le guide d'achat éthique

Trouver, comparer et acheter des produits bio, naturels, écologiques et équitables

Essais

Des réflexions sur notre société.

Dossier : Le coût écologique de la dématérialisation
Chronos : Quelques idées de livre

fermer cacher
ouvrir montrer
Affinez
Prix

à
trier par      
  Voir en HD
168 produits disponibles
VERS UN COMMERCE ÉQUITABLE

VERS UN COMMERCE ÉQUITABLE

La Ferme de PaulaLa Ferme de Paula
Commerce équitable
La Ferme de Paula
3,50 €
Acheter >
+ d'infos
MINGA - Faire ensemble
vente VERS UN COMMERCE ÉQUITABLE
LA SIGNIFICATION SPIRITUELLE DES FLEURS
La Ferme de Paula
75,00 €
Acheter >
+ d'infos
LA MÈRE - SRI AUROBINDO ASHRAM PUBLICATION
vente LA SIGNIFICATION SPIRITUELLE DES FLEURS
La dictature de l'immédiateté

La dictature de l'immédiateté

Editions Yves MichelEditions Yves Michel
La boutique militante
12,00 €
Acheter >
+ d'infos
Sortir du présentialisme. de Stéphen KERCKHOVE Présentialisme : Idéologie qui s'impose grâce à la négation de toute durée, privilégiant l'amnésie et l'immédiateté à toute construction politique, sociale et culturelle durable. Globalisation et présentialisme débouchent sur un individu incapable de s'enraciner dans le temps et dans l'espace, inapte à contester le monde mirifique de la consommation, de la technologie et de la télévision. Présentialiste : Individu par excès alternant surtension et dépression; aspire à n'être que son propre reflet déformé par et pour le regard des autres, renonçant à être pour avoir, repu de trop plein et reclus dans un « trop seul ». Une humanité en solde au milieu d'une vie.com... L'homme du présent ne se plonge plus dans un passé riche d'avenir et a la prétention de se passer d'avenir. Sarkozysme : Partie émergée de l'iceberg présentialiste. Illustre jusqu'à la caricature ce culte du présent. Partout, tout le temps, ici, maintenant, le locataire de l'Elysée est présent... il est LE Présent. Cet hyper-président est avant tout l'omni-présent. Il est le principal ordonnateur d'un nouvel Etat... d'urgence. Comment la dictature de l'immédiateté s'est-elle imposée ... Quelles en sont les conséquences sur le corps social ... L'urgence normalisée survivra-t-elle au déterminisme environnemental ... Autant de questions qui amènent l'auteur à interpeller chaque citoyen. Constatant les dégâts occasionnés par ce culte du présent, il nous invite à retrouver le goût des autres et le temps de vivre vraiment, tout simplement  ! 136 pages. Format : 12 x 22. Editions Yves Michel. ISBN : 978 2913492 71 4
vente La dictature de l'immédiateté
+ d'infos
Véritable opération de blanchiment écologique pour les uns, révolution parée de toutes les vertus pour les autres, le Grenelle de l'environnement fut au centre de l'agenda politico-médiatique durant trois longues années. Fin octobre 2007, l'Etat, les collectivités locales, les syndicats et certaines associations se réunissaient afin de sceller « les accords du Grenelle » : Deux cent soixante-huit engagements marquant une véritable rupture... en matière de radicalité et de positionnement associatif. Les non-dits, reculs et engagements virtuels ont fini de justifier les craintes de celles et ceux qui avaient émis des doutes sur l'objectif caché de ce Grenelle. A l'issue de la procédure législative, il est nécessaire de tirer les enseignements de cette grand-messe écologique. Relance autoroutière, construction de réacteurs nucléaires, inscription de maïs transgéniques au catalogue des semences, homologation de certains insecticides tueurs d'abeilles, inauguration d'incinérateurs, report de la taxe carbone et de la taxe poids lourds, déclaration d'utilité publique octroyée à un projet d'aéroport situé sur une zone humide... voilà quelques-unes des décisions prises parallèlement au Grenelle. A la lecture de ces résultats contre-nature, comment expliquer l'engouement dont a fait l'objet ce Grenelle ... Ne faut-il pas, a contrario, ouvrir les yeux sur un processus hors-sol construit avant tout pour saturer l'agenda médiatique et verdir une politique éco-prédatrice ... Stephen KERCKHOVE vous propose une réponse à ces questions, un bilan ainsi qu'une analyse du Grenelle de l'environnement, qui ne pourront que vous éclairer sur ces trois années de négociation. L'auteur Stephen Kerckhove est délégué général d'Agir pour l'Environnement. Activiste et militant écologiste, il anime des campagnes de mobilisation citoyenne ciblant les responsables politiques et décideurs économiques, alliant happening et lobbying plus institutionnel. Il a participé directement au Grenelle des ondes avant d'en claquer la porte au regard des piètres résultats. Son association a coordonné deux manifestations, l'une durant le Grenelle de l'environnement en octobre 2007 et l'autre durant l'adoption par les députés du projet de loi dit Grenelle2 en mai 2010. Il est l'auteur de La dictature de l'immédiateté, paru aux Ed. Yves Michel (2010) Format: 12 x 22 cm - 128 pages.
vente Grenelle de l'environnement: l'histoire d'un échec
+ d'infos
Près de deux millions de logements et quarante millions de mètres carrés de bureaux vides, et plus de quatre millions de mal-logés et de sans-abri ; l'organisation de la pénurie au profit des investisseurs ; la relégation à la périphérie des populations les plus démunies ; une politique du logement social hypocrite, fondée sur la spéculation ; le nombre des expulsions en augmentation constante... Face à cette appropriation par quelques-uns de l'espace, il semble plus qu'urgent de désobéir pour inventer de nouveaux modes de vivre et d'habiter ensemble. Désobéir : des données pour comprendre, des arguments pour discuter, des conseils pratiques pour s'opposer. 64 pages. Format : 16 x 10.5 cm. Par Les Désobéissants. Editions Le passager clandestin, Collection Désobéir, parution septembre 2010.
vente Désobéir pour le Logement
+ d'infos
Entre 1977 et 2003, la politique de la ville visait à « réinjecter du droit commun » dans les quartiers d'habitat social. Mais depuis, derrière les grands discours, une autre politique se déploie discrètement : la préparation d'une guerre totale aux cités, transformées en véritables ghettos ethniques, chaudrons sociaux dont le « traitement » ne relèverait plus que de l'éradication ou de la force armée. Voilà ce que démontre cette enquête implacable d'Hacène Belmessous, nourrie de documents confidentiels, de témoignages d'acteurs de la « sécurité urbaine » ... politiques, urbanistes, policiers, gendarmes et militaires ... et de visites des lieux où militaires et gendarmes se préparent à la contre-guérilla urbaine. Il explique ainsi qu'un objectif caché des opérations de rénovation urbaine est de faciliter les interventions policières, voire militaires, à venir dans ces territoires. Et il montre comment, à la suite des émeutes de 2005, deux nouveaux intervenants ont été enrôlés par le pouvoir sarkozyste : la gendarmerie mobile et l'armée de terre. Car avec l'adoption en 2008 du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, l'idée d'un engagement des forces terrestres en banlieue n'est plus un tabou. Mais s'ils se disent loyaux envers le chef de l'État, nombre d'officiers interrogés récusent ce « scénario de l'inacceptable ». Quant aux gendarmes, ils contestent ouvertement leur rapprochement avec la police, tandis que nombre de policiers, aujourd'hui en première ligne, récusent la militarisation croissante de leur action. Autant de révélations inquiétantes, pointant les graves dérives d'une politique d'État ayant fait sienne un nouvel adage : « Si tu veux la guerre, prépare la guerre  ! » Hacène Belmessous, journaliste et chercheur indépendant, collaborateur régulier de la revue Urbanisme, est notamment l'auteur, à L'Atalante, de Mixité sociale : une imposture. Retour sur un mythe français (2006) et Le Nouveau Bonheur français, ou le monde selon Disney (2009), et co-auteur de Les Minorisés de la République. La discrimination au logement des jeunes générations d'origine immigrée (La Dispute, 2006). 204 pages. Format 22 x 13,5 cm. Parution octobre 2010. ISBN : 9782707159120
vente Opération Banlieues
La Flottille
La boutique militante
12,00 €
Acheter >
+ d'infos
De Thomas Sommer Houdeville, préfacé par Michel Warschawski. Ce livre apporte un éclairage permettant de comprendre dans quelles conditions s'est construite l'initiative qui arrêta le monde pendant quelques jours. Il donne des informations inédites et qui n'arrêteront pas de faire polémique sur le traitement défaillant de la France de ses ressortissants emprisonnés quelques jours en Israël. Au printemps 2010, depuis les ports de Grèce, de Chypre et de Turquie, plusieurs embarcations s'élancent vers Gaza, chargées d'aide humanitaire. C'est la « Flottille de la liberté ». Quelques jours plus tard, on dénombre neuf morts, abattus par les commandos de l'armée israélienne. Les images de l'assaut font la une des journaux. Que s'est-il passé ... Qui sont ces militants pro-Palestiniens ... Quelles étaient leurs motivations ... Dans ce livre-témoignage, Thomas Sommer-Houdeville, l'un des organisateurs, revient sur les événements tels qu'ils furent vécus par les membres de cette campagne de solidarité internationale d'un nouveau genre. Il fait le récit d'une aventure humaine où les petites histoires croisent sans cesse la grande. Depuis les premières réunions de préparation jusqu'à l'assaut meurtrier, on y voit se tisser les liens d'une coalition improbable, animée par des personnages hauts en couleurs : une ancienne prix Nobel de la paix irlandaise, des militants islamiques turcs, des altermondialistes américains, un écrivain suédois... Au-delà de leurs particularités, un combat les regroupe : la solidarité avec le peuple palestinien, devenu le symbole contemporain de la lutte contre l'oppression. En filigrane du témoignage, ce livre esquisse une réflexion sur ce que peut être l'engagement internationaliste aujourd'hui. Alors que semble s'imposer partout l'idéologie du « choc des civilisations », comment peut-on rebâtir concrètement les liens fragiles d'une solidarité internationale ... Parution : 03/03/2011. Format 205 x 141 mm. 191 pages. ISBN : 2-355-22032-8
vente La Flottille
+ d'infos
On ne fait pas de bonne politique sans avoir une vision de la société vers laquelle on veut aller et une idée des moyens d'y parvenir. Or, aujourd'hui la politique se résume au mieux à un art des moyens qui oublie sa finalité, au pire à une simple conquête ou conservation du pouvoir. Le capitalisme productiviste et financier commence à révéler ses premiers signes de faiblesse et les symptômes annonciateurs de sa fin commencent à apparaître : crise de la démocratie, déroute du système financier, épuisement des ressources naturelles, dérèglement climatique, montée en puissance des inégalités, replis communautaires et religieux, pollutions de l'eau, de l'air et du sol. Un peu partout dans le monde, hors de la sphère politique traditionnelle, se déclenchent des mouvements qui remettent radicalement en cause l'ordre établi et nous invitent à imaginer une autre manière de penser et de faire de la politique. Le Manifeste Utopia revendique cette utopie qui considère que la réflexion alliée à l'imagination et que les principes de fraternité combinés à la volonté farouche de s'attaquer aux causes du dérèglement social et écologique arriveront à fédérer un mouvement fort, solidaire, capable de proposer une véritable alternative au capitalisme. Dans ce monde nivelé et uniformisé, cette perspective est certainement la plus grande aventure et le plus grand défi que l'on puisse individuellement et collectivement se donner. La construction, non d'alternances, mais d'alternatives susceptibles d'entraîner l'adhésion du plus grand nombre est l'objet principal de ce Manifeste. ... 296 pages'. Janvier 2012. ISBN : 978-2-919160-06-8 ...
vente Manifeste Utopia - 'Des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue'
No logo

No logo

AntipubAntipub
Commerce équitable
La boutique militante
10,00 €
Acheter >
+ d'infos
En plantant leurs drapeaux sur des territoires vierges de toute publicité, en substituant au simple objet de consommation une image à valeur mythique, les multinationales n'ont pas seulement bouleversé les mentalités et les lois du travail, elles ont modifié l'économie de nombreux pays dans une course au profit qui bafoue sans scrupule les droits et libertés civils. Mais le nombre augmente de ceux qui prônent l'urgence d'une mobilisation vigilante, dénoncent les abus des grandes sociétés et réclament un partage plus équitable des bénéfices des multinationales. Ce nouveau militantisme a déjà gagné des batailles contre les logos mastodontes. Les événements de Seattle ou de Prague l'ont prouvé : il est encore temps de dire non à la tyrannie des marques. L'auteure ' Naomi Klein est née en 1970 à Montréal. Elle débute sa carrière de journaliste au Toronto Star, où elle publie des articles sur le monde du travail et le marketing. Cinq ans plus tard, elle devient reporter indépendant et s'intéresse notamment au caractère prédateur de la publicité dans nos sociétés. Elle vit actuellement à Toronto, où elle est journaliste au Globe and Mail. ' (au dos du livre No Logo par Naomi Klein - 2001 - Actes Sud)
vente No logo
+ d'infos
Le mouvement des enseignants-désobéisseurs, qui a surgi à l'automne 2008, est totalement inédit dans sa forme comme dans sa dimension. Tout est parti de la lettre d'Alain Refalo, adressée à son inspecteur et intitulée En conscience, je refuse d'obéir  ! Comme secoués par un électro-choc, des milliers de professeurs des écoles, ont, à leur tour, informé leur hiérarchie par voie de lettres, personnelles ou collectives, qu'ils entraient en désobéissance ouverte contre des réformes néfastes et qu'ils en assumaient les conséquences. En effet, cette résistance dite 'pédagogique' s'est cristallisée sur de lourds dispositifs autoritairement imposés par le Ministre ; ceux-ci ont profondément heurté la conscience de nombreux enseignants qui réalisaient ne plus pouvoir participer par leur silence complice, ou leur coopération active, à ce qu'ils estimaient être la déconstruction de l'école publique. Ce mouvement se poursuit et s'enracine. Cet ouvrage se veut une contribution pour mieux comprendre le sens et la portée de ce mouvement. Il analyse les réformes qui menacent aujourd'hui l'école de la République, et y répond par des actions et des contre-propositions étayées par la pratique des enseignants. Véritable manifeste établi par celui qui a initié cette résistance, ce texte argumenté et engagé s'adresse tant aux enseignants du primaire qu'aux parents d'élèves et aux citoyens soucieux de l'avenir de l'école publique. En conscience, je refuse d'obéir est un plaidoyer contre la fatalité et la résignation, un vibrant appel non-violent à l'insurrection des consciences ; il ne s'agit ni plus ni moins que dessiner et construire un avenir pour l'école, non pas sous le signe de la compétition et de la rentabilité, mais aux couleurs de la générosité et de l'espérance. 251 pages. De Alain Refalo. Editions des îlots de résistance, Collection Debout
vente En conscience, je refuse d'obéir
+ d'infos
Après le travail et le sommeil, la troisième activité des occidentaux est de regarder la télévision. 80% de la population française possède un téléphone portable contre moins de 5% dix ans plus tôt. Créée en 1998 dans un garage, la société Google est aujourd'hui cotée en bourse et valorisée à près de 75 milliards de dollars. Au cours des dix dernières années, les ventes d'antidépresseurs ont doublé. Les nouvelles technologies, fer de lance et alibi d'une industrie obsédée par la rentabilité, participent chaque jour un peu plus à la destruction du lien social et à la disparition des formes anciennes de sociabilité, d'organisation du travail et de la pensée. Leur diffusion massive et leur omniprésence posent les bases d'une véritable mutation anthropologique comparable à l'apparition de l'écriture. Si l'alphabétisation fut bien souvent la compagne de l'émancipation, les technologies contemporaines préparent et organisent un monde fondé sur la vitesse, l'immédiateté, la superficialité, le profit et la mort. Écrit par plusieurs auteurs tirant leurs réflexions de leurs travaux militants ou universitaires, La tyrannie technologique dresse un panorama lucide et percutant de l'emprise des nouvelles technologies sur notre vie quotidienne. SOMMAIRE La tyrannie technologique Cédric Biagini et Guillaume Carnino L'emprise des écrans Cédric Biagini Rêve numérique ou cauchemar informatique Guillaume Carnino Le téléphone portable, gadget de destruction massive Pièces et main d'oeuvre Biométrie, les nouvelles empreintes de l'exil Celia Izoard Ouvrage collectif. 256 pages. Format 12 x 18,5 cm. ISBN 2-915830-06-1. Parution : mai 2007
vente La tyrannie technologique
+ d'infos
Les surveillants surveillés. « Mais qui surveillera les surveillants ... » La célèbre phrase du poète latin Juvénal n'a sans doute jamais été autant d'actualité que dans nos sociétés, où le perfectionnement rapide des technologies de surveillance s'accompagne de menaces inédites sur nos libertés. L'équipe des « Big Brothers Awards » décerne chaque année des « prix Orwell » aux Ministres, élus locaux, hauts fonctionnaires, institutions, grands patrons ou petits chefs s'étant distinguées par leur action en faveur de la restriction des libertés publiques, du fichage de la population, de la généralisation de la biométrie ou de la surveillance des salariés. Les promoteurs de la société de surveillance sortent ainsi de l'ombre et peuvent jouir de l'attention légitime du public et des médias. Les heureux gagnants auront cette année l'honneur de bénéficier d'une publicité supplémentaire, avec ce premier rapport annuel, qui présente de façon documentée leurs solutions innovantes pour placer la population sous contrôle. Outre la présentation complète de chaque lauréat de l'année 2008, le livre fait le bilan de près de dix ans de politiques liberticides en France comme à l'étranger, dressant ainsi une très inquiétante chronique des avancées de la surveillance globale. Ouvrage Collectif. 192 pages. Format 20.5 x 14 cm. Parution : octobre 2008. ISBN : 2-35522-014-X
vente Big Brother Awards
No logo
La boutique militante
12,70 €
Acheter >
+ d'infos
En plantant leurs drapeaux sur des territoires vierges de toute publicité, en substituant au simple objet de consommation une image à valeur mythique, les multinationales n'ont pas seulement bouleversé les mentalités et les lois du travail, elles ont modifié l'économie de nombreux pays dans une course au profit qui bafoue sans scrupule les droits et libertés civils. Mais le nombre augmente de ceux qui prônent l'urgence d'une mobilisation vigilante, dénoncent les abus des grandes sociétés et réclament un partage plus équitable des bénéfices des multinationales. Ce nouveau militantisme a déjà gagné des batailles contre les logos mastodontes. Les événements de Seattle ou de Prague l'ont prouvé : il est encore temps de dire non à la tyrannie des marques. L'auteure ' Naomi Klein est née en 1970 à Montréal. Elle débute sa carrière de journaliste au Toronto Star, où elle publie des articles sur le monde du travail et le marketing. Cinq ans plus tard, elle devient reporter indépendant et s'intéresse notamment au caractère prédateur de la publicité dans nos sociétés. Elle vit actuellement à Toronto, où elle est journaliste au Globe and Mail. ' (au dos du livre No Logo par Naomi Klein - 2001 - Actes Sud)
vente No logo
+ d'infos
Au-delà de ce constat de plus en plus partagé et sur lequel nous ne nous attarderons pas, cet ouvrage vise à montrer pourquoi et comment il est possible d'adopter un mode de développement radicalement différent, non obsédé par la croissance. Comment passer d'une économie des quantités à une économie de la qualité ... Peut-on penser une prospérité sans croissance, avec quelles nouvelles définition et répartition des richesses ... Comment faire de la contrainte écologique une extraordinaire occasion de transformer le système économique et les rapports de travail pour que chacun accède à un travail décent ... Dans la transition vers ce nouveau monde, quels rôles peuvent jouer le système éducatif, la relocalisation des activités, le revenu d'existence, les coopératives, le revenu maximum, la reconnaissance de biens communs mondiaux ... Autant de questions abordées par des auteurs issus d'horizons théoriques et disciplinaires très divers, dont certains sont des théoriciens étrangers reconnus. Thomas Coutrot, David Flacher et Dominique Méda (dir.) Editions Utopia. ISBN 978-2-91-916004-4. 280 pages. Editions Utopia.
vente Pour en finir avec ce vieux monde : les chemins de la transition
+ d'infos
Checkpoints, drones. GPS, passeports biométriques, insectes cyborgs. puces RFID, détecteurs de cibles, essaims de nanocapteurs, soldats-robots. barrières Jersey, dirigeables de surveillance, bombes ' incapacitantes ' et arsenal ' non létal '... Qu'ont en commun toutes ces ' technologies ' qui. pour certaines, semblent relever de la science-fiction et qui, pour d'autres. imprègnent déjà notre quotidien de citadins ... Concoctées dans les laboratoires de l'armée, elles sont les nouvelles armes de la guerre en cours, cette ' guerre asymétrique ' ou ' permanente ' qui transforme les armées occidentales en forces contre-insurrectionnelles high-tech et chacun d'entre nous en cible potentielle nécessitant d'être identifiée, pistée, surveillée, au nom de la prévention d'une menace indistincte. Avec Israël comme laboratoire et la ' guerre contre le terrorisme ' comme terrain d'application mondial, cette nouvelle forme de conflit touche de manière très différenciée les habitants du monde riche et ceux des espaces post- et néocoloniaux. Elle se signale cependant par un trait commun à tous ces territoires : ses champs de bataille ne sont plus les plaines ou les déserts, mais les principales agglomérations urbaines mondiales. Dans le sillage des travaux de Mike Davis, Naomi Klein ou Eyal Weizman, le livre de Stephen Graham nous donne les clés pour comprendre les logiques profondes de cet emballement militaro-sécuritaire globalisé.
vente Villes sous contrôle - La militarisation de l'espace urbain
+ d'infos
'Si on supprime les pesticides, la production agricole chutera de 40 % et on ne pourra pas nourrir le monde'. Prononcée par le patron de l'industrie agro-alimentaire française, cette affirmation est répétée à l'envie par les promoteurs de l'agriculture industrielle. De son côté, Olivier de Schutter, le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation des Nations unies, affirme qu'il faut 'changer de paradigme', car 'l'agriculture est en train de créer les conditions de sa propre perte'. Pour lui, 'seule l'agroécologie peut relever le défi de la faim et répondre aux besoins d'une population croissante'. D'après la FAO, il faudra augmenter la production agricole de 70 % pour nourrir 9 milliards de Terriens en 2050. Comment y parvenir ... C'est à cette question que répond ici Marie-Monique Robin, en menant l'enquête sur quatre continents. S'appuyant sur les témoignages d'experts mais aussi de nombreux agriculteurs, elle dresse le bilan du modèle agro-industriel : non seulement il n'est pas parvenu à nourrir le monde, mais il participe largement au réchauffement climatique, épuise les sols, les ressources en eau et la biodiversité, et pousse vers les bidonvilles des millions de paysans. Et elle explique que, pratiquée sur des exploitations à hauteur d'homme, l'agroécologie peut être hautement efficace et qu'elle représente un modèle d'avenir productif et durable. Du Mexique au Japon, en passant par le Malawi, le Kenya, le Sénégal, les Etats-Unis ou l'Allemagne, son enquête étonnante montre que l'on peut 'faire autrement' pour résoudre la question alimentaire en respectant l'environnement et les ressources naturelles, à condition de revoir drastiquement le système de distribution des aliments et de redonner aux paysans un rôle clé dans cette évolution.
vente Les moissons du futur - Comment l'agroécologie peut nourrir le monde
+ d'infos
Des lunettes qui durent deux ans, un lave-linge conçu pour en durer trois, une imprimante incompatible avec votre nouvel ordinateur, une tablette vite surclassée par un modèle plus performant... Nos poubelles débordent, nos bennes à ordures saturent. Responsable, l'obsolescence programmée, un phénomène né dans l'entre-deux-guerres aux Etats-Unis, et devenu depuis planétaire. [Serge Latouche est l'un des théoriciens les plus en vue de la décroissance. Avec humour, il raconte dans ce petit essaila genèse du concept d'obsolescence programmée.] L' AUTOMOBILE OUVRE LA VOIE DU VIEILLISSEMENT PLANIFIÉ C'est l'historien des sciences Lewis Mumford qui décrit le phénomène, dans les années 1930. Après-guerre, l'automobile ouvre la voie du vieillissement planifié. Des designers créent alors de nouveaux modèles, sans introduire d'innovations techniques. Dans les années 1960, des économistes développent un point de vue critique sur la question. C'est le cas de John Kenneth Galbraith ou de Vance Packard , qui publie L'Art du gaspillage (Calmann-Lévy, 1962). Un classique, non réédité. 'La société dite développée repose sur la production massive de la déchéance' , analyse M. Latouche. Nul complot derrière cela, la mort programmée des produits est simplement une nécessité du système. Elle est même l'arme absolue du consumérisme. On résiste à la publicité, mais on ne tient pas tête à une imprimante qui vous lâche. L'obsolescence programmée est la clé de l'addiction à la croissance, montre l'auteur du Pari de la décroissance (Fayard, 2006). Elle est une forme de 'tromperie ', affirme-t-il. Avec elle, 'c'est l'éthique elle-même qui devient obsolète' . Comment substituer à l'obsolescence systématique la durabilité, la réparabilité, le recyclage ... Selon M. Latouche, l'obsolescence programmée atteint ses limites. Des forums de résistance se développent, notamment sur Internet. Et, comme les arbres, les montagnes de déchets ne sauraient monter jusqu'au ciel. Commençons par refuser le formatage consumériste et le diktat conjoint de la technoscience et du marché, suggère-t-il. Favorisons l'écoconception des produits. L'idéologie du jetable a colonisé les esprits ... 'Le point-clé de la révolution de la décroissance est la décolonisation de l'imaginaire' , écrit-il. (article de Philippe Arnaud , du Monde.fr : http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/15/mortel-gaspillage_1775437_3234.html) Bon pour la casse, les déraisons de l'obsolescence programmée, par Serge Latouche. Les liens qui libèrent, 138 pages, 13 euros
vente Bon pour la casse. Les déraisons de l'obsolescence programmée
+ d'infos
PLAIDOYER pour une ECONOMIE HUMANISTE de Nathanaël Pingault La liberté des hommes face aux lois du marché  ! Et si l'on pouvait changer le monde ... ALTER ECO salue et soutient ce plaidoyer pour une économie humaniste visant à remplacer l'économie néo-classique. L'auteur démontre, formule mathématique à l'appui, combien l'économie tournée vers le seul profit est une fuite en avant dont la contribution tend vers zéro  ! Il clame qu'il n'y pas lieu de se résoudre à la pensée d'une équation économique unique. Une autre économie, alternative, coopérative, humaniste, maximisant la valeur-ajoutée est non seulement possible mais bien plus profitable  ! Il nous appartient de choisir... 'Un ouvrage intéressant présentant de manière didactique l'importance des enjeux économiques actuels et de toujours. Une lecture utile, agréable et facile.' Louis, de Nos Meilleures Courses Broché : 44 pages Editeur  : France Alter Eco (2006) Langue  : Français ISBN-10: 2952706506 ISBN-13: 978-2952706506 EAN : 9782952706506
vente PLAIDOYER pour une ECONOMIE HUMANISTE
+ d'infos
Mercenaires & sociétés militaires privées au service du marché Dans ce monde où nos vies valent moins que leurs marchandises, même la violence et la guerre se privatisent  ! Les nouveaux mercenaires se constituent désormais en entreprises qui offrent sur le marché leurs services pour mener la guerre, espionner... en toute légalité... Pourtant, leurs buts sont toujours les mêmes : imposer la domination économique et politique d'une poignée d'Etats et de firmes multinationales sur le reste du monde. Ecouter l'auteur le 22 juin 2006 sur Radio Panik (mp3, 17.2 Mo): http://www.cemab.be/uploads/2006/06/renou_mono_32.mp3 Un ouvrage de recherche et d'investigation indispensable pour résister  ! De Xavier Renou aux Editions Agone, 2006. Format : 24 x 15.50 cm. 488 pages
vente La Privatisation de la violence
1 2 3 7 8 9 >>
Inscription | Connexion

X

Pour ne rien rater de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Derniers produits consultés
Dernières infos consultées
Partager :
  • envoyer à un ami
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Google
  • Viadeo
Follow Me on Pinterest