le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Pourquoi des sulfites dans mon vin ?
"Contient des sulfites" peut-on voir sur certaines étiquettes de vin. Ils servent à stabiliser le vin et même l'agriculture biologique y a recours. Toutefois, cette mention est obligatoire à partir d'une certaine dose (10mg/litre) et on préfèrera les bouteilles qui en contiennent le moins possible... c'est à dire, lorsque ce n'est pas écrit !
Réchauffement : ultimes avertissements des spécialistes

Réchauffement : ultimes avertissements des spécialistes

Le consensus est net. Il reste moins d'une décennie pour obtenir une baisse significative des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine. Au-delà, la réaction en chaîne climatique, visible en moins de deux générations, deviendra incontrôlable.
Une actualité originale de Novethic

Banle-bas de combat ! Côté climat, les avertissements pleuvent en ce début d'année et s'inscrivent dans une véritable convergence internationale. Un consensus notamment relayé par le Worldwatch Institute, un organisme américain de recherche environnemental. « Nous avons le privilège de vivre à un moment de l'histoire où nous pouvons prévenir une catastrophe climatique qui rendrait la planète hostile au développement de l'homme et de son bien-être » rappelle ainsi Robert Engelman, l'un des directeurs de l'ouvrage « State of World 2009 » rédigé par 47 experts. Le plus grand nombre jamais rassemblés au sein de l'état des lieux annuel du Worldwatch Institute. Parue mi-janvier 2009, sa 26e édition se consacre à « un monde qui se réchauffe ». Selon ce panel d'experts, le temps manque pour suffisamment réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le calme avant la tempête...

Depuis le milieu du 18e siècle, les températures moyennes ont déjà globalement augmenté de 0,8°C. Un degré supplémentaire est d'ores et déjà attendu du fait de l'inertie thermique de la planète et des quantités de GES accumulés entretemps dans l'atmosphère. « Le monde va devoir réduire ses émissions plus drastiquement que prévu, résume le Worldwatch Institute, pour essentiellement ne plus émettre de C02 d'ici 2050 si l'on veut éviter une perturbation catastrophique du climat mondial. » Pour l'un des auteurs du rapport, le climatologue William Hare, il est même impératif que les émissions déclinent au point de devenir négatives après 2050. Sous peine de déclencher un emballement des températures et un compte à rebours climatique lourd de menaces.

Deux degrés, point de bascule ?

Pour le GIEC, c'est bien en 2015 que les émissions globales doivent culminer si l'on veut que les concentrations CO² ne dépassent pas les 400 ppm (parties par million) et que les températures n'augmentent pas de plus de deux degrés. Au-delà, l'Amazonie va se transformer en désert et les sols gelés de Sibérie et du Canada « dégazer » de grandes quantités de méthane, amorçant la spirale du réchauffement. Un cercle vicieux impossible alors à réfréner.

La nouvelle guerre mondiale du climat

Le récent rapport du cabinet McKinsey, en janvier 2009, « Pathways for a low carbon economy » confirme la possibilité de maintenir le réchauffement en dessous de la barre des 2 C°... A condition d'y mettre les moyens. Un investissement politique et financier estimé à 530 milliards d'euros par an d'ici 2020, et à 810 milliards en 2030. La marge est étroite. « Chaque année de délai supplémentaire rend le défi encore plus difficile, avertit le rapport. Non seulement à cause de l'augmentation des émissions pendant cette année, mais aussi parce que cela conforte les infrastructures très consommatrices de CO2. »

« Le message est clair, explique l'économiste et polytechnicien Alain Grandjean, membre du comité stratégique de la Fondation Nicolas Hulot, co-auteur avec Jean-Marc Jancovici de « C'est maintenant, 3 ans pour sauver le monde » (Seuil). Face au défi climatique et énergétique dont l'intensité et l'urgence deviennent croissantes, c'est maintenant qu'il faut prendre des mesures d'une ampleur très supérieure aux plans d'action décidés jusqu'ici. » Cet engagement en forme de mobilisation générale, les experts français le comparent aux cas concrets du projet Appolo, de la crise de 1929 ou la transformation des Etats-Unis, durant la Seconde Guerre Mondiale, en une économie de guerre. Lorsque la volonté politique ou l'urgence géopolitique ont dicté la refonte et l'essor de secteurs industriels complets.

Novethic 04/02/09
Photo: 9.81 meters per second squared(FlickR/ The North Pole)
Facebook Twitter
1 évaluation
Voir les commentaires
Articles en lien
1 évaluation
Commentaires
fredchevall@free.fr 05/02/09
EN FRANCE ON PREFERE LE NUCLEAIRE

en écoutant la radio, on pourrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes et même des projecteurs, car le nucléaire c'est propre!!!! en effet pas de rejets de cO2 mais on connait le reste!! l'homme reste un loup pour l'homme et le profit ou le besoin (de travailler = donc de gagner sa vie= donc de se conformer au schéma actuel de "consommation" progrés ?? ou autres balivernes.

J'ai l'impression que nous avons gagné un président américain hors pair et intelligent qui va peut-être enfin décider de bonnes actions pour le climat/ réchauffement etc.. sachant que les Us restent MALGRE TOUT ( et ce depuis 39/45) un modèle à suivre...

je suis malgré tout pessimiste, pour moi notre société est en déclin et complètement dépravéé, LE MEILLEUR RESTE A VENIR

Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter