ont depuis longtemps compris cette incohérence qui nous conduit à utiliser 40 litres d'eau potable par jour pour évacuer nos déjections.

Utilisées de façon marginale en France, les toilettes sèches sont une solution écologique, pratique et économique qui ne demande qu'à être encouragée. Le décret du 9 octobre 2009 qui reconnait ces équipements devrait encourager leur mise en oeuvre.

« Par dérogation à l’article 3, les toilettes dites sèches (sans apport d’eau de dilution ou de transport) sont autorisées, à la condition qu’elles ne génèrent aucune nuisance pour le voisinage ni rejet liquide en dehors de la parcelle, ni pollution des eaux superficielles ou souterraines.

Les toilettes sèches sont mises en œuvre
  • soit pour traiter en commun les urines et les fèces. Dans ce cas, ils sont mélangés à un matériau organique pour produire un compost ;
  • soit pour traiter les fèces par séchage. Dans ce cas, les urines doivent rejoindre la filière de traitement prévue pour les eaux ménagères, conforme aux dispositions des articles 6 et 7.

Les toilettes sèches sont composées d’une cuve étanche recevant les fèces ou les urines.

La cuve est régulièrement vidée sur une aire étanche conçue de façon à éviter tout écoulement et à l’abri des intempéries.

Les sous-produits issus de l’utilisation de toilettes sèches doivent être valorisés sur la parcelle et ne générer aucune nuisance pour le voisinage, ni pollution. »

eco-SAPIENS 30/11/09
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
Articles en lien
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter