le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Marseille des eco-sapiens
Le saumon d'élevage
Un tiers de la pêche mondiale est réduit en farine pour nourrir nos poissons d'élevage ! Comptez 6 kilos de poisson-fourrage pour 1 kilo de saumon...
Les bateaux reviennent à la voile
actualite Transport

Les bateaux reviennent à la voile

La crise du pétrole consacre le retour des navires marchands à voile.
Une actualité originale de Novethic

Tandis que les allemands mettent à l'eau le premier cargo hybride, la flotte de la Compagnie de Transport Maritime à la Voile (CTMV) va multiplier ses transports vers Dublin, Londres et Montréal… Transport durable, ancestral mais surtout propre et économe, permettant d'économiser entre 30% et 50 % du fioul consommé, le bateau à voile est désormais au coeur de différentes initiatives.

4 septembre 2008. C'est en mer, face au port de Sète (Hérault), que le petit-fils de vigneron Frédéric Albert a présenté l'avenir du transport de vin à une soixantaine de partenaires et investisseurs, dont l'Ademe, la Ville de Bordeaux, la région Languedoc-Roussillon. Le PDG de la Compagnie de Transport Maritime à la Voile (CMTV), créée debut 2008, met en avant sa flotte de trois-mâts. Des vieux gréements plus que centenaires comme le Belem, le prestigieux navire école construit en 1896 et dont l'un de ses capitaines est aussi, avec Frédéric Albert, l'un des 4 associés fondateurs de la CMTV. « En tant qu'affréteur, nous travaillons aujourd'hui avec 3 navires de charge britanniques, 2 navires danois et 1 canadien, au départ de Sète pour l'Amérique du Nord, et de Bordeaux pour le marché nord-européen. » Vers Dublin, Londres... Les pays scandinaves devraient suivre au Printemps 2009. « Le Belem, sur lequel l'idée de la CTMV est née il y a 3 ans, ne sert pas au transport mais aux opérations de prestige, précise Frédéric Albert. Selon les destinations et la capacité de chaque navire, nous pouvons transporter entre 30 et 100 palettes. A raison de 600 bouteilles de vin par palette, cela donne une capacité de 18 000 à 60 000 bouteilles. »

« CMTV est une entreprise de transport propre et durable, rentable et profitable, poursuit l'ancien journaliste. Nous sommes aujourd'hui environ 10 % plus cher qu'un transport maritime classique, par container. En 2009, du fait des volumes, ce surcoût devrait passer à seulement 5 %. Nous sommes également plus lent en vitesse de croisière mais, sur certaines destinations, plus rapide en délais. Par exemple, pour acheminer un container de Brest à Dublin, il faut aujourd'hui entre 12 et 15 jours. Nos voiliers le font en 5 jours. »

Cargos hybrides ?

Selon les résultats d'un rapport à paraitre en octobre 2008, l'Organisation Maritime Internationale (OMI) estime la contribution du secteur maritime à la production de gaz à effet de serre à 843 millions de tonnes. Soit 2,7 % du total des émissions dues à l'activité humaine. Une part plus importante que prévue, supérieure par exemple à celles du transport aérien, estimées à 2,5 %. Au-delà des rejets en CO2, l'agence spécialisée des Nations-Unies rappelle que les quelques 60 000 navires en circulation et assurant 90 % du commerce international sont également responsables de 10 % des émissions de dioxyde de soufre et d'azote, les gaz polluants des pluies acides. Une rencontre de l'IMO dédiée à ces questions, organisée à Oslo du 23 au 27 juin 2008, a convenu de la nécessité de mettre en place des mécanismes de limitation des émissions, à travers notamment la conception de navires à la motorisation performante, optimisant la consommation de carburants. Un système de quotas CO2 est également envisagé.

Sans attendre les décisions de l'OMI, les premiers cargos hybrides font leur apparition. Après les tests en cours de cargo tracté par voile volante (appelé Skysails), un nouveau « cargo à voile » a été mis à l'eau en Allemagne le 2 août 2008, au chantier naval de Kiel. Baptisé E-Ship 1, le navire de 130 mètres de long et 22 de large est équipé de 4 « turbovoiles », des rotors cylindriques verticaux de 25 mètres de haut, fabriqués par le constructeur allemand d'éoliennes Enercon. Remis au goût du jour au début des années 1980 par le Commandant Cousteau mais inventé par un ingénieur allemand, la propulsion par turbovoile date de 1924, avec une première traversée de l'Atlantique en 1926. Couplés à deux moteurs diesel, les 4 cylindres métalliques du E-Ship doivent lui permettre sur de longs trajets de réduire sa consommation de carburant de 30 à 50 %. Sa première sortie commerciale est programmée en décembre 2008.

Voiles assistées par ordinateur

En France, le projet « Grand Largue » de la société bretonne Avel-Vor Technologie, labellisé par le pôle de compétitivité « Mer Bretagne », travaille lui à la mise au point d'un système de voilure automatisé, peu coûteux et pouvant équiper n'importe quel chalutier. « L’objectif, outre de réduire la pollution des chalutiers, est de permettre à une activité en pleine crise de faire d’importantes économies de carburant : le gazole représente un tiers du chiffre d’affaires des entreprises de pêche, » rappelle ainsi Pierre-Yves Gloronnec, gérant d’Avel-Vor Technologie et ancien professeur d'intelligence artificielle à l’INSA de Rennes. En plus du pilotage du gréement, l'informatique embarquée doit aussi calculer les routes les plus adaptées à la propulsion hybride, voile et moteur. De quoi économiser 20 % de carburant, voire mieux si les pêcheurs évitent d'accélérer. Une fois le moteur installé, le chalutier prototype devra attendre encore deux mois avant sa sortie en mer. Le temps d'équiper les 80 m2 de voiles prévues.

A terme, sur 5 ans, la CMTV envisage la construction de 7 navires. Conçus par le cabinet Ship Studio, à Nantes, ces futurs voiliers de 50 mètres, à coque acier et pouvant charger 150 palettes, cumulent les innovations. « Même si nous nous engageons dans le cahier des charges Ecocert à voyager 75 % du temps à la voile, explique le PDG de la CMTV, les moteurs sont indispensables pour des raisons de sécurité ou d'entrée au port. Mais les nôtres seront mixtes, acceptant 30 % de biocarburant pour réduire encore les émissions. » Début du chantier en janvier 2009. Les deux premiers voiliers seront livrés un an plus tard.

Novethic 22/09/08
Facebook Twitter
0 évaluation
Voir les commentaires
pas de commentaires
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest

Publicité
Cadeau de noël écolo et éthique

Radio Ethic et eco-sapiens
écouter