le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
OGM versus Bio

346 Millions d'hectares = surface de culture mondiale en OGM

33 Millions d'hectares = surface de culture mondiale en BIO

L'accaparement de terres agricoles menace la souveraineté alimentaire

L'accaparement de terres agricoles menace la souveraineté alimentaire

L'accaparement de terres pour externaliser la production alimentaire dans d'autres pays est une tendance qui se propage dangereusement.

Pour dénoncer un phénomène dont l'ampleur menace un nombre croissant de pays, l'association Grain et l'organisation Via Campesina ont organisé, le 16 novembre, une conférence de presse et une action symbolique à l'occasion du sommet de la FAO.

Justifiée au départ par la soi-disant nécessité d'assurer leur sécurité alimentaire, un certain nombre de pays ont depuis 2 ans et les crises alimentaires et financières, engagés une démarche d'accaparement de terres agricoles en dehors de leur territoire. Ainsi, des pays tels que l’Arabie saoudite, le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée, la Libye et l’Égypte sont partis à la recherche de terres agricoles fertiles dans des pays comme l’Ouganda, le Brésil, le Cambodge, le Soudan et le Pakistan.

Par ailleurs, depuis quelques mois, on a assisté à un phénomène d'acquisition de terres arables d'un type nouveau. Ces nouveaux investisseurs n'ont plus comme motivation d'assurer une quelconque souveraineté alimentaire mais sont dans une logique de profit. Ainsi, des acteurs des secteurs de la finance et de l’agro-alimentaire (sociétés d'investissement qui gèrent les retraites des salariés, fonds de capital investissement, fonds spéculatifs, négociants de céréales) se tournent vers le foncier, à la fois pour la production alimentaire et de biocarburants.

Ces deux stratégies d'accaparement de terres aboutissent à confier à des sociétés privées étrangères le contrôle sur des terres agricoles pour produire une alimentation non pas pour les populations locales mais pour d’autres. En privant les populations locales de l'accès aux terres ce phénomène fait peser un risque sur leur souveraineté alimentaire. Il risque en outre de conduire à développer dans ces pays une agriculture productiviste caractérisée par de grandes exploitations produisant une agriculture tournée vers l'exportation.

Pour en savoir plus, lire le dossier de Grain : "Main basse sur les terres agricoles en pleine crise alimentaire et financière".
eco-SAPIENS 17/11/09
Photo: une terre fertile(FlickR/ Herve M)
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter