le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

blog
Marseille des eco-sapiens
Devinette Coca-Cola
Devinez combien de litres de coca-cola sont absorbées chaque jour ?
854 millions de litres !
Bisphénol A : L'Heure de Vérité

Bisphénol A : L'Heure de Vérité

Les normes françaises et européennes en matière de BPA sont soupçonnées d'être largement orientées par les professionnels du secteur.
Une actualité originale de Réseau Environnement Santé

Mercredi 3 Juin, l’audition publique organisée par le Groupe Santé environnementale de l’Assemblée Nationale a permis de mettre publiquement en lumière la nature du débat sur le Bisphénol A entre la thèse défendue par l’industrie des plastiques, soutenue par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), et celle défendue par le Réseau Environnement Santé, via son porte-parole André Cicolella.

La position de l’AFSSA reproduisant celle de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) revient à mettre de côté 90 % des études scientifiques qui démontrent un impact sanitaire du Bisphénol A (BPA). Ces agences ne retiennent que les études menées par l’industrie, lesquelles concluent à une absence de risque. Cela pose un problème de déontologie de l’expertise, dont les conséquences sont gravissimes.

Cette norme européenne est en effet fixée à un niveau beaucoup trop élevé, puisqu’à ce niveau on constate, sur toutes les espèces animales, mais aussi sur des modèles cellulaires humains, des impacts permettant de suspecter le BPA d’être impliqué dans les grands problèmes de santé actuels : cancer du sein, cancer de la prostate, diabète de type 2 et obésité, atteinte de la reproduction, problèmes neuro-comportementaux, maladies cardio-vasculaires….

Ce constat est celui de la quasi-totalité des scientifiques ayant publié sur le BPA. Il est conforté par toutes les données scientifiques récentes. Parmi elles, celles publiées récemment dans la revue de référence Environmental Health Perspectives par l’équipe du Professeur Fénichel du CHU de Nice. Ces résultats ont été présentés lors de l’audition de mercredi. Ils montrent que le BPA stimule la croissance de cellules humaines de cancer du testicule et ce, à des doses très faibles, 200 à 200 000 fois plus faibles que la norme européenne.

Ce même mercredi la FDA (Food and Drug Administration), l’agence américaine en charge de la réglementation en matière d’alimentation, dont la direction a changé en mars dernier, a indiqué qu’elle allait réexaminer le dossier suite à la demande de plusieurs parlementaires.

La veille, le Sénat de la Californie a approuvé la décision d’interdiction du Bisphénol A dans les plastiques alimentaires suivant en cela la décision prise le mois dernier par l’Etat du Minnesota. En mai, la ville de Chicago a suivi l’exemple de la ville de Paris en arrêtant l’utilisation des biberons à base de BPA.

Le RES a donc demandé au Ministre de la Santé de réexaminer sa position à la lumière de ces évènements récents.

Réseau Environnement Santé 08/06/09
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest


Radio Ethic et eco-sapiens
écouter